Chapitre 38

156 17 2

- Toujours pas de réponse Princesse ?

Je restais en silence.

- Tu ne peux pas savoir à quel point je m'amuse avec toi. Tu es très divertissante.

Il passa la lame à l'intérieur de la première plaie et l'approfondie. Je commençais à me sentir vaseuse. Mon sang goutait sur le sol. Je n'avais aucune idée de la quantité perdue. Je ne voulais plus qu'une seule chose : tomber dans les pommes. J'allais mourir, j'en étais persuadée. Mais je voulais juste ne plus rien ressentir et pour cela il fallait que je m'évanouisse.

Je continuais de me taire quand il s'attaqua à ma deuxième blessure. Il devait me trouver vraiment stupide. Quand il s'attaqua à mon poignet, j'ouvris la bouche.

- Mon petit bébé voudrait participer ? Tu vas enfin me répondre ?

Je penchais la tête. Je commençais à voir des étoiles devant mes yeux. J'avais envie de me laisser partir. Je savais que ce serait mieux.

Mais j'avais un petit espoir en moi. Celui que l'équipe de mon père me cherchait et était sur le point de me trouver. S'ils arrivaient, il fallait que je sois encore en vie, non ? Pour l'être, il fallait que je coopère un peu.

- Ils se sont occuper de tout, dis-je d'une toute petite voix, je... je ne pensais pas être en danger.

- Qui 'ils' Baby ?

Ma tête tournait trop. Je n'arrivais plus à me concentrer sur ce qu'il disait. Je parlais, mais je ne pensais pas être très cohérente.

- Vous m'avez pris mon père après tout. Pourquoi... Pourquoi est-ce que je vous aurais intéressé ? Je ne savais rien...

- Oh si tu savais Princesse. Tu as une immense utilité.

Je soupirais. En baissant la tête, je remarquais une flaque de sang à mes pieds. De mon sang... Ca craignait... J'étais vraiment mal.

- Dis donc ma petite Tegan, tu ne vas pas t'endormir maintenant ! On commence juste à s'amuser.

Pour me 'réveiller' comme il disait si bien, il me frappa au visage, encore. Je sentis ma seconde arcade sourcilière exploser sous son poing. Je ne pleurais même plus. Je n'en avais plus la force. Je peinais à maintenir mes yeux ouverts. Mais il avait raison, je devais rester consciente. Je ne voulais pas rater le grand sauvetage. Ronan allait arriver, pas vrai ? Lui qui se vantait d'être mon protecteur. Il n'allait pas me planter au pire moment ?

- Tu n'as pas l'air bien. Je pense qu'on va arrêter pour les coupures. Mais tu ne m'as pas répondu Tegan.

Sa voix perçait l'obscurité qui commençait à envahir mon cerveau.

- Alors je vais te le faire payer autrement.

Non ! Pitié non ! Qu'il s'arrête ! Mais je n'avais même pas la force de le supplier. Il recommença à rouer mon corps de coup. Il donnait même des coups de pieds dans mes chevilles. Je sentis un craquement dans mon corps, mais je ne parvins pas à identifier son origine.

Soudainement il s'arrêta. Un claquement de porte venait de retentir.

- Vous êtes déjà de retour les gars ? Vous avez été rapides !

Je sombrais dans l'inconscience sans entendre la réponse. Je me sentis partir.

***

J'ouvris les yeux d'un coup, dans un sursaut. Comme si je sortais d'un cauchemar. J'essayais de me rappeler ce qu'il s'était passé.

Tegan, fille de flicLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant