POINT DE VU DE NATHAN

J'apprécie de plus en plus ce  boulot. Pour mon deuxième jour, c'était assez calme, aujourd'hui cinq  classes étaient en sortie alors la cour était pratiquement vide, peu  d'absence, peu de travail. Je vais rentrer et voir ce que fait Marilys.  J'espère qu'elle va mieux et qu'elle a pu un peu dormir.Je monte mes  escaliers et vois Marilys dans mon lit enfouit sous la couverture.Je  m'assied près d'elle et son visage angélique est endormie, je lui  caresse la joue de mon pouce et elle bouge un petit peu. Ses paupières  s'ouvre légèrement alors je lui souris.

- Tu vas bien ? Demandé-je en venant déposer mes lèvres sur son front.

- Oui... merci.

Elle  se redresse doucement et s'assied à mes côtés. Je regarde le paquet de  gâteaux et remarque qu'elle a engloutis tous les petits sablés ce qui me  fait rire quand son visage s'empourpre.

- J'avais faim... Se défend-elle.

- Je comprends.

- Je vais rentrer chez moi. Merci pour tout, Nathan.

Elle  se lève et part se changer dans ma salle de bains. Je ne veux pas  vraiment qu'elle parte, cette fille est adorable et elle ne mérite pas  d'être battue par son tuteur. J'aimerais qu'elle mange encore avec moi  ce soir et que je passe une nouvelle fois une nuit à ses côtés mais je  ne peux pas la forcer.

Elle revient dans ma chambre habillée et coiffée d'une queue de cheval tombante sur son épaule droite.

- Encore merci, Nathan.

- Tu ne veux pas rester ?

- Non, c'est gentil mais il faut que je rentre.

Je  soupir et la raccompagne jusque devant mon portail. Je vais la ramener,  je pense que je peux encore faire ça sans qu'elle ne refuse.

- Je te ramène.

- Tu es tellement gentil, Nathan...

- C'est le moins que je puisse faire, allez, entre.

Elle grimpe dans la voiture et je démarre.

- Tu m'indiques la route ?

- Oui. Fais comme si tu allais au lycée, c'est deux rues à gauche.

- Très bien.

Je  m'arrête à un feu rouge et Marilys se baisse d'un coup sans que je  comprenne pourquoi. Je remonte les yeux vers les deux personnes qui  traversent la route et je vois Ehan avec un ami à lui. Je comprends  maintenant pourquoi elle s'était baissée, ils se retrouvent du côté de  Marilys et Ethan m'aperçoit. Il fronce les sourcils et s'approche de la  voiture en me lançant un faux sourire, je ne peux pas accélérer ni  griller le feu car il y a deux voiture devant moi.

Ethan toque à  la fenêtre et à ce moment là, le feu passe au vert. J'accélère en  envoyant un regard noir à ce petit con dans l'espoir qu'il n'est pas vu  Mari'.

- Putain ! Crie Marilys en plongeant son visage dans ses mains en se redressant.

- Je ne crois pas qu'il t'ai vu.

- Si, bien-sûr qu'il m'a vu, je pense qu'il m'a reconnu même si j'étais baissée.

Je n'ai même pas le temps de répondre que son téléphone vibre et son regard se vide. Elle lit à voix haute :

–  Si le proviseur apprenait que tu avais une liaison avec le nouveau  surveillant qui veut essayer d'être le CPE l'année prochaine dans ce  bahut, que se passera-t-il pour toi ? Pour lui ? ^^ »

Elle  jette son téléphone sur le tableau de bord et une larme roule le long de  sa joue. Nous arrivons devant chez, elle sort en claquant la porte.  J'attrape son mobile et la rejoins, elle est assise sur le bord du  trottoir et l'impasse se fait vide.

- C'est un connard ! Je suis désolée, Nathan...

- Ne t'en fais pas. Tu crois vraiment qu'il va aller balancer ? Il n'a aucune preuve.

- Il m'a vu, ça suffit.

- Mais le proviseur demandera des preuves. Ne t'en fais pas pour ça.

-  On va arrêter de se voir. C'était bien gentil ce que tu as fait pour  moi, t'es vraiment adorable et ce baiser était... Je n'ai même pas les  mots mais on s'arrête là. Je suis désolée qu'il soit aussi con mais  c'est risqué et surtout interdit.

- Alors c'est tout ?

- De quoi ?

POINT DE VUE DE MARILYS.

Je  me tourne vers Nathan. C'est vrai que je me sentais bien avec lui. J'ai  peut-être passé la plus belle nuit de ma vie à ses côtés par rapport à  quand je dormais avec Ethan mais il faut qu'on s'arrête. On s'est  embrassé deux fois et ça n'ira pas plus loin.

- Alors c'est tout ? Répond-il en me regardant les yeux brillants.

- De quoi ? Demandé-je sans trop vraiment comprendre sa réaction.

- Tu veux qu'on s'arrête parce qu'un petit con comme lui prétend tout dire au chef de l'établissement ?

- Tu ne sais pas comment il est...

- Et alors ? Tu ne veux vraiment pas qu'on essaye ?

-  Et si ça ne marche pas ? Et si on se fait prendre ? Je ne sais pas ce  que je ressens pour toi, Nathan. Tu as été là pour moi, t'es vraiment  gentil, certainement la personne la plus adorable que je connaisse mais  je ne peux pas. Je suis désolée.

Je me lève mais il attrape  mon poignet et me tourne face à lui. Son visage est triste, il a  totalement changé d'expression. Il me dévisage et place une mèche  derrière mon oreille. Il s'approche et m'embrasse lentement et  passionnément. Je lui rend le baiser et me retourne pour rejoindre ma  maison.

Amour interditLisez cette histoire GRATUITEMENT !