♫ « If everyone cared » - Nickelback ♫


△▲△
Louis
_

Un des aspects positifs dans le fait d'être devenu célèbre est que cela m'a permis de voir la vraie personnalité des gens. Nombreux ont été ceux qui sont revenus vers moi dès que le succès s'est fait sentir. J'étais soudainement devenu la figure idéale de l'ami parfait alors que c'étaient ces mêmes personnes qui me crachaient dans le dos. Il n'y a pas mieux pour voir les gens sous leurs vrais visages. J'ai pu découvrir sur qui je pouvais vraiment compter, qui étaient mes vrais amis, dans le sens où ils sont peu nombreux au final. Je n'ai gardé qu'une poignée de vrais potes de mon époque d'avant. Mais je pense que c'est un petit groupe sur qui je peux me reposer et avoir confiance, sachant qu'ils me connaissaient bien avant le grand tournant qu'a pris ma vie.

Cette semaine a un goût de retour aux sources. Cela faisait un bon bout de temps que je n'avais pas mis les pieds à Doncaster. Retrouver ma maison et passer du temps avec mes proches est vraiment plus qu'appréciable. La vie ici, toute en simplicité, me rappelle qu'il n'est pas forcément nécessaire de vivre à cent à l'heure pour être heureux. J'apprends à apprécier des moments ordinaires, comme partager de bons repas en famille, charrier mes petites sœurs sur les tenues qu'elles portent, ou encore taper dans la balle en compagnie de mes amis.

Le football me manque, mais je me rends compte, à mon absence indéniable d'endurance, que je ne manque pas au football. J'ai décidément un niveau pitoyable. Mon manque d'activité depuis l'arrêt du groupe y est certainement pour beaucoup. Il faut dire aussi que je ne fais rien en ce sens pour garder la forme. Même Oli, qui est de loin le moins sportif de notre bande, tiens bien plus le coup sur la longueur.

- Merde. Ça craint, je suis devenu aussi nul que toi Calvin.

Je lui passe le ballon qu'il n'est même pas capable de rattraper correctement.

- Je t'emmerde Tommo ! Me réplique mon ami suivi d'un amical doigt d'honneur.

Je me penche en avant, les mains en appui sur les cuisses et tente de reprendre peu à peu mon souffle. Oli et Stan continuent quant à eux de se faire des passes en attendant que je me ressaisisse.

- Tu veux mon avis ? Me demande Oli, qui fait son cake à dribbler d'un pied sur l'autre.

- Non merci.

- Tant pis, je te le donne quand même. Tu sors et tu fumes beaucoup trop mon vieux.

J'éclate de rire en attendant sa supposition. Depuis quand me fait-il la morale ?

- Et c'est de ta bouche que vient de sortir cette phrase ?

- Je suis un rythme de vie plus sain depuis que je fréquente Becca. Rétorque-t-il.

Le pauvre s'est trouvé une nana depuis une semaine et pense déjà qu'elle est la femme de sa vie. C'est tout le mal que je lui souhaite, mais Oli a tendance à s'emballer beaucoup trop vite quand il est en couple.

- Je vous assure que si vous ne faites pas attention, vous allez vous encroûter les mecs. Ajoute-t-il, fier de cette nouvelle hygiène de vie imposée par sa copine.

- On croirait entendre Harry.

- Tiens en parlant de lui, il s'est trouvé quelqu'un si on en croit les rumeurs qui circulent sur Internet. Nous dit Stan.

- Dis plutôt qu'il se tape encore une mannequin super bandante qu'il a réussi à chopper rien qu'en claquant des doigts. Ajoute Calvin.

Je ne relève pas la remarque de mon ami. Je sais très bien ce qu'il pense de Harry, même si c'est une image totalement déformée de celui qu'il est vraiment. J'ai déjà eu de nombreuses conversations avec lui à ce sujet et Calvin refuse d'admettre qu'il a tort. Donc j'ai fini par abandonner l'idée de le raisonner.

YOURS. // Tome 1Lisez cette histoire GRATUITEMENT!