Chapitre 16 : Ascension

33 3 5

Baltimore, USA, 8 août 2015

— Comment ça, « envolés » ?

Charles Yan regretta immédiatement l'absence de moniteur entre lui et le docteur Thorne. Celui-ci arborait au visage l'écarlate des grands soirs.

— Littéralement, répondit-il, enchaînant rapidement avant que le docteur ne lui lance un objet lourd à la tête : D'après les informations que nous avons reçues d'Ares, l'opération de Raspoutine a été contrariée par un aéronef armé.

Il évita de mentionner que certaines informations parlaient d'un rayon tracteur invisible ou de la transformation de la camionnette en véhicule spatial et d'autres fariboles du genre.

Le docteur Thorne se rassit dans son fauteuil, son visage reprenant une couleur plus naturelle au fur et à mesure qu'il se barrait de rides soucieuses. Il grommela un chapelet d'imprécations inaudibles, puis frappa du plat de la main sur la table. Charles Yan espéra qu'il n'avait pas trop sursauté.

— Bon, finit-il par grogner, voyons le bon côté des choses : nous sommes débarrassés de cette engeance. Et si j'en juge par votre rapport, tout ce barouf a fini par attirer l'attention de la police allemande. Si on les pousse un petit peu, leur rapport pourrait très bien être l'étincelle qui nous permettra d'initier le plan Redlum sans avoir à nous exposer.

— En effet, docteur. Par contre...

— Oui, il y a ce point d'interrogation autour de cette... Ikarus, c'est cela ? J'ai déjà demandé à Loyola un audit et cela devrait nous permettre de renforcer la sécurité opérationnelle autour de Mazda. Un mal pour un bien.

— Et pour Raspoutine ?

— Son incompétence nous a coûté pas mal de ressources, laissez-le donc pourrir dans son lit d'hôpital et veillez à ce qu'il ne soit jamais en état de communiquer !

Charles Yan grimaça. Il aurait préféré une élimination directe pour fermer une potentielle faille de sécurité, mais l'élimination d'un des membres du Directoire ne pouvait être décidée que par Thorne lui-même. Et il ne pouvait pas s'empêcher de penser que cette décision était également un message qui lui était adressé.

Unborn-Oracle.net, 8 août 2015

Nous reviendrons, soyez-en sûrs.

Nous allons voyager vers une étoile lointaine, retrouver nos familles et régler quelques petits problèmes qui ne peuvent plus attendre. Mais nous reviendrons.

La musique, que ce soit la nôtre ou celle de tous vos groupes préférés, est une clé. Elle peut vous permettre de changer le monde en ouvrant votre esprit à ce qui vous entoure, en cherchant ce qui nous connecte, ce qui nous relie et ce qui nous unit.

Notre peuple l'appelle l'Arbre-monde.

Point L5, 11 août 2015

La première pensée cohérente que Rage parvint à formuler était de l'ordre de « tiens, où est passé mon pantalon ? », suivi de près par « au fait, où sont tous mes vêtements ? »

Il n'avait pas froid : la température de la pièce dans laquelle il se trouvait était agréable et la couche sur laquelle il reposait tiède et ferme, avec une texture qui lui rappelait un peu les tissus synthétiques des maillots de sport. Mais une bonne partie de ses sensations lui parvenaient comme à travers un brouillard.

Il ouvrit les yeux, s'attendant à la lumière crue d'une chambre d'hôpital ou, au contraire, à l'obscurité d'une maison particulière. Au lieu de cela, il se tenait dans une salle assez vaste, plongée dans une pénombre apaisante, d'où des touches de lumières chaudes et tamisées soulignaient des reliefs tout en courbes. En fait, « apaisant » définissait assez bien le décor, jusqu'à la rumeur d'eau vive, à la limite de son audition.

Progressions - Échos de l'Arbre-MondeLisez cette histoire GRATUITEMENT !