Échec et mat

70 10 6
                                                  

Aujourd'hui encore mon mari est allé voir sa pute. Non mais franchement ! On est marié depuis huit ans maintenant. On a un fils de six ans. Que lui faut-il de plus ? Il a un bon salaire... Et il m'a moi ! J'en peux plus. J'en peux plus... Je n'en peux plus !!! Je craque ! J'explose ! J'étouffe !

- Allô ? demanda une voix me tirant de ma pensée.
- Allô oui Marie ?
- Oui.
- Oui c'est Laura. Je... je...

Je n'arrivais pas à aligner deux mots.

- C'est encore ton conna... Conrad ? Qu'est-ce qu'il t'as fait ?
- Je... Il... Elle...
- Il est retourné la voir !? demanda Marie furieuse.
- Je... Oui... Je... Je peux...
- Attends ma belle j'arrive.
- Je... Merci...
- C'est normal ma belle. A toute suite.

Je m'allongeais sur le canapé, une boîte de mouchoirs à la main en attendant Marie. Mes yeux verts doivent maintenant avoir une teinte rouge causée par mes larmes.
Marie est vraiment super. Elle est mon amie depuis très longtemps. Ma confidente. Je l'aime beaucoup. Elle sait toujours quoi dire pour remonter le moral. Elle est vraiment une amie en or.
On sonna rapidement à la porte. Elle a vraiment été rapide. Je pense qu'elle n'a pas dû vraiment respecter le code de la route... Mais ça me fait plaisir qu'elle soit si rapide.

- Entre, dépêche-toi, dis-je en voyant la grande brune aux yeux azur arriver.
- Merci.
- Merci à toi d'avoir fait le déplacement pour moi.
- Normal. Je t'... T'es ma meilleure amie depuis longtemps, dit-elle en m'enlaçant.
Je la sers fort contre moi. Ça fait du bien un peu de chaleur humaine dans ce monde. Elle me dépasse d'environ une tête, et passe sa main dans mes cheveux roux, pour me réconforter. On reste ainsi quelques instants.

- Le petit est là ?
- Thomas ? Il est couché. Il n'entendra rien.
- D'accord... Alors... Vas-y explique.

Je l'entraîne en la tirant pas la main vers le canapé et lui raconte tout, tous les détails.

- Mais quel espèce d'enc... de sans-gêne ! Franchement il abuse là ! Comment... Pourquoi ? Pourquoi tu supporte ça ?
- Sans doute que je l'aime on dit que l'amour rend aveugle...
- Mais attends tu vois pas qu'il en a rien à faire de toi ? Et tu vois bien ce qu'il se passe non ? Donc dis pas que tu vois rien !
- Oui mais je l'aime moi... Et puis il y a Thomas ! m'exclamais-je en éclatant en sanglot.

Je sens mon coeur se serrer. Les larmes coulent à flots.
Elle ne réagit pas. Pourquoi ? Que se passe-t-il ?

- Ecoute..., déclara Marie après un temps... Je... Je conçois que tu l'aime mais, as-tu vu seulement une fois dans quel état ses... actes te mettent ?
- Oui mais... Je... Je ne sais plus quoi faire !

Voilà que maintenant je lui hurle dessus ! La pauvre elle n'y est pour rien.
Comme pour me dire qu'elle me pardonne elle me sert dans ses bras.
Notre étreinte dura quelques minutes. Ça me fait vraiment du bien qu'elle soit là, ce soir, avec moi.

- Merci.
- De rien ma belle, murmure-t-elle a mon oreille. Je suis contente de pouvoir t'aider.

Soudain elle met fin à notre étreinte.

- Je vais rentrer.

Je la raccompagne jusqu'à la porte. Je la serre dans mes bras en guise d'adieux et lui fait un bisous sur la joue.

- N'hésite pas à appeler la prochaine fois surtout.
- T'inquiète. Encore merci.

Je la vois se retourner et se diriger vers sa voiture. Elle démarre et je vois ses phares disparaitre au loin. Engloutis dans le néant de la nuit.
Je décide de me coucher de suite. Je monte dans "notre" chambre, je m'allonge sans même prendre le temps de me changer.

Le bonheur existe-t-il encore ?Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant