Chapitre 5 :

106 7 0

<< ou j y laisserais ma peau a coup sur... >>

Mon pere arrive avec un long morceaux de cuir accrocher a une planche de bois, il m ordonna de me mettre par terre, j obeillie.
Est es ce une solution ou un signe de soumission?
Je n avais le remps de réfléchir, il m arrache des cris de plus en plus violament. Puis il finis par sarreter toujours en hurlant enfin je crois car je ne sent plus rien, n entend plus rien. J entends une porte qui se claque puis... rien...
*
Je vois une silhouette, la silhouette d une femme, elle porte des cornes, rouges comme le sang et pointu comme la pointe d un sabre. Une autre aparait habillee de la meme facon que la premiere avec une longue robe rouge.
Elles s avance, l une d elle claque des doigts et, un couteau apparait devant ma gorge.
Leurs visages me paraissent familiers...
*
J ouvre les yeux arrachee par une douleure inimaginable a mes yeux jusqu a présent.
Cela n etait qu un rêve encore une fois.
Je regarde autours de moi et voi une chambre entièrement habillé de blanc.
Je suis etendue sur un lit, Lola et Mili au dessus de moi, Mili me fesant le meme sourire angélique. Que ce passé t il? Je ne comprends plus rien.

*élipse du sejour a l hopital*

Je marche a pas lent, que se passerait il lorsque je serais chez moi? Mon pere? Et d ahieur quel jour some nous?
J allume mon téléphone, j ai plein de notification, Sms, Clash of clan, Mail, Instagram et Le Monde. Je regarde tt vite fait mais, arriver sur Le Monde quelque chose attire mon regards, cela avais été poster hier : "Tout les corps on été identifiés, noms ci dessous." !!! J ai peur, ma mere est elle encore en vie? C est classer par ordre alphabétique...

-NOOOOONNNN!! hurlais je.
Je m effondra par terre tapant du poing sur le sol je pleure toutes les larmes de mon corps, non je n ai plus aucune reson d etre. Il ne me reste plus qu une solution, la mort.
Je me leva tapant les gens qur mon passage, hurlant a la mort pleurakt je ne pouvais plus m arretee et pourquoi s arretee? Les gens s eloigne, ils ont peurs de moi, peur de la mort, peur que ce sois comme une maladie que l on attrape, certain agrippe leurs enfants, des enfants pleures, je hurle, je tape, je pousse je frappe, jamais non jamais je ne m etais senti aussi libre, libre d appartenir a mon maitre, ma maitresse, La Mort.
Je leurs cri mon histpire au visages, certains choqués me regardes horrifiés, d autres s enfuis. Certains pleures de bontes comme d autres le font de peur, tous ces sentiments mélanger m atteigne au plus profonds de mon coeur.
J ouvre mon sac a main, cherche cette arme si précieuse a mes yeux, je sens la lame glisser le long de mes doight, prend le couteau .
Je m effondre par terre, commence a me mettre en boule, coince mon arme entre mes jambes et, sous le regards hauri des gens présents, je me fis tomber sur la lame.

Suicidaire Tome 1Lisez cette histoire GRATUITEMENT !