Mes nuits à l'hotel

994 55 13

Bon, après quelques temps à trainer sur ce forum, je pense que je suis au bon endroit pour raconter ma petite histoire.

Je suis veilleur de nuit en hôtellerie dans un 4* style art déco classé. J'y travaille depuis bientôt deux ans en mode pépère, et c'est d'ailleurs pour ça que je fais ce métier :
1 : J'aime glander et bosser solo.
2 : J'ai un tempérament naturel nocturne, toujours plus énergique la nuit que le jour.
Et 3 : J'aime pas le contact humain "prolongé". On va dire que je peux porter un masque pendant une certaine durée, mais au bout d'un moment le masque tombe pour révéler le misanthrope que je suis... Et c'est pas très bon niveau "business"...

Pour vous introduire la chose, j'ai un crédo : Première fois : accident, deuxième fois : coïncidence, et troisième fois : sabotage. Et une troisième fois s'est produite il y a peu sur mon lieu de travail, et pendant mon service qui plus est ! Un suicide... Encore... Oui mes amis, trois gens se sont butés, en un peu plus d'un mois, dans l'hôtel où je bosse alors que je veillais sur eux... Alors bon, forcément les flics ont fini par se dire "WTF" et ont commencé une enquête, donc j'ai été interrogé. Que pouvais-je dire ? Les gars semblaient normaux, rien de spécial, toujours seuls. Et justement, c'était ça le hic pour eux. Ils semblaient surpris que les personnes soient venues seules à la base, et ils ont commencé à me demander si j'avais vu des gens sortir ou rentrer vers telle ou telle heure pendant les nuits où ces gens sont passés à l'acte... "Mais non... Personne", j'ai dit...

D'après ce que j'ai appris des femmes de chambre, essentiellement, le premier a été retrouvé pendu avec sa ceinture et les deux autres les poignets entaillés dans la baignoire. Les pauvres, quand je pense, c'est pas comme si leur taff était pas déjà glauque à la base...

De ce que je savais de ces clients, ils étaient pour la plupart habitués. Tout du moins, ils avaient tous les trois séjourné plus d'une fois dans l'hôtel. J'ai fait quelques recherches sur le logiciel de réservation. Deux d'entre eux étaient VRP et passaient régulièrement. Le troisième, lui par contre, avait des réservations irrégulières. Une première il y a deux ou trois mois, puis successivement une fois par semaine jusqu'à son suicide. Alors j'ai visité les piaules en question, au nombre de trois. Mais rien d'alarmant.

Surtout, autre précision, ma mère est voyante et sorcière de profession. Donc le paranormal me fait pas (trop) flipper. J'me disais si ça craint, le fantôme de mes deux j'lui envoie un exorciste de chaque religion et il comprendra que cette dimension n'est pas la sienne.

Les chambres sont sobres, avec un blanc dominant sur des stickers rouges dessinant la cathédrale de la ville où l'hôtel se situe. Moquette grise à motifs, meubles en contreplaqué, literie confortable, télé, bouilloire, tout le tintouin normé par la chaine hôtelière. J'aime bien cet hôtel car il me rappelle Shining ! Mais vraiment rien... Pas de froid ou d'objet bougeant seul ou un quelconque bruit. Nada.

J'en ai parlé avec un collègue qui avait croisé le troisième client, et justement il avait calculé un truc étrange chez ce type. Le gars semblait faire une fixette sur une chambre, en particulier : la 401, la plus spacieuse des trois. Alors j'ai fait des recherches sur le passé de l'hôtel et... Rien ! Quand même, pour un vieil établissement, il avait forcément dû se passer un truc glauque au moins une fois, ça aurait étayé la thèse "paranormale" qui germait doucement mais sûrement dans mon cerveau. Mais rien d'insolite jusqu'aux récents suicides. J'ai donc décidé de tenter de passer une nuit dans la 401 pour en avoir le cœur net. Le seul truc que j'espérais, c'était de ne pas tomber sur un démon type "possesseur" qui justement pousserait les personnes à se buter par sadisme... J'avais justement un mélange fait par ma mère prévu pour éloigner ce type d'esprit. Son "truc" fonctionne normalement...

Alors j'ai fumé un joint, me suis calé devant YouTube sur mon ordi, et j'ai attendu. Jusqu'à m'endormir. Et en plein sommeil, d'un coup, la couette a volé, mes fringues ont glissé sur ma peau, j'étais paralysé. Impossible de lutter de quelque manière que ce soit. C'est là que j'ai senti les mains. Des dizaines, qui me caressaient doucement, partout. Pas si désagréables, mais la sensation d'impuissance était forte... J'ai laissé faire. J'étais forcé au plaisir. Je n'ai pas senti que des mains : des langues se sont rajoutées par la suite. Bon, j'vais pas rentrer dans des détails de ouf mais cette entité m'a pénétré, sans arrêter de me peloter partout, jusqu'à ce que j'en puisse plus de jouir, puis m'a laissé hagard de plaisir sur le pieu... J'avais jamais pris un tel pied...

À la fin, une voix a résonné doucement dans ma tête, alors que j'étais en train de m'en remettre sur le lit. Une voix efféminée chuchotant : "Viens, rejoins-moi... Je te donnerai plus..." Oui, j'avoue que l'envie m'a pris... De me tuer pour rejoindre cette chose et prendre un panard encore plus grand... Mais non, ce truc n'est pas un fantôme... Elle se rapproche plus de la succube ou d'un truc du genre. J'ai résisté.

Depuis cette nuit, l'entité vient me retrouver au cœur de la nuit de manière complètement anarchique. Alors que je travaille "elle" se saisit de moi puis tente de me "séduire" pour que je la suive dans l'au-delà. Les autres clients ont dû céder, mais pas moi... J'ai demandé de l'aide à ma mère en lui décrivant le dossier, et elle a donc également passé une nuit dans la 401. Mais rien ne lui est arrivé à elle. En plus, elle dit ne rien sentir et s'est même permise une ironie sur ma santé mentale... Merci maman... À tous les coups, son truc c'est du flan et j'ai tout gobé toutes ces années. Mais là, j'vous jure que ce que je vis encore est vrai.

Rien que l'autre fois, pas plus tard qu'il y a trois jours, je faisais la mise en place de la salle du petit déjeuner et l'entité est montée d'un cran dans sa tentative de "persuasion". Elle m'a soulevé du sol, m'a à moitié désapé, m'a plaqué contre le mur et m'a violé, toujours jusqu'à faire exploser mon corps de plaisir et toujours le "Viens, VIENS, rejoins-moi... Tu auras plus, TELLEMENT PLUS,  je te le promets... LE PARADIS."

Je ne sais plus quoi faire... Si vous avez des conseils ou de l'aide, je prends... Je ne peux pas quitter mon job. J'ai déjà peiné à l'obtenir... Misanthrope que je suis, m'insérer professionnellement a été assez difficile pour moi. Démissionner est hors de question. J'ai peur de céder à son prochain appel... Et de ne pas survivre à mes prochaines nuits à l'hôtel...

Don't Read at Night | Tome 1Lisez cette histoire GRATUITEMENT !