Une hotline d'enfer

22 0 0

Le ciel...

L'enfer...

Depuis l'aube de la création, la guerre sans merci que se livrent les forces du Bien contre celle du Mal fait rage dans notre monde. Pourtant, cette guerre reste invisible à nos yeux, et nous ne savons pas que derrière nos joies ou nos peines se cachent en fait de terribles batailles entre les servants de Dieu et les sbires du Diable.

Les uns cherchent notre bonheur, les autres nos larmes.

Et c'est ainsi que des hordes démoniaques se dissimulent partout créant toute sorte de tracas pour tourmenter les vivants tandis qu'a l'inverse, les armée du Ciel nous apportent l'espoir et nous protègent des engeances infernales.

Cette grande guerre qui dure depuis toujours n'est pourtant pas qu'une affaire de soldat. C'est en effet une logistique complexe qui permet à chaque camp de maintenir ses positions. On ne compte plus les agents logistiques chargé simplement de livrer du matériel, créer des alibis ou encore plus bêtement répondre à la hotline.

Car oui, il existe une hotline pour chaque camp, afin que les agents de terrain aient une aide en cas de besoin, et ce dans le respect des protocoles et des procédures.

Si les anges, discipliné et méthodique par nature, n'y avaient que très rarement recours, les démons, qui eux étaient bordéliques et incontrôlables, passaient leur temps à l'appeler. Il faut dire que la tentation était grande et que le numéro était simple à se rappeler : 666...

Ce soir-là (enfin si tant est qu'on puisse parler de nuit au cœur des Enfers) au fin fond de la cité de Dis, l'équipe de nuit de la hotline arrivait pour prendre son service, narguée comme d'habitude par l'équipe de jour.

En effet, la plupart des cas intéressants avaient lieu en journée, car comme les démons étaient du genre feignant ou fêtard, la nuit était rarement le moment où ils avaient besoin des services de la hotline. Mais cela ne dérangeait pas outre mesure Kaparystazakrak, démon en chef de l'équipe de nuit, et accessoirement démon expert en téléportation par pyrolyse.

Il aimait profiter du calme nocturne pour lire, fumer et hurler des ordres sur son équipe tout en regardant le meilleur des productions humaines : le télé achat. La chaîne du télé achat était d'ailleurs la seule qu'on pouvait regarder en sa présence sous peine de déclencher une de ses redoutables crise de téléportation spontanée, générant des torrents de flamme dans le bureau.

Bien entendu, c'était une extrémité auquel personne ne souhaitait être confronté.

A part ce point, Kaparystazakrak (ou Kap pour les intimes) était un chef bienveillant avec son équipe et toujours de bon conseil (même si les conseils en question étaient transmis par le biais de hurlement).

Le premier arrivé fût Somninalanuralostes (alias Somni) pour la simple et bonne raison qu'il avait dormit toute la journée dans un placard du bureau, calé entre le balai et les portes manteaux. Démon des ombres à la peau bleuâtre, Somni était un rêveur qui avait pour passion secrète de collectionner des photos haute résolution du Paradis sur son ordinateur. Bien que sur le principe, c'était quelque chose de mal vu en Enfer, le fait qu'il se les procure par des moyens très très louches compensait la nature angélique de ce hobby.

Prenant place sur son bureau (si si : dessus, en tailleur) Somni sorti du tiroir situé dans le petit caisson à roulette installé à sa droite, un petit jouet en plastique pour faire des bulles. Il trempa avec application la tige terminé par un anneau dans le tube remplit d'eau savonneuse, l'égoutta et enfin souffla doucement dedans. La bulle, brillante et légère, s'envola dans la pièce, suivit par les yeux sombres bleus pétrole du démon rêveur.

Le défi BradburyLisez cette histoire GRATUITEMENT!