Chapitre 5

3.5K 512 239
                                                  

Je me balade tranquillement à la fac. C'est tellement grand ici ! Je suis choquée ! Même mon auteure a pas une fac aussi grande !

Soudainement, je me prends un mur dans la gueule. Oh ! Cette connasse d'auteure vient de créer un mur exprès juste parce que je l'insultais ! Je la hais !

Puis là y'a Jean-Claude qui se fout de ma gueule en filmant ça.

— Mais euh ! m'exclamé-je sans la moindre conviction.

— Encore mieux que du porno ! rigole-t-il bruyamment.

Je lui prends le portable, voulant le casser, mais comme j'en suis incapable. Je lui redonne. Il ne comprend pas. Il me regarde. Je le regarde. Je ne comprends pas. Il ne comprend pas. Il me regarde. Je le regarde. Je ne comprends pas. Il ne comprend pas. Il me regarde. Je le regarde. Je ne comprends pas. Il ne comprend pas. Il me regarde. Je le regarde. Je ne comprends pas.

QUOI ?

Comment ça, ça vous rappelle quelque chose ? PAS MON PROBLÈME !

— Salut Gertrude.

— Pourquoi on fait toujours que s'engueuler nous deux ? demandé-je en pleurant.

Il me regarde. Je... NON JE LE REGARDE PAS ! JE PLEURE BORDEL DE MERDE !

— En fait, je suis accro à l'eau.

— Mmm, marmonné-je.

— Tu vois...

— J'avoue...

— C'est vrai...

— C'est surtout que... Enfin, tu vois quoi...

— Ouais...

— Par exemple, je... Tu as compris.

— Ouais...

— On parlait de quoi déjà ? demandé-je.

— Je venais de te révéler mon plus gros secret !

— Ah mais oui ! Je dois faire comme si je suis choquée ?

— Bien évidemment. Sinon ce ne serait pas drôle.

— Mais être accro à l'eau, c'est nul. T'aurais pas pu prendre un autre secret comme... formicophile par exemple ?

— Y'a que les cons pour être formicophiles, rétorque-t-il avec mépris.

Soudainement, des peluches de Bug Enterprise tombent du ciel. C'est beau. J'attrape une licorne au passage. Elle est belle.

— Bref... Je reprends mon rôle de conne, lâché-je.

Je me racle la gorge pour faire genre. Je suis une excellente actrice donc chut.

— QUOI ? ACCRO À L'EAU ? MAIS COMMENT ?

— Chut ! Ne parle pas trop fort ! La fac ne doit pas le savoir !

Soudainement on lui balance le journal de la fac dans la gueule avec comme titre "Jean-Claude est accro à l'eau et on le sait tous".

— Je suis dans la merde, couine-t-il.

— Mais comment tu fais pour vivre ?

— C'est très simple.

Il prend ma peluche et lui arrache la tête.

— NON ! PAS DUMBOOOOOOO !!!!

— Dumbo c'est un éléphant. Connasse.

— Je sais mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais... mais...

— TA GUEULE PUTAIN ! Cette parodie me saoule ! Je me casse !

Il saute du livre comme si de rien n'était.

— Mais... Comment on fait la suite maintenant ?

— Aucune idée, répond Géraldine.

— Mais on devait pas faire une romance pourrie tous les deux ?

— ATTENDS Y'A UN LAPIN ! ENFOIRÉ DE LAPIN !

Elle court pour rattraper le lapin. Elle l'attrape.

— Tu ne m'auras jamais connasse ! hurle le lapin.

— Depuis quand les lapins ça parle ? demandé-je.

— Depuis que la reine d'Angleterre a balancé un étrange missile sur une île très étrange. C'est étrange.

Le lapin se casse pendant qu'on discute. Je lui passe mon numéro au cas où. On ne sait jamais. On pourrait devenir de très bons amis dans le futur.

— Bon, on rentre ? me demande-t-elle.

— Ouais... Mais pourquoi tu voulais arrêter ce lapin ?

— Parce que je suis... une espionne.

Elle met ses lunettes de soleil puis se casse en fusée.

— Wow... Ce chapitre est sûrement le pire... Je suis que l'auteure aura tellement la flemme qu'elle va faire comme si de rien n'était au prochain...

Je vais en cours maintenant parce que j'ai plus rien à foutre.






Post Mortem - Saison 1 (Parodie de After)Where stories live. Discover now