Nous descendons rapidement et passons dans le hall, qui est silencieux après que tous les élèves soient remontés en cours et – Dieu merci – nous échappons à quelques regards mal placés d'autres personnes. Nathan allait passer la porte d'entrée mais il recule et fait un pas en arrière, regardant les affiches puis déchire toutes les photos de nous qui étaient affichées sur les murs. Je l'aide et garde tous les papiers froissés dans mes mains pour les jeter à l'extérieur.

Je le déteste ! Crié-je en tapant contre le mur après avoir arraché le dernier papier restant.

Nous sortons du lycée et rejoignons la voiture de Nathan. Je monte sur le siège passager et suis son mouvement quand il balance tous les papiers déchirés à l'arrière. Il pose ses mains sur le volant et reste comme cela un moment, réfléchissant, je l'observe et le regarde intrigué puis il tourne sa tête vers moi et me dévisage. Je sais qu'il a une idée derrière la tête alors je lui lance un regard qui lui fait comprendre qu'il doit me dire ce qu'il pense.

Tu as de l'argent ? Me demande-t-il.

Quoi ? De l'argent ? Mais... pourquoi.. ?

Partons. Dégageons de cette ville pourrie et de toutes ces conneries qu'on peut dire sur nous. Allons-nous en. Je ne veux plus rester ici.

Partir ? Mais... où ?

Je ne peux plus rester ici, si personne accepte notre amour alors on s'en va.

Il démarre la voiture sans même me demander mon avis et roule assez vite pour partir rapidement d'ici. Je ne sais quoi penser de tout cela, il est vrai que j'ai une certaine somme placée sur mon compte que je ne peux pas toucher avant mes dix-huit ans mais partir d'un seul coup comme cela est un peu trop brusque.

Nathan, attends. Ne prends pas cette décision sur un coup de tête... réfléchis.

Oh, mais c'est très vite réfléchis, Mari'. Je n'ai pas envie de finir en taule et sans travail, d'être mal vu partout dans cette ville tout simplement parce que je suis amoureux de toi. Je n'ai rien fait, je ne veux pas passer pour un violeur aux yeux de tes tuteurs, mes parents et tous les habitants de la ville. Je ne veux plus que ma famille ai honte de moi. Maintenant, ce que j'ai besoin c'est... toi et une nouvelle vie que l'on va commencer ensemble.

Je croise les bras et regarde le paysage défiler à toute vitesse sous mes yeux. Nathan a raison. Le mieux c'est de partir et maintenant. Je n'ai rien à perdre ici et apparemment, lui non plus. Bien qu'il ait de la famille ici, si c'est son choix, je le respecte et puis qui sait, peut-être renouera-t-il les liens un jour s'ils se rendent compte de l'erreur qu'ils ont fait en me refusant avec Nathan ?

Où veux-tu aller ? Demandé-je la gorge nouée.

Plus vers le sud. On sera tranquille. Faut-il passer chez toi ?

Je le regarde un moment sans rien dire car je ne sais quoi penser de cela. Il a l'air extrêmement sûr de lui et s'il sait ce qu'il fait alors je le suis. Nous allons nous en sortir, on va pouvoir vivre enfin heureux et rien que de m'imaginer enfin seule avec lui me lance une chaleur rassurante dans mon corps puis je réponds :

Non... trace. Le sud nous attend, lui il nous acceptera.

Il s'exécute et s'engage sur une grande route qui paraît interminable. Le soleil d'hiver décide d'enfin se montrer en intégralité au-dessus des collines face à nous et la buée apparaît sur les vitre de la voiture suite au changement de température après que Nathan ait enclenché le chauffage. Je dessine un cœur car c'est la première chose qui me passe à l'esprit et ferme les yeux de soulagement. Nous restons silencieux pendant un moment quand il sort son téléphone pour chercher le mode GPS ce qui me sort de mon léger sommeil. Je l'observe et remarque qu'il ne trouve pas tout de suite ce qu'il recherche et qu'en même temps il conduit et regarde la route avec peu d'attention pendant un moment alors je lui demande s'il a besoin d'aide :

Veux-tu que je cherche à ta place ?

Non, il met juste du temps à s'installer.

Nathan, pourrais-tu juste ralentir un petit peu s'il te plaît.

Non. Je veux partir d'ici au plus vite. J'ai besoin de changer, tu comprends ?

Nathan regarde où tu roules !

La voiture part de temps à autre sur l'autre voie et il ne m'écoute pas. J'essaie de bien lui faire comprendre que nous avons tout notre temps et que rien ni personne ne pourra plus nous rattraper, personne ne sait où nous allons, ni même ce que nous avons décidé alors il s'énerve un peu plus :

Arrête, Mari' ! On en parlera une fois arrivés là-bas.

Nathan, tu vas ralentir cette putain de voiture !? Crié-je. Nous avons tout notre temps maintenant alors arrête-toi au bord de la route pour mettre en place le GPS et calme-toi, d'accord ?

Je sens qu'il se détend et s'enfonce un peu plus dans son fauteuil laissant le GPS de son téléphone charger sur le tableau de bord. C'est seulement au bout d'une dizaine de minutes qu'il reprend la parole la voix nouée en reprenant son téléphone en main :

Si Ethan n'avait pas été là...

Mais il l'était. Me coupe-t-il. Maintenant tout ça est du passé, on va réussir à passer à autre chose.

Il tape sur son écran en s'énervant un peu plus car son cellulaire ralentit de plus en plus.

C'est pas possible cette merde qui ne marche pas, raah !

Nathan pose-moi ce téléphone !

Et puis de toute façon... reprend-il en ignorant mes paroles et restant concentré sur l'écran de son portable. J'emmerde tous les gens qui parleront sur nous parce que je t'aime, Mari' et-

Je lève les yeux, mon cœur loupe un battement, mon sang se glace et je hurle le plus fort possible :

Nathan attention !

~

Nathan leva le regard et resta gelé de terreur, écarquillant les yeux. Il essaya de tourner le volant mais c'était trop tard, il avait déjà perdu le contrôle de la voiture. Notre regard fut frappé par les phares du camions arrivant à contre-sens. Les derniers sons que je pus entendre étaient mes cris de panique, les pneus crissants, l'effroyable fracas des tôles de la voiture et du verre se briser, le tout dans un vacarme épouvantable. C'était comme-ci nous avions était broyé avec la voiture mais à l'instant où j'ai vu le camion arriver face à nous, j'ai su que c'était fini. Je n'ai même pas eu le temps de ressentir une quelconque douleur tellement le choc a été puissant. Je ne sais pas comment Nathan a vécu cet accident qui nous a emporté tous les deux mais les dernières images que j'ai de lui sont son joli sourire gêné quand il me disait qu'il m'aimait puis son regard terrorisé face à la mort.

//

Coucou ! :) voilà pour ce chapitre j'espère qu'il a vous plu. N'hésitez pas à voter, commenter, partager, en parler autour de vous. Vous pouvez réagir sur le hashtag #amourinterditff sur Twitter et me suivre sur les réseaux sociaux où je poste souvent l'actualité de mes fictions et chapitres ! :)

Instagram : paynecake21

twitter : paynecake21

snap : tomlinsteack

Amour interditLisez cette histoire GRATUITEMENT !