Un Pacte dans les ténèbres

56 8 2

Chapitre <$n>

Dans les catacombes

Grimaldi suivait Jérôme à travers les couloirs étroits des catacombes depuis ce qui lui semblait une éternité. Il portait devant lui un brasero éteint auquel il épargnait tant bien que mal l'eau qui suintait parfois du plafond. Il avait d'abord cherché des points de repère qui lui permettraient de retrouver son chemin, si son guide devait lui fausser compagnie. Il n'avait jamais mis les pieds dans ce lieu à la sinistre réputation. On racontait que des vampires qui s'y étaient perdus avaient fini par tomber faute de sang. Leurs corps décharnés ne se distinguaient guère des carcasses entreposées là, chuchotait-on, alors ils souffraient depuis sans espoir de secours. Que ces légendes soient ou non fondées, les Bergers évitaient de s'y aventurer.

« En venant, avez-vous aperçu des croisés ? demanda Jérôme.

— J'en ai repéré trois. Ils se cachent à peine.

— Ils croient nous assiéger dans le Sanctuaire, mais nous ne manquons pas de ressources. »

Qui Jérôme voulait-il convaincre? Grimaldi ou lui-même? Rien dans son ton ne trahissait la moindre crainte, mais le fait qu'il ait attendu d'être vingt mètres sous terre avant d'évoquer les croisés était significatif.

Ils entendirent un sifflement. Jérôme s'arrêta brusquement. Grimaldi se cogna presque à lui. « Chut! »

D'un couloir étroit et particulièrement noir émanait une voix aiguë. « Grimaldi! »

L'intéressé se redressa. Il avait ajusté sa vue aux conditions d'obscurité, mais cela ne suffisait pas. À peine distinguait-il une tête blanche et lisse, semblable à celle d'un mannequin, qui flottait dans l'air à quinze mètres de lui. « Qui me demande?

— Nous avons retrouvé votre médaille. Le service vous a bien été rendu. »

Pour la première fois depuis qu'il avait fermé les yeux sur le jour, Grimaldi avait rêvé. D'un homme-loup et d'un démon aux chaînes de feu et de glace. À peine s'était-il dressé qu'il ressentait l'appel de Rodrigue. Il lui semblait que ce cadavre avait été jeté dans les égouts un siècle auparavant.

« Je suis prêt à rembourser ma dette. Que puis-je pour votre service?

— Une dette? Allons! Votre médaille brille tant! Je crois que je vais la garder. Je voulais simplement simplement que vous sachiez qu'elle n'est pas perdue.

— Alors je n'ai plus qu'à vous remercier.

— Mais de rien du tout. Et si vous vous égarez, comptez sur moi pour vous montrer le chemin. Vous avez bien une autre médaille? »

La tête impassible se souleva trois ou quatre fois alors que la voix se changeait en bruit saccadé, à mi-chemin entre le rire et le claquement.

« Venez, Grimaldi, dit le cerbère. Ne perdons pas plus de temps. »

Grimaldi ne craignait rien quant à sa dernière médaille. Sa mémoire phénoménale suffisait pour se tracer un parcours dans ce dédale, aussi il abandonna bientôt sa recherche de points de repère, qui le forçait à sonder les détails morbides, les niches d'ossements entassés soulignées d'inscriptions envahies par l'humidité. Certaines avaient été aménagées en petits autels, les restes d'un défunt habillés de manière grotesque. C'était les vestiges d'un culte des morts, qui avait fleuri durant des siècles dans l'ombre du christianisme. La cathédrale elle-même n'était qu'une sorte de pierre tombale, indiquant avec superbe le lieu où les rites anciens avaient survécu, enfouis mais vivants. Les autels les plus récents n'avaient pas plus que cent ans.

Myriam et le Cercle de ferLisez cette histoire GRATUITEMENT !