Chapitre 1 : Le Sort des Saucisses

7.5K 709 110


Le lendemain matin, je me souvenais parfaitement de Maec. Dans vingt ans je m'en souviendrais encore, d'ailleurs. Mais désormais, assise face à lui pour le petit déjeuner, je ne savais plus trop quoi dire.

-Allez, ne fait pas cette tête, rit-il en reposant sa tasse de café. On c'est bien amusé, cette nuit.

-C'est que... Je n'ai pas l'habitude des coups d'un soir, bafouillai-je.

Ma retraite dans mon bol de chocolat chaud ne me servit pas tellement. Maec arborait toujours un sourire éclatant. Tous les hommes avaient-ils l'air aussi frai après une nuit de sexe ? Car moi, je me sentais moulue. Satisfaite, mais moulue quand même. Oh bon sang, il fallait dire que je n'avais plus fait l'amour depuis... Depuis.... Mieux valait ne pas compter.

-Si j'avais voulu être un coup d'un soir, je serais parti tel un forban dans la nuit, Kanna.

Mon esprit pédala un instant dans la semoule.

-Attends... Tu veux que l'on se revoie ?

Il hocha du chef, en me considérant de sous ses cheveux en bataille. Les yeux bleus, avec un corps à couper le souffle, il était l'image même du mâle dans toute sa gloire. Ouch. Impossible qu'un type de son acabit veuille me revoir.

-Je... Heu...

-Dans ce cas, à ce soir. Je passerai te prendre vers les... Dix-neuf heure ? Ça te va ?

-O.... Oui ?

-Parfait ! S'exclama-t-il en se redressant.

Il m'embrassa chastement les lèvres avant de se diriger vers la porte.

-A ce soir ! Oh, et... Tu ne devais pas partir tôt, ce matin ?

Sa dernière phrase me tira de ma stupeur romantique. Abandonnant mon petit déjeuner, je me précipitai dans la salle de bain, tandis qu'il quittait mon appartement avec un rire. Non, non, non ! J'allais encore être en retard au travail !

En un temps record, je me jetais sur le siège conducteur de ma voiture, pour m'engouffrer dans la circulation de Toulon. Une minute plus tard, mon portable chantait à tue-tête « love today, love today ! » d'un timbre aigue. Silva. Nous faisions du co-voiturage, aussi s'impatientait-elle certainement sur le bord de la route.

Bifurquant brutalement pour aller de l'autre côté de la ville, je priais pour ne pas me prendre tous les embouteillages. Les dieux n'étaient pas de mon côté, ce matin. Après vingt minutes à trépigner sur mon siège, j'aperçus la silhouette élancée de ma meilleure amie, sur le trottoir. Avec sa mine jupe, ses longues jambes et sa robe blanche, elle était un phare en pleine grisaille urbaine. Il y avait déjà eu des accidents à cause de sa présence sur le bord de la route.

-Très bien. Je m'en fiche d'arriver en retard, je n'ai pas de supérieur, fit Silva en claquant la portière. Mais toi, tu vas te prendre un sacré savon.

-Je sais, gémis-je en m'affaissant contre mon volant.

J'imaginais déjà la scène, au milieu des bureaux, avec ma chef me hurlant dessus devant tout le monde. Ça promettait. Néanmoins, il y avait un point positif : j'avais quelqu'un chose à raconter !

-Tu ne devineras jamais ce qui s'est produit ! m'exclamai-je en revenant dans la sauvage circulation.

-Tu as regardé la rediffusion de How I Met Your Mother jusqu'à minuit ?

-Non ! J'ai...

Je m'arrêtai, ne sachant pas comment présenter la chose de façon non vulgaire. Bizarrement, Silva comprit instantanément.

Katharos, Costumes en Tous GenresLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant