Chapitre 10 : Jubilé

30 2 2

Unborn-Oracle.net, 17 juillet 2015

Salut, c'est Arel.

Comme pas mal d'entre vous l'ont deviné, ce week-end on s'arrête au festival Night of the Prog, pas loin de Coblence.

Sally a insisté. Beaucoup. Entendez par là que, quand elle a lu le programme des trois jours, elle a poussé des petits cris et elle nous a menacé des pires sévices si elle ne pouvait pas y aller. Faites-moi confiance : je sais ce qu'elle peut faire aux gens qu'elle aime bien, vous n'avez aucune envie de savoir ce qu'elle entend par « pires sévices ». (Note de Sally : Mauviette !)

Loreley Freilichtbühne, Allemagne, 19 juillet 2015

Le soir commençait à tomber et la prestation de Concrete Lake venait de se terminer. Il ne restait plus qu'une formation : le légendaire guitariste du non moins légendaire groupe Revelations venait reprendre les morceaux les plus mythiques de son ancienne formation à sa propre sauce. L'intégralité de Unborn Oracle – ainsi que Max, qui s'était soudainement découvert un intérêt pour le genre – était au milieu de la foule, pressés contre la balustrade.

Matt et Rage regardait la scène du haut de l'amphithéâtre bondé. L'endroit avait un côté magique, avec ses gradins de pierre sur un promontoire rocheux qui surplombait le Rhin. Un lieu de légendes. Si l'on excepte sa construction sur fond de nazisme.

Pour des motifs différents, ce n'était pas trop leur style de musique : trop vieux ou trop mou. En plus, ils étaient claqués, ayant passé les trois derniers jours à suivre les cinq autres excités qui avaient tendance à taper des bœufs avec les autres musiciens et à boire des bières avec des journalistes belges jusqu'à des heures indues. Sans compter le fait que le camping d'un festival est un lieu qui ne connaît pas forcément la notion de repos nocturne.

— Ça va, Matt ? T'avais l'air bizarre, tout ce week-end.

— Ouais. Enfin, c'est juste que le backstage m'a foutu un sacré coup de vieux.

Rage ricana. Il avait fallu très exactement dix-sept minutes à Arel et Sally pour transformer leurs simples passes trois jours en accès VIP toutes zones. Au début, il avait un peu dû se retenir pour ne pas faire son fanboy. Même quand on est plutôt amateur de la marge la plus brutale du rock progressif – celle qui implique au moins deux guitares et une double grosse caisse – la densité de musiciens célèbres au mètre carré était proprement ahurissante. Mais, à force de boire des cafés avec les artistes, il n'y avait plus fait attention.

Il avait aussi découvert quelques groupes qui méritaient son attention plus approfondie, comme les Français de Lapis, qui combinaient une musique incroyablement entraînante et accessible à une gentillesse confondante. Bref, Rage était fatigué, mais ravi de l'occasion.

Par contre, Matt avait l'air un peu à l'ouest.

— Tu déconnes ? Pour toi, ça doit être la routine.

— Chais pas. T'as peut-être oublié, mais il y a beaucoup de ces musicos que j'ai rencontrés la première fois il y a près de vingt-trois ans...

Rage fit un rapide calcul.

— J'étais pas né il y a vingt-tr – Oh merde !...

First King, qui était passé le vendredi, avaient été présents lors du fameux concert de Noël. Idem pour Dark Jewel, dont deux des membres avaient livré chacun une prestation solo.

— Et ouais : encore des membres du Club 1225. Tu vas rire, mais je suis à peu près certains qu'il y en a même qui sont actifs sur le forum...

— Florianne m'avait pourtant dit qu'ils avaient choisi d'oublier.

Progressions - Échos de l'Arbre-MondeLisez cette histoire GRATUITEMENT !