5 -

1K 97 9


6 Janvier 2004, 17h00...
Liepaja, Lettonie...

La Lettonie faisait partie des pays que jamais Venus n'aurait visité d'elle-même. Liepaja, telle qu'elle l'avait découverte aux côtés de Nemesis était le parfait contraire de New York. Les rues pavées construites autour des maisons de bois avaient un charme certain, même pour la jeune sang-pur, mais ce n'était pas ce vers quoi elle tendait.

Nemesis, quant à elle, adorait cet endroit. C'était l'un des rares où elle se conduisait comme un être humain normal, se fondant dans la faible masse de la vieille ville. Cette bourgade à la population décroissante semblait démesurée, en regard du nombre d'habitants, depuis que les russes avaient déserté la base militaire. Et la vieille ville se trouvait envahie de bâtiments fantômes. Tout ici respirait le calme et la sérénité. La présidente du conseil y vivait au rythme des journées, restant tantôt sur la plage tantôt au port. Parfois, elle demeurait assise devant ce fameux petit restaurant aux murs de bois qui avait plus de trois cents cinquante ans. C'était du moins l'âge que lui avait annoncé Kaïl. Il ne pouvait s'empêcher de déblatérer tout ce qu'il savait sur chacun des lieux qu'ils avaient visité ensemble. Et chaque fois qu'ils remettaient les pieds dans un endroit déjà arpenté, il avait quelque chose de nouveau à apprendre à la jeune femme. Si Venus n'avait aucune passion pour l'histoire des civilisations ni même celle des villes et villages du monde, elle se plaisait pourtant à l'écouter.

C'était ici également que Kaïl avait conduit Venus après l'avoir récupérée à New York, deux ans auparavant. Le petit aéroport situé à l'est et légèrement en retrait de la ville permettait aux vampires des allées et venues aussi discrètes que possible avec le jet privé de Nemesis.

La vue de l'unique piste d'atterrissage, à peine balisée, en pleine campagne avait fait regretter à Venus d'avoir accepté l'invitation de cette femme qui semblait tant en savoir sur elle. Finalement, elle s'était rapidement accoutumée à ce lieu qui, d'après Nemesis, n'avait que très peu changé depuis sa création au treizième siècle.

La guerre, les allemands et les russes en avaient légèrement modifié la forme générale, mais dans l'ensemble, la vieille ville n'avait guère changé. Le centre lui, s'était merveilleusement modernisé pour le plus grand plaisir de Venus. Cependant, elle n'y passa que peu de temps au début. Lörnst fut chargé de son apprentissage et le vieux vampire n'était pas plus à l'aise en Lettonie que la jeune, comme il l'appelait régulièrement. Elle voyagea donc un peu partout avant de retrouver le fief de Nemesis, de nombreux mois plus tard.

Venus avait posé la question à plusieurs reprises : Nemesis n'était pas originaire de la région, elle l'avait découverte par hasard en cherchant un abri, au cours du treizième siècle. Elle avait abouti dans ce petit port de la baltique encore en cours de développement. Pourtant, tout comme les origines de Lörnst, le viking – comme le nommait affectueusement Venus – personne n'aurait su dire d'où venait Nemesis. Les nombreuses interrogations de Venus sur ce sujet restèrent et resteraient probablement à jamais sans réponse.

Kaïl, lui, ne montrait pas spécialement de curiosité à l'égard des autres vampires. Après tout, il les fréquentait tous depuis plus de dix ans. Ce n'était cependant pas le cas de Venus. Il la questionnait donc souvent sur son état d'esprit notamment. Il était passé par les mêmes moments, il n'y avait finalement pas si longtemps que cela, et même si, à présent, il était vampire et fier de l'être, il n'en avait pas toujours été ainsi. Il se confiait, lui-même, beaucoup à sa compagne sur son passé en tant que jeune apprenti de Nemesis qui l'avait recueilli personnellement après son éveil.

En général, les sang-purs étaient très vite éliminés par les choisis. Ces derniers les craignaient par-dessus tout. Venus avait été sauvée par Rose qui l'avait cachée jusqu'à son éveil. Nemesis avait fait de même avec Kaïl lorsque ses parents furent assassinés par d'autres choisis. Elle le plaça dans un bon établissement d'Allemagne où il put grandir sereinement, sans la moindre idée de l'identité de son mécène. Lorsqu'il ouvrit les yeux, dans la morgue de l'hôpital où il avait été déclaré mort, quelques heures plus tôt, Nemesis se présenta à lui, le plus naturellement du monde. Comme Venus, bien plus tard, tout un pan de sa vie s'effondra pour ne laisser place qu'à un grand vide et des centaines de questions.

Sang-purs (Chronicles 4)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !