Chapitre 57

1.7K 98 5

« Il avait donné à la conversation un tour de philosophie mélancolique. Il parlait de cet avenir qui allait si tôt se fermer pour lui » dans Le rouge et le noir de Stendhal.

- Ne me touches pas, je hurle.

Je suis toute transpirante, les larmes coulent le long de mes joues. Je n'arrive presque plus à respirer, mes muscles, mes membres se raidissent sous son poids. Mon cœur bat de plus en plus, alors que je n'arrive presque plus à respirer. Un coussin vient m'étouffer sur mon visage, tandis qu'une main m'étrangle au niveau du cou.

- Mon Ange ? Réveilles-toi !

J'entends une voix lointaine me parler. Je continue à me débattre par peur que David me fasse la même chose. Je me recroqueville sur moi-même pour me protéger. Je laisse fermer mes yeux pour éviter de lui montrer que je suis réveillée.

- Alexie ! Ouvre les yeux, ce n'est qu'un mauvais rêve.

Il me retourne alors et se mets à me tenir les bras et chevauche mes jambes pour les maintenir contre la couette. J'ouvre mes yeux, alors que je ressens une douleur dans mes membres. Il se crispe sur moi, je vois qu'il est paniqué.

- Alexie ! Calme-toi... Je suis là ! S'il te plait... Je ne veux pas te faire mal... Ce n'est qu'un rêve...

Il ne m'arrête pas de se répéter en appuyant toujours plus sur mes bras et mes jambes comme s'il a peur que je me fasse mal. Mais il me caresse un peu avec les doigts comme pour essayer de me calmer.

Au bout d'un certain temps, je me détends et arrête de hurler. Je baisse les yeux en pleurant. David se détache de moi en me tirant dans ses bras. Je passe mes mains dans son dos complétement perdue dans mes pensées.

- Je ne suis pas lui. Je ne veux pas te faire de mal, juste te protéger. J'avais peur que tu te fasses mal. Cela fait vingt minutes que j'essayais de te réveiller...

Je reste dans son T-shirt sans rien dire. Je l'écoute en pleurant encore et encore. Il me caresse toujours doucement et parle avec une voix très calme avec quelques tremblements montrant qu'il est encore stressé et paniqué.

Je sais qu'il est là pour moi, mais j'ai encore un peu peur. Quand je suis dans mes rêves j'oublie tout ce que j'ai acquis les derniers jours. J'ai l'impression de faire deux pas en avant et trois pas en arrière.

- Parle-moi... Me demande-t-il avec un soupçon d'espoir dans sa voix.

Il me fait redresser pour m'appuyer dans les cousins. Il se met à genoux devant moi, alors que je baisse mon regard sur mes mains. Il me prend le menton en me caressant le visage. Je renifle encore comme si je n'arrivais pas encore à contrôler ce que je fais.

- Dou... Il me... Tuait... Dou... Ne... Me... Je sanglote.

- Alexou, je ne te ferais absolument rien... Tu peux me parler, me rassure-t-il. Je t'écoute.

- David... J'ai peur de ces rêves, je voudrais les faire disparaitre. Je n'y arrive pas... J'ai peur de me... de te...

Il me prend alors dans mes bras pour que j'arrête de pleurer, mais cela est incontrôlable. Il est calme avec une respiration lente comme à son habitude. Son cœur bat contre ma tête, contre mon oreille. Je me concentre sur cela pour penser à autre chose.

- Alexie ? Tu vas y arriver... C'est une passade...

- Dou... Est-ce que tu penses que... Je... Tu peux me réveiller dès que je te réveille ? Je le questionne entre deux sanglots. Tu n'es pas...

Liaison dangereuse 2. Un amour de prof...Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant