Chapitre 2 : Nocturne

Depuis le début

Une discrète information en bas de page indiquait en tout et pour tout quatre images. Rage soupira de soulagement ; il avait vécu trop de points presse qui se résumaient par « La Mort par PowerPoint ».

Il jeta un œil expert au logo : propre, lisible, une police de caractère raisonnable et moderne ; pas un truc qui ressemble à un CAPTCHA mutant. Il nota comment les lettres OR des deux mots se liaient pour former le logotype, avec un N mutant pouvant être lu comme un A. Classe. Il y avait du vrai travail de graphiste la derrière, ce qui était toujours un bon point.

— Style : métal progressif contemporain, continua-t-elle. Inpsirations : Concrete Lake, Bilateral, Machinery ou Hypercube.

Là encore, Rage approuva intérieurement. Rien que du bon. Sally avait beau être l'emblématique fille du heavy-metal des années 1980, elle avait la réputation d'avoir une oreille redoutable pour les tendances les plus modernes du genre et son label avait découvert quelques étoiles montantes de la scène actuelle.

— On vise une formation resserrée, avec quatre musiciens, continua-t-elle. Arel à la guitare, Kelvin à la basse, Florianne à la batterie et moi aux claviers et chant. Pour le moment, on bosse sur un EP cinq titres prévu avant Pâques et une tournée à la suite.

— Cool.

Pris par l'enthousiasme, Rage n'avait pas pu s'en empêcher et il s'attendait à se faire descendre en flammes. Mais tout le monde lui sourit.

— Merci, mais attends de l'écouter avant, ça risque de te surprendre.

— J'ai confiance.

— On en reparlera quand tu auras entendu le concept, répondit-elle.

Elle en échangea des regards de connivence alentours, avant de reprendre :

— Trois extra-terrestres s'allient avec la Reine des Enfers pour sauver le monde.

Rage faillit en recracher son café. Das Mutterficking Fuck ? C'était quoi pour un concept moisi ? Ce genre de blague était déjà cliché de chez cliché avant sa naissance. Il s'apprêtait à en faire la remarque avec suffisamment de sarcasme pour tuer un hipster et s'arrêta au milieu de la première syllabe.

Autour de la table, la situation avait changé. Enfin, non : pas la situation, les gens. Arel, Florianne et Kelvin étaient... différents, tout d'un coup. Tous trois le regardaient avec un air certes amusé, mais surtout avec des yeux plus grands, comme animaux. Pour un peu, il aurait vu des pupilles fendues. Et il y avait les oreilles. En pointe. Il eut un instant l'impression que Sally aussi avait changé et paraissait plus flamboyante que jamais ; plus jeune, aussi.

Seul Matt n'avait pas changé, sauf que lui se bidonnait franchement.

Rage mit environ cinq secondes à se reprendre et lâcha :

— Laissez-moi deviner : c'est votre véritable apparence, pas vrai ?

Arel, Kelvin et Florianne approuvèrent silencieusement, d'un sourire. Matt riait trop pour pouvoir faire autre chose que deux pouces levés.

***

— T'es sûr que tu sais te servir de ce truc, gamin ?

Rage lui jeta un œil faussement méchant par-dessus l'appareil photo réflex posé sur un trépied. Ils étaient passés dans un des studios d'enregistrement. Sur une table étaient posés plusieurs guitares électriques au dessin futuriste et bardées de boutons surnuméraires, ainsi qu'un mystérieux objet recouvert d'une serviette. Matt trônait derrière la table, comme un boutiquier de marché aux puces.

Progressions - Échos de l'Arbre-MondeLisez cette histoire GRATUITEMENT !