Chapitre 5 : Pas de bonbons mais le sort

10.4K 505 69


* *La version audio est tout en bas* *

Je n'ai que Nekfeu en tête quand je continue de décorer sans mot la vitrine du magasin pour Halloween tandis que ma responsable est sur les nerfs en caisse.

Elle pète les plombs depuis son dernier café à cause des codes promos specials 31 octobre amenés par les clients qui dysfonctionnent une fois sur deux.

_ Qu'est-ce qu'ils ne comprennent pas quand je dis que je ne peux rien manuellement car c'est l'ordinateur qui déduit le pourcentage ?

Je hausse les épaules en regardant Betty consternée et c'est en servant ma cinquième cliente relou que mon regret de ne pas avoir suffisamment dormi hier soir s'est manifesté à son paroxysme.
Ma meilleure amie n'a rien trouvé de mieux que de nous faire jouer à Bitch Better Have My Money (*notre version trash du Monopoly) pour me faire oublier le manque de zèle que j'ai eu avec ma nouvelle connaissance.
Et bien que j'ai fait comme toujours une entorse à la règle fondamentale de boire de la tequila à chaque fois que je passais la case départ, autant ne pas cacher que gérer Anyanca qui a la descente aussi longue que la partie ne m'a pas du tout dispensée de traîner des cernes et un mal de tête au boulot.

_ Bon Jocea, je vais aller me fumer une clope parce que l'esclave est à bout de souffle !
Ils sont là à me balancer que c'est inacceptable pour une marque de luxe que le terminal promo déconne mais justement coconne, à la base des base, on ne devrait même pas faire de solde puisque le luxe c'est avant tout pour ceux qui en ont les moyens.
Putain! C'est la crise pour tout le monde alors qu'ils gardent leurs mauvaises ondes. Moi-même, là, je crise. Tu vois, je cri-se. T'as pas vu mon briquet ?

Je rigole sans masque en tendant le briquet de Betty qui traînait sur le sol.
C'est souvent comme ça avec elle.
La pauvre a fait des grandes études sans décrocher les emplois promis qui vont avec et ça l'a tue de bosser pour un peu plus qu'un smic et de voir des "incapables" brasser plus qu'elles.
Ce qui me fait penser qu'elle me répéte sans arrêt que sa plus grosse erreur de jeunesse est d'avoir bu chaque centilitre de bon sens que ses professeurs versés dans leurs cours alors même que les lois du marché se sont toujours moqués du raisonnable. À 37 ans, elle donnerait tout pour mon âge et pour revivre une jeunesse plus décomplexée.
Je vais arrêter de faire ma coincée deux minutes et je vais envoyer un message privée à Nekfeu. Enfin à Ken. et ça même si 3 jours ne sont pas encore passés.
Je n'ai aucune précaution à prendre avec une connaissance qui sera tout au plus un ami.
je prends mon téléphone en réserve pour lui écrire un truc spontané.
C'est la meilleure façon de prouver que je ne suis pas en sang sur lui.
Et avant même d'ouvrir mon application Facebook, je vois un message d'Adam.

*SMS Adam *

_ Salut ma belle. Je sais que t'adores Halloween et que tu es déçue que je sois bloquée au régiment... Mais Je me rattraperais. Bon courage pour le taff Joyce, je t'aime.

* Fin du SMS*

Where is my fucking mind ?

Son sms me pince le coeur et rompt le sort aveugle qui me pousse vers l'autre.
Je lui réponds chaleureusement et je n'enverrais rien du tout à NEKFEU.

Je range mon téléphone dans mon sac et je pousse Betty qui veut revenir en caisse alors que je sais pertinement qu'à ce poste les effets de sa clope ne feront pas long feu.
Je la remplace en tentant comme je peux d'atténuer nos remords de vie avec des témoignages sur des destins plus funestes ; les désires simples et bien réglées permettent assurément une paix que les aventuriers n'obtiennent jamais.

Ma dernière heure de bagne est terminée et je vais pouvoir commencer à kiffer l'une de mes fêtes préférées.
Pas de porte-à-porte, ni de party soit disant "projet x" qui ne tiennent jamais leurs promesses.
Adam n'est pas là alors je vais me concocter une soirée au calme dans ma chambre avec mes films d'horreur.
Il faut juste que je file à monoprix m'acheter un bon stock de bonbons pour les passants.

Pendant que je monte les escaliers pour rentrer, mon téléphone ne cesse de vibrer.
Au rythme de la fréquence , je sais que c'est Anya.

Je plonge sur mon lit.
J' inonde ma conscience de plusieurs injonctions comme " Enlève au moins ton manteau, débarrasse toi de ces talons meurtriers et va prendre un bain"...
Mais je reste immobile bien 20 minutes.
Mon portable vibre encore et je me décide au moins à lire mes notifications.
Comme je l'avais pressenti, Anya m'a bombardé de messages m'incitant à la suivre dans des plans que je devine plus galère que cool.
Ce que je n'avais pas vu venir, c'est la bulle messenger de Ken.

Je me redresse aussitôt avant d'ouvrir la conversation.
Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? Pourquoi je suis autant excitée à l'idée d'avoir de ses nouvelles ?

Je m'attends à voir un déferlement de mots.
Mais encore une fois, du néant.
Il m'a juste transféré le lien d'un événement qui aura lieu la semaine prochaine.
Moi qui pensait qu'il avait lui aussi délaissé le game des 3 jours...
Je ne sais pas si je suis plus déçue de lui que de moi.
Une virgule en bas à droite de la conversation m'indique qu'il a vu que j'ai reçu sa merde.
Est-ce un comportement acceptable d'être dégoûtée alors que j'ai quelqu'un ?
S'il veut me revoir là bas c'est juste pour booker au maximum son showcase. C'est évident !
Mais non, la Madame Bovary que je deviens a voulu se sentir spéciale comme ces poufs à qui on tend un flyer à Rivoli alors que tout le monde sait qu'elles serviront de betail gratos pour les lourdingues pétés de mailles en boite.... C'est vraiment comme si je n'avais rien appris de ma "désintox" d'ex groupie !

Excuse moi Joyce mais avec l'apparence que t'avais, comment tu as pu espérer autre chose?
Il n'y est pour rien l'Action Man ! C'est déjà poli qu'il s'est rappeller de toi après une fête étudiante remplies de bonnasses .. Même à des fins commerciales, Se permet de rajouter ma conscience explosée de rire.

Je vais aller prendre mon bain.
Je ne veux même pas m'étendre la dessus et ça ne me dit même pas de cliquer sur l'évènement pour savoir les détails.
Pour décliner l'invitation, je tape sur mon clavier de toute mes forces comme si les lettres qu'il verrait pouvaient lui griffonner la rétine.

Parallèlement à ma colère qui monte, je reçois un autre message de lui un peu moins court qui me fait effacer rapidement le mien :

06 ** ** ** **

Appel moi pour me dire ce que tu fais ce soir,
Ken.

Je ferme la conversation quand je suis sûre qu'il a vu que j'ai vu sa réponse. A quoi bon répondre ? Mes doutes redescendent nettes ainsi que mon dos que je laisse tomber sur mon lit. Soulagée plus que gênée, je ne me donne même plus la peine morale de m'empêcher de sourire et de rouler sur mon lit ....

Tentations Des Ex Groupies (Nekfeu)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant