Prologue

30K 1.2K 163

Bip bip bip ... !

- Non, pas maintenant ! Marmonnais-je.

Je tendis le bras pour éteindre mon réveil, qui affichait 5h00 du matin.

- Bon sang achevez moi ! Dis-je les yeux toujours clos.

Je pouvais déjà entendre ma mère déambuler dans le couloir. Une lumière douce se propageait dans ma chambre par le bas de ma porte. « C'est un crime de faire lever quelqu'un à cette heure là » pensais-je.

Surtout que ma mère m'avais réveillé à 2h00 du matin, car elle avait claqué la porte d'entrée « légèrement trop fort », en rentrant avec un inconnu à la suite d'un dîner prestigieux (auquel ma mère ne voulait pas que j'aille, car soit disant je n'étais pas suffisamment entraîné pour qu'elle me présente aux membres du Conseil, ce qui était ridicule je la battais tous le temps aux entraînements).

Cet inconnu avait bien sur passé la nuit chez nous ... dans la chambre de ma mère, et bien sur j'étais certaine qu'il ignorait, que la femme avec qui il venait de ... (à cette pensée des haut de cœur me vinrent – mon Dieu!), avait une fille.

Ouais, c'était une mauvaise habitude de ma mère que de me cacher aux yeux des membres. Quand je lui avais demandé, quelques années plus tôt, elle m'avait répondu que c'était pour me protéger car beaucoup de gens souhaitaient se venger de ce qu'elle faisait. J'étais donc le « talon d'Achille de ma mère ». Mais çà, c'était il y a 10ans, maintenant j'allais bientôt avoir 19ans (le 20 Novembre, précisément) et elle ne pouvait pas me garder prisonnière indéfiniment.

Il m'arrivait parfois de chasser avec ma mère, mais elle ne me laissait jamais m'approcher. Alors je restait là à l'observer ... Je ne vous raconte même pas l'ennui. Elle finissait toujours par les tuer, ce que je n'approuvais pas car certain était inoffensif. En effet, un jour elle avait mis fin à la vie d'une enfant de 7 ans qui venait d'être transformé. J'en avais été écœuré.

Or, ce qu'elle ne savait pas s'était que moi aussi j'avais mes petits secrets ! Parfois il m'arrivait d'en attraper un ou même plusieurs durant la soirée. C'était tellement facile de les trouver. Généralement, ils traînaient près d'un bar ou alors près d'une boîte de nuit, principalement là où le monde était abordable sans éveiller les soupçons.

Mais contrairement à ma mère, je ne m'en prenais qu'à ceux qui agissaient à l'encontre de la population, et ne l'ai tués pas. Non, moi j'étais plus subtile ! Je les attirais en jouant avec eux d'un simple regard pour les séduire, tel que ferait un animal avant de sauter à la gorge de sa proie. C'était tellement facile ... tellement enfantin ! Comme on dit bien souvent « Le désir rend parfois les sens aveugles » .  Il me suffisait ensuite de leur régler leur compte par la mise en pratique de mon entraînement et aussi quelques petites menaces en retour. Cette méthode fonctionnait la plupart du temps, mais ne m'avait pas évité d'avoir quelques petites cicatrices. Mais avec mon équipe - secrète bien entendue - composé de quatre personnes, on parvenait leur apprendre à se contrôler et à boire judicieusement.

Ma porte s'ouvrit me tirant de mes pensées, et je remarquais que je mettais de nouveau assoupie. Il était maintenant 5h20.

- Serena , lève toi ! On pars dans 20 minutes, m'ordonna ma mère. Parfois j'avais l'impression d'être dans un camp militaire.

- Mmmmmm.... marmonnais-je. C'est la rentrée ce matin ! On fera çà un autre jour ! Hurlais-je.

- Ne me force pas, Serena ! Me gronda ma mère.

A ces paroles je sus de suite ce qu'elle envisageait, car elle avait déjà commis cette acte la dernière fois : Confiscation de ma couette dans laquelle j'étais en saucissonnée. Et çà je vous l'annonce, personne ne devrait se faire réveiller de cette manière. PERSONNE !

UNE NUANCE DE SANG 1Lisez cette histoire GRATUITEMENT !