Chapitre 15

223 20 2

Quand je revins à moi, j'étais dans une ambulance. Je reconnu le véhicule au son de l'alarme. Je me sentais encore vaseuse. J'avais l'impression que ma tête tournait. Finalement, mon idée n'était peut-être pas si bonne que cela...

Je restais quelques minutes les yeux fermés avant de les ouvrir. Le pompier remarqua tout de suite que j'étais consciente. En même temps, il avait les yeux rivés sur mon visage, il n'aurait pas pu louper ma reprise de conscience, à moins d'être un idiot profond.

- Mademoiselle ? Ça va ?

Je tournais mes yeux vers Ronan qui semblait à deux doigts d'exploser l'officier à cause sa question débile. Il avait l'air de dire 'mais oui elle va très bien ! Quelle évidence !! Non mais elle est dans un camion de pompier !! Forcément qu'elle ne va pas bien !!'. Je pouffais juste à imaginer la scène. Mais elle n'eut pas lieu, Ronan se contenta de lever les yeux au ciel -ou plutôt au plafond de l'ambulance en fait-.

Je hochais la tête à l'affirmative pour répondre à la question.

- Est-ce que vous vous souvenez de votre prénom ?

-Tegan

Soufflais-je dans un murmure. Je n'étais pas capable de parler plus fort... Je me sentais vraiment faible... Et plus mon état restait le même plus je me rendais compte que j'avais agis de façon totalement inconsidérée... Non mais... à quoi avais-je pensé ?

- Et quel âge avez-vous Tegan ?

-Vingt ans, je vais avoir vingt-et-un dans deux mois.

Il se tourna vers Ronan pour vérifier. Comme si j'allais inventer une information ! Non mais !! Pour qui me prenait-il ? Ronan confirma d'un signe de tête. Je notais que mon père avait parlé de mon âge à ses collègues, mais pas de mon tempérament explosif... Ce n'était pas forcément la meilleure chose à faire... Mais là encore, Pap's n'était plus là pour que je lui fasse savoir ma manière de penser.

- Est-ce que vous avez l'habitude de faire des malaises ? Vous savez à quoi s'est dû ?

Oh oh... Je voyais d'ici le regard noir de mon beau brun. Pour le moment, je le voyais dans ses yeux, il était en pleine panique. Il se demandait si j'avais une maladie grave ou un truc du genre. Ou si c'était le choc de la mort de mon père qui se faisait sentir. Je voyais toutes ces possibilités défilées devant ses yeux. Il essayait de trouver une logique à ce malaise. Il n'allait pas être content du tout quand il apprendrait la vraie raison...

On se connaissait à peine, mais j'étais comme une princesse en détresse pour lui, visiblement, et savoir ce que j'avais fait n'allait pas lui plaire.

- Non, je n'en ai pas l'habitude, mais je suppose que c'est un malaise hypoglycémique. C'est comme ça que vous dites, non ?

Je ne m'arrêtais pas pour attendre la réponse, mais continuais d'expliquer pourquoi j'étais dans cette ambulance. Après tout, on se fichait pas mal du nom de mon malaise vu qu'on en connaissait la raison, non ?

- Je n'ai rien mangé depuis hier soir il me semble. Je n'aurais pas dû présumer de mes forces et aller courir.

Ma voix avait pris de plus en plus d'assurance, même si elle restait faible, comme un simple murmure. D'ailleurs, Ronan avait dû se pencher pour pouvoir m'entendre. Non mais ce n'était pas possible ! Pourquoi ne parvenais-je pas à parler plus fort ?

Je refusais catégoriquement d'engager un duel visuel avec Ronan alors qu'il cherchait mon regard. Il tenta d'attirer mon attention vers lui en s'agitant. Mais je ne regardais plus de son coté, mes yeux étaient définitivement fixés sur le plafond du véhicule. Je savais que, sinon, il allait me passer un savon silencieux et je ne voulais pas de cela.

Tegan, fille de flicLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant