Chapitre 15

Depuis le début

- Oh !

Je suis surprise. Je m'approche alors et il me fait de la place sur le siège avant de commencer à jouer. J'écoute attentivement cette douce mélodie, elle est pleine de rebondissements. Je regarde ses doigts glissés sur le piano tandis que ce dernier chante doucement.

Je pose ma tête sur son épaule pour finir par l'embrasser dans le cou. Il finit par arrêter de jouer pour profiter de notre moment de silence. Le piano met un peu de temps à ne plus raisonner dans la pièce.

David se tourne vers moi pour m'embrasser tendrement. Je passe mes mains dans ses cheveux tandis qu'il me caresse la nuque et le dos avec les siennes. Sa langue vient tendrement jouer avec la mienne en la cherchant, en tournant autour, en la léchant.

Malgré ce baiser tendre, je sens ses muscles plutôt raides à côté de moi. Il doit me cacher quelque chose sans que je sache ce que c'est. Je n'ose pas trop lui en demander, surtout que je ne veux pas que l'on se dispute.

Il s'éloigne peu à peu de moi pour me faire un de ses plus beaux sourires, même je le trouve à nouveau crispé. Je me lève alors en fermant le piano. Je regarde un peu tout autour pour essayer de lui montrer que je veux savoir, que cela me stresse de ne pas savoir.

Il s'approche de moi et me prend les poignets calmement. Il pose un baiser sur mes lèvres avant de m'inviter à m'assoir sur les marches de la mezzanine. Je le suis, un peu inquiète. J'arrive à savoir quand cela va et quand cela ne va pas.

- Je dois te dire quelque chose, commence-t-il en regardant nos doigts se toucher.

Je commence à me raidir, un frisson désagréable parcours tout mon corps. J'essaye de rien laisser transparaitre. Le stress monte d'un coup en moi et je sais que je ne le contrôle pas.

- Je dois partir au Moyen-Orient pour une conférence...

Je le regarde en hochant la tête. Comme je suis son assistante, je viens avec lui, je ne vois pas trop le problème.

- Bonne nouvelle, je vais faire ma valise et la tienne si tu veux, dis-je avec un sourire.

Je me lève rapidement et tente de prendre la direction de notre chambre, mais David me retient avec sa main. Je me retourne pour le regarder dans yeux en l'interrogeant pour comprendre ce qui ne va pas.

- Alexie... Tu es trop faible pour faire le voyage...

- Quoi ? Fais-je en commençant à pleurer.

Il ne peut pas partir, sans moi en plus. J'ai besoin de lui à l'heure actuelle. Je ne veux pas qu'il s'éloigne de moi. Tout à coup, une image me revient en tête : Anastasia. J'enlève mes mains des siennes et part en courant vers le balcon de notre chambre en claquant toutes les portes sur mon passage. Je m'effondre en larmes sur le sol en pierre.

Je n'arrive pas à croire qu'il peut encore me faire cela. Il n'a pas le droit, je ne peux pas revivre cela. J'ai peur, mon cœur se met à battre très fort comme s'il allait finir par s'arrêter brutalement.

- Mon Ange, ne t'enfuis pas. Je suis désolé... Je peux annuler.

Je me retourne pour le regarder, il est au niveau de la porte. Son regard montre qu'il est inquiet, qu'il panique un peu. Je lui fais signe qu'il peut venir. Il s'approche de moi et me passe sa veste de costume sur mes épaules nues.

- David... Je sanglote. Tu ne pars pas avec...

- D'abord, il n'y a que toi et toi seule : Alexie Meyer. Mais oui, je pars avec quelqu'un, que je n'apprécie pas. Mais je préfère que tu la rencontres ce soir. Elle vient diner.

Je le regarde un peu intriguée en essuyant mes yeux comme je peux. Il n'a que moi, je me répète dans la tête sans trop savoir pourquoi. Je lui fais confiance, il va me manquer. Je vais devoir passer mes journées sans lui pendant une semaine.

- Je sais que c'est dur, me dit-il en redressant mes cheveux qui sont sur mon visage. Mais je préfère y aller.

- Tu as raison, lui dis-je en me redressant.

Je sais très bien que je ne peux pas le garder rien que pour moi - même si j'aimerai bien. Il a besoin de sa liberté. Puis, il a accepté que j'aille en TDs, donc je peux accepter qu'il parte quelques temps. Cela peut lui faire du bien après les quelques mois que l'on vient de vivre.

- Alexie... Tu es sure ? Me demande-t-il avec un air inquiet.

- Oui, lui dis-je avec mon plus beau sourire.

Je lui tends la main pour l'entrainer à l'intérieur. Je l'embrasse en posant juste mes lèvres sur mes siennes. Ces derniers sont toutes froides, cela me donne un frisson dans le dos. Je me détache pour l'observer. Nous restons dans un silence, un peu gênant, pendant de longues minutes.

- Qui est-ce la femme qui doit venir ?

- Oh, ma doctorante... Euh oui... Elle est bizarre. Cécilia Neige, c'est ta chargée de TDs en droit pénal d'ailleurs.

Je hoche la tête, mais une autre question me vient à l'esprit : que faire à manger ? David a déjà tout prévu en m'expliquant qu'il a commandé des pizzas - elle adore. Je rigole en mettant ma tête dans la chemise de Dou.


Liaison dangereuse 2. Un amour de prof...Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant