S.O.S

41 4 6
                                              

Le ciel est toujours bleu. La mer est calme, belle et chaude. Cette terre est un vrai paradis pourtant je n'ai qu'une seule envie : partir. Je mange suffisamment mais ce n'est pas vraiment le problème : je suis désespérément seule. J'aurais besoin de renouer avec le genre humain, de parler avec des femmes, des hommes de mon âge et de retrouver enfin une vie normale, civilisée. 

J'ai échoué sur cette île déserte au milieu du Pacifique, depuis ce qui me semble une éternité,  et je n'ai pas l'intention d'y demeurer indéfiniment. Mes journées sont tristement prévisibles, toujours la même routine, les mêmes gestes. L'imprévu, le hasard vient d'autrui ; il est le petit grain de sable dans l'engrenage de nos rêves, de nos projets. Et je patiente en espérant revoir un jour ceux de ma race. 

Y a -t-il chose plus triste que d'attendre sur le bas côté, de prier pour qu'un hypothétique coup de chance change la donne ? J'en suis arrivée là, à croire en un avenir meilleur, avec davantage de confort, de choix, d'opportunités. Je me perds dans mes réflexions, mes rêveries mais toujours mon corps me ramène à la dure réalité. Je ne vis pas au paradis ; je suis en enfer, avec pour seule compagnie mes tortures personnelles. Cette île est une prison dorée, mon purgatoire, ma punition. Mais quel crime ai-je donc commis pour mériter d'être séparée des autres, de souffrir chaque jour comme s'il était le dernier et de perdre peu à peu jusqu'à mon humanité ?

Si vous trouvez ce message, je vous en supplie, venez me chercher. Je ne résisterai plus très longtemps. Je suis à bout. J'ai besoin d'aide.                        

Fragments de vieLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant