Chapitre 43

Depuis le début

- Mon Ange, j'ai acheté du champagne, une bouteille de vin et des fleurs, ça va pour tes parents ?

Je rigole lui disant qu'ils vont être ravis. Il m'explique alors qu'il stresse beaucoup de découvrir d'où je viens et il espère que je lui montrerai les lieux qui ont marqué mon enfance et mon adolescence. J'accepte volontiers en lui disant que mes parents l'aiment déjà beaucoup, donc il n'a pas trop à s'en faire pour cela.

Mais je veux aborder un autre sujet pour m'en débarrasser. Effectivement, dans deux semaines, commence le procès et j'ai encore quelques questions que je n'ose pas trop poser aux deux avocats.

- Dou ? Comment vas se passer le procès ? Je demande alors timidement. Je suis un peu inquiète...

- Oh... Je ne sais pas bien, mais tu iras que le jour où tu témoignes... Le deuxième, je crois... Il y aura aussi Emilien qui parle... Mais on pourra partir si tu le souhaites...

- Je peux... Te demander... Je bafouille sans trop savoir comment lui demander de d'y assister pour moi tous les jours.

- Alexie, je suis là. Demandes-moi ce que tu veux, me dit-il en me caressant délicatement les cheveux.

- Tu peux me faire un contre-rendu tous les jours... Enfin les avocats vont le faire... Mais j'aimerai...

- Le lire ? Mais bien sûr, répond-t-il, alors que cela n'est pas ma requête.

- Tu n'es pas obligé d'accepter.

- Mais si, je ferais tout pour toi Alexie.

- Tu vas aller tous les jours au procès ? Je dis d'une voix toute molle alors qu'il me regarde surpris.

- Tu veux vraiment ?

Je hoche la tête avant de le relever pour le voir dans les yeux. Il semble un peu paniqué, je me reproche de l'avoir mis dans cet état. Je lui caresse les cheveux en disant que ce n'est pas grave s'il ne se sent pas d'y aller.

- Alexie. J'irai juste pour voir ce connard se casser la gueule de ses grands chevaux ! Me dit-il d'une voix très forte et grave.

- Merci, mais tu vas arriver...

- Tu me fais confiance ?

Je hoche la tête, alors qu'il esquisse un sourire. Je pose mes lèvres sur les siennes comme pour le remercier de faire cela pour moi. Il passe ses mains sous mes fesses pour me soulève. Je me mets à cheval sur son corps ultra-sexy.

Il m'embrasse dans le cou, tandis que ses mains commencent à me déshabiller. Je lui soulève le T-shirt et redessine chacun de ses ados. Il me laisse faire en me retournant doucement pour se mettre au-dessus de moi.

- Tu peux me pénétrer ? Maintenant ? Dis-je en suçotant un de ses doigts.

J'ai envie de surmonter ce que j'ai vécu avec Emilien. Je veux qu'il me prenne violemment pour voir si je peux tenir, si je peux prendre du plaisir avec lui. J'espère que cela va passer, sinon je risque de frustrer David.

Il me fait un petit sourire coquin avant de retirer les derniers tissus qui séparent nos deux corps. Il m'embrasse alors tout en me dominant. Il passe ses mains un peu partout sur mon corps, jusqu'à ce que je lui dise de venir en moi.

Il me retourne rapidement en m'embrassant sur le dos. Il me pénètre alors mon sexe violemment. Je lâche un petit cri, mais j'essaye de contrôler. Il commence les vas et vient en accélérant à chacun de ses mouvements, jusqu'à ce que je lui hurle d'arrêter.

Il se retire alors très rapidement de moi en me retournant. Il voit mes larmes. Je m'éloigne de lui en tirant la couverture sur moi. Je me recroqueville sur moi-même. J'aurai tellement voulu que cela marche.

- Alexie, je ne voulais... Désolé...

Il n'ose pas s'approcher. Il faut que je fasse un pas vers lui, mais je m'en sens incapable. Je n'aurai jamais dû lui demander de faire cela. Je m'en veux tellement. Pourquoi je suis aussi gauche avec lui ? Pourtant, on s'entend tellement bien... Je cherche toujours plus, alors que je devrais me contenter de notre petit bonheur comme cela.

Je sens alors des pas s'éloigner et fermer la porte. Je me retrouve seul dans cette immense chambre. Mes larmes coulent sur mes joues sans que je puisse les contrôler tellement je me sens coupable de tout cela.

Après de longues minutes restées sans rien faire, je me lève en prenant son T-shirt pour le passer sur mon corps tout tremblant. J'essuie mes larmes à l'aide de la couverture que je laisse tomber au sol. J'ouvre doucement la porte. Il n'y a aucun bruit dans l'appartement. Je me dirige vers son autre chambre - son refuge.

J'ouvre doucement la porte. Mes yeux ont du mal à s'habituer au noir qui règne dans cette chambre. Quand je finis par m'habituer, je referme la porte derrière moi. J'aperçois alors David debout au milieu de la pièce. Il a un bout de bois dans les mains.

- Alexie. Je ne veux pas te voir. Sort d'ici, dit-il d'une voix complétement neutre.

Je m'approche alors de lui pour passer mes mains autour de sa taille. Je sens tous ses muscles tendu quand je le colle à moi. Il a juste remis son caleçon gris, le reste de son corps est nu encore en chaleur.

Il lâche le bout de bois, ce qui me fait sursauter. Mais je reste accrocher à lui en parlant, mais il ne semble pas m'écouter. Il répète continuellement que je dois sortir, qu'il refuse de me voir pour le moment.

- David, je commence d'une voix très ferme. Je suis tellement désolée... J'aurai dû réfléchir...

- On ne s'excuse pas, tu t'en rappelles, dit-il très fermement.

Il se retourne alors pour que nos regards se croisent, mais je ne vois rien dans le sien. Il a l'air tellement noir, sombre, que je ne vois rien s'y dessiner. Je n'arrive pas à savoir ce qu'il ressent. Je panique un peu et baisse la tête pour éviter de lui montrer ma faiblesse – je suis là pour l'aider.

Il m'invite à m'assoir. Je fais ce qu'il demande sous son regard avisé. Il ne bouge pas tandis que je prends un cousin éventé pour me poser au sol. Il continue à me regarder dans le silence le plus complet.


Liaison dangereuse 2. Un amour de prof...Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant