{59}

1K 89 0
                                                  

Pendant ces jours qui me restent ici, j'essayais d'acheter le maximum de chose utile à la traverse. Je me rendis compte vite que je peux pas me permettre de traverser sur l'eau. Avec deux bambins, les sacs pour la nourriture et vêtements, c'est trop de risques. J'alla voir Yosra pour lui dire que j'aimerais plutôt traverser comme à mon arriver par la frontière turque. Il n'était pas trop tard de toute façon pour annuler.
Yosra:-T'es sure de vouloir partir?
Moi:-Oui j'attend se moment depuis longtemps. Et toi?
Yosra:-Je suis bien ici ,moi
Moi:-Arrête de te faire croire ça
Yosra:-Shehi s'il te plaît laisse moi tranquille. Si je retourne en Belgique, je vais me faire arrêtée

Et oui, j'avais oublié cette partie: la prison. Je mis ma main sur mon front et alla chez moi sans mots. Je vais sûrement me faire arrêter mais que va-t-il se passer? Les enfants se feront envoyer chez qui? Puis-je éviter la prison ? Que devrais-je faire en échange ? J'avais tout préparer sauf ça. Je resta assise à penser pendant longtemps. Jusqu'à ce que Fares venna.
Je lui posa toute mes questions.
Fares:-Y'a un risque dans tout. Tu peux être arrêter comme ne pas l'être.
Moi:-Si on sortais en tant que réfugiées?
Fares:-Impossible t'es pas syriennes et ta famille avait averti les autorités quand t'es parti
Moi:-Alors? J'vais faire quoi? Tu me vois en prison s'il te plaît
Fares:-Calme toi, laisse moi réfléchir.
Après quelques minutes de réflexion,il suggérera enfin quelque chose.
Fares:-Tu vas appeler un avocat français. Il répondra à toute tes questions.
Moi:-D'accord tu me donneras son numéro.
Fares:-J'te rappelle que tu dois pas en parler à personne!
Moi:-Oui t'inquiète ,merci
Il rentra chez lui et envoyer Slimen après quelques heures avec le numéro de l'avocat à contacter, Martin Pradel.
Je fit taire les enfants. Yazid s'endormit toute de suite, mais pas Lina.
Je pris une grande respiration et composa le numéro en allaitant l'enfant.
La secrétaire répondit je lui demanda de me passer l'avocat.
Lui:-Bonjour, Me Pradel à l'appareil. Comment puis-je vous être utile.
Je ne réponds pas. Les larmes coulait sur mes joues je ne sais pas pourquoi.
Lui:-Allo?
Moi:-Eh, bonjour. J'ai un problème
Lui:-Quel est ce problème?
Moi:-Je suis en Syrie et je veux partir
Lui:-D'accord, je vois. Je veux que vous me racontez votre histoire depuis le début.
Je lui raconta tout; ma rencontre avec Malik, sa mort, le kidnapping de ma fille et le mien. Tout sans exception.
Lui:-Si j'ai bien compris vous n'êtes pas aller en Syrie par la suite d'une radicalisation. C'était plutôt par un coup de tête si on peux dire ça comme ça.
Moi:-Oui monsieur. C'est exactement ça.
Lui:-Pourquoi vous voulez quitter maintenant?
Moi:-J'en est marre des gens, de la vie d'ici. On peut mourrir n'importe quand et surtout pour un rien.
Lui:-Je vous promet que je vous aiderez jusqu'au bout. Donner moi vos informations personnelles et quelqu'un de vos proches que je pourrais contacter en cas de problème.
Moi:-Mon nom est Shahrazed •••••••, j'ai 18 ans et je suis maman d'une petite fille et d'un petit orphelin. Voila le numéro de ma sœur Kenza et de mon frère Ahmed.
Lui:-Merci. Je ferrais mon possible pour vous contactez au plus vite les conseils à suivre.
Moi:-Merci beaucoup
Je raccrocha accompli. D'après se qu'il m'a dit, c'est un avocat spécialisé dans les dossiers terroristes.
J'alla prier remerciant dieu et lui demandant sa protection.

L'autre cheminLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant