Une voix douce

1K 54 12

Je me souviens m'être retourné plusieurs fois ce soir-là, sur le chemin menant jusqu'à chez moi. Bien avant que les événements ne commencent pleinement, j'étais déjà nerveux, inquiet. Je suis d'un naturel angoissé, mais je me souviens que, ce jour-là, c'était pire que d'habitude. Mes yeux allaient et venaient entre l'obscurité presque palpable de la rue et la salvatrice lumière des lampadaires, à la recherche d'une ombre, d'un être, d'un objet, n'importe quoi qui puisse justifier ce sentiment d'insécurité qui me prenait à la gorge.

Je me souviens avoir pensé que cela n'était que mon imagination. Que je m'imaginais des choses, comme d'habitude. Que rien ne me menaçait. Qu'il valait mieux que je me préoccupe de rentrer le plus vite possible. Mon neveu de sept ans était chez moi, seul. Mon frère et sa femme, en vacances dans ma demeure, m'avaient appelé en me disant qu'ils allaient être en retard à leur dîner si ils ne partaient pas immédiatement, qu'ils laissaient leur fils à la maison mais qu'il fallait que je me dépêche, car il était bien capable de faire une bêtise.

J'ai hâté le pas.

Il pleuvait fortement, le trottoir était glissant sous mes pieds. De plus, je portais deux sacs en plastique lourds comme tout, qui contenaient de la nourriture pour quatre pouvant durer trois semaines. Naturellement, et comme cela était prévisible, je glissai et m'étalai de tout mon long sur la chaussée. Toutes mes courses glissèrent sur le trottoir. En jurant, je me mis à les rassembler, sans prêter attention aux aliments les plus abîmés. Malgré tous mes efforts, mon téléphone resta introuvable, ce qui me mit de plus mauvaise humeur encore.
J'avais presque terminé lorsqu'un souffle d'air me chatouilla l'oreille :

« Tu as peur de la lumière ? »

Je sursautai, lâchant pour la deuxième fois les sacs. Une voix inconnue de femme assez jeune, fluide comme celle des conteurs, venait juste de me murmurer ces mots à l'oreille. La voix en elle-même n'était pas effrayante, elle était même agréable, mais l'ambiance qui régnait autour de moi me rendait paranoïaque. J'eus beau scruter les alentours, même l'obscurité où pouvait se cacher l'auteure de cette mauvaise blague, je ne vis personne. Alors que, angoissé, je m'apprêtais à reprendre mon chemin sans plus me préoccuper des denrées exposées sur le trottoir, la voix reprit doucement :

« Pourquoi ne t'enfonces-tu pas dans les ténèbres ? »

Cette fois-ci, je fis volte-face pour surprendre le plaisantin. Toujours personne. J'étais seul, seul dans cette sombre ruelle, seul face à l'obscurité et cette personne qui s'y dissimulait. Un frisson parcourut mon corps, et j'ajustai les pans de mon manteau dans une vaine tentative de me calmer. Après tout, peut-être que cela n'était que le vent et la pluie qui, aidés par mon imagination, me jouaient un tour ? D'ailleurs, comment aurais-je pu entendre quelqu'un avec le vacarme produit par l'eau sur le goudron ? Presque aussitôt, comme pour me contredire, la voix s'éleva de nouveau :

« C'est tellement bon de s'écarter du chemin, de se plonger dans l'obscurité en ignorant le danger qui guette... »

Ce fut cette phrase qui, réellement, me fit prendre conscience que j'étais peut-être à la merci d'un quelconque danger. Que, si je ne fuyais pas, ma vie risquait peut-être d'être écourtée.
Avant de prendre une décision que je regretterais peut être, je lâchai :
« Où êtes-vous ? »
Ma voix tremblotante résonna entre les murs de la ruelle, contrairement à celle de la femme, qui était claire et sans défaut. Le bruit de la pluie et l'écho n'avaient aucun effet sur ses paroles.
Mes peurs l'emportèrent sur ma raison. Je me mis à courir aussi vite que je le pouvais. Dès que j'eus démarré en trombe, un nouveau murmure s'éleva au-dessus du bruit de la pluie :

« Pourquoi cours-tu ? Tu as peur ? »

Je hurlai, tout en priant Dieu pour que je ne tombe pas :
« Laissez-moi tranquille ! »
De nouveau, la voix m'ignora. Mon cœur se mit à battre plus vite, plus fort, tandis que je me ruais vers la lumière, vers ma maison.

Don't Read at Night | Tome 1Lisez cette histoire GRATUITEMENT !