Je reste assis en tailleur face à elle et l'observe jouer avec le pli de son jean. Elle soupire et hésite un moment avec de commencer en fronçant les sourcils.

– Tu sais... depuis petite, j'ai toujours été élevée dans les coups...

Quand elle m'annonce cela, je remonte mon regard vers elle et remarque qu'elle ne me regarde pas dans les yeux. Elle fait une fixation sur ma main quand elle me parle comme-ci elle était dans ses pensées alors elle poursuit.

« Depuis que je suis en primaire mon père m'a toujours frappé. Je ne connaissais pas mes tables de multiplications, une baffe. Je ne me lavais pas les mains avant de manger, une baffe. J'avais de mauvaises notes, une baffe. Il ne savait pas que j'avais des problèmes de compréhension au niveau des cours puis au fur et à mesure des années, c'est passé de gifle à coups. Je me rebellais un peu parce que je ne voulais pas que ça dure alors il frappait plus fort. »

– Pourquoi faisait-il ça ? Demandé-je choqué.

– Lui aussi a été élevé dans la violence alors il reproduisait ce qu'il a vu dans son enfance sur moi mais jamais ma mère...

– Et ta mère ne disait rien ?

– Non. Je lui en parlais et elle me disait tout le temps qu'elle allait le changer mais il ne se passait rien. Je pense qu'elle le craignait.

Une larme roule le long de sa joue et elle remonte son regard vers moi avant de me lancer un petit sourire, petit mais bien présent. J'attends qu'elle continue car je sais qu'elle n'a pas terminé, je ne saurai décrire la sensation qui m'a envahit quand je l'écoutais parler. Marilys mettait tellement de tristesse et de peine dans ses mots qu'elle me l'a faite ressentir. Elle prend une large inspiration et reprend :

« Quand mon père est mort j'ai vraiment été triste bien qu'il ne m'est jamais rendu la vie rose parce que c'était tout de même mon père donc c'était normal... à partir de là, je me suis dis que j'allais prendre un nouveau départ, cacher mes cicatrices, mes marques, mes bleus, tout. Je voulais reprendre à zéro et être heureuse avec ma mère et ce bonheur n'a été qu'éphémère. Un an après j'ai rencontré Ethan. Sincèrement, ça a été le vrai bonheur au début, puis dès qu'il a commencé à fréquenter Louis, son meilleure ami, il a radicalement changé. Il me parlais mal, il me traitait comme une merde mais il ne levait pas encore la main sur moi... c'est que quand j'ai été témoin d'un incident que tout s'est compliqué.

Je laisse un temps s'établir entre nous attendant de voir si elle va reprendre la parole mais comme elle ne dit toujours rien et continue de baisser le regard je brise le silence en demandant :

– Tu veux m'en dire plus ?

– Il faut que tu me promette de ne rien dire, Nathan. Je te fais vraiment confiance à ce sujet... il serait capable de me tuer et je le sais...

– Je te le promets.

Elle est enfin prête à m'annoncer ce qu'il s'est vraiment passé avec Ethan. Il est vrai que je n'avais pas insisté car ce n'était pas mes affaires mais intérieurement j'étais vraiment curieux. Je vais maintenant savoir pourquoi elle est battue à ce point et pourquoi il ne la lâche plus comme cela.

– C'était il y a à peu près un an, je crois. Je rentrais chez moi après mon rendez-vous chez mon psy, donc ton père et j'entendais du bruit chez ma voisine. Une gentille vieille dame assez riche et vraiment adorable, j'étais comme sa petite fille. Je suis allée voir ce qu'il se passait et quand je suis montée pour rejoindre la porte d'entrée, elle était ouverte. Je l'ai poussé et allumé la lumière et là, j'ai eu la plus grosse frayeur de toute ma vie. Deux hommes cagoulés et tout en noir, tu devines bien qui c'était ?

Amour interditLisez cette histoire GRATUITEMENT !