Chapitre 31

145 17 2

Je dévalais les marches d'escaliers en tentant de ne pas tomber. Les chaussures de Ronan étaient trop grandes pour moi, ce qui ne facilitait pas les choses.

J'entendis une porte claquer dans les étages. Et la voix de Ronan retentit.

- Tegan ?

Il avait l'air un peu perdu. Si je n'étais pas autant en colère contre lui, j'aurais probablement fait demi-tour. Et même malgré mon énervement, j'avais envie de remonter. J'étais consciente que le seul à avoir les réponses aux questions que je me posais, c'était lui. Et je voulais me blottir dans ses bras. J'avais tellement envie de pouvoir lui faire confiance...

Mais je ne me retournais pas. Je continuais de dévaler les escaliers jusqu'à atteindre l'entrée. Je me retrouvais en pleine rue. Je ne savais pas comment m'orienter mais il fallait que j'avance le plus loin possible. J'étais presque certaine qu'aucun garde n'était dans la rue, Ronan m'avait bien précisé qu'il serait le seul à me protéger. Et puisque j'avais ses chaussures, il n'allait pas me poursuivre bien loin. Je misais tout sur cette certitude.

Je remarquais un groupe qui se dirigeait vers une rue à ma droite, je me mêlais à eux, improvisant ma fuite. Je n'avais aucuns papiers, presque pas d'argent – juste quelques pièces dans une poche – et j'étais dans une ville inconnue...

Je suivis le groupe pendant cinq minutes jusqu'à ce qu'ils rentrent dans un théâtre. J'étais en centre-ville mais seuls les restaurants et les bars étaient ouverts. Je ne savais pas quoi faire...

Je remarquais une cabine téléphonique. Cela m'étonna, il était rare d'en croiser. Mais, n'ayant pas mon portable, cela pouvait m'être utile. Je glissais quelques pièces avant de composer un numéro. J'entendis les premières sonneries avant que Del ne décroche.

- Allô ?

Je soupirais de soulagement. Je n'avais pas conscience d'avoir eu aussi peur qu'elle ne me réponde pas.

- Del, c'est Teg.

- Oh Tegan ! Je suis tellement contente d'avoir de tes nouvelles.

Je lui avais manqué... Je m'en voulais de lui avoir fait endurer cela... Elle avait besoin de moi et je n'avais pas été présente... Je sentis les larmes commencer à rouler le long de mes joues.

- Tu m'as beaucoup manqué Del. Je suis si désolée d'avoir dû faire cela... L'équipe de mon père a estimé qu'il était plus sûr que je prenne mes distances avec ma vie chez nous pour être protégée...

Je continuais d'expliquer ce qu'il s'était produit. Racontant un peu de ce qu'il s'était passé à ma meilleure amie.

Et puis je compris que je ne pouvais pas révéler à Del le mensonge de Ronan. C'était trop dangereux pour mon père s'il était vraiment encore en vie... Et je ne voulais pas risquer sa vie... Si j'avais une chance de le revoir en vie, je ne voulais pas la gâcher en le faisant tuer...

- Viens me chercher Del. S'il te plait... J'ai besoin de toi...

Je sanglotais au téléphone... Ma meilleure amie ne posa aucune question.

- Où es-tu Tegan ? J'arrive d'accord ?

Je la sentais au bord de la panique... Je m'en voulais de lui faire endurer cela... Je lui indiquais ma position.

- J'arrive Tegan. Je prends le volant. Attends-moi d'accord ?

- Soit prudente Del...

Elle raccrocha et je posais le téléphone sur son support. Je commençais à me sentir un peu mieux. Ma panique se calmait... Ma meilleure amie allait arriver et il existait sans doute une très bonne explication à tout ce bazar...

Tegan, fille de flicLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant