POINT DE VU DE MARILYS

Je me redresse et le regarde dans  les yeux. Je sens qu'il éprouve de la pitié pour moi et malgré tout ce  qu'il a pu faire, je ne veux pas de sa pitié. Il me tire le bras vers un  lavabo pour que je puisse me rincer le visage et me rafraîchir.

- Marilys. Serais-tu... Serais-tu enceinte ?

Je manque de m'étouffer dans le verre d'eau et lui esquisse un faux rire.

- Moi ? Enceinte ? Non.

- Tu es sûre ?

- Je sais quand même ce que je fais, Nathan.

- Ça peut arriver comme-ça tu sais...

Je l'interromps en colère :

- Non ! Je ne suis pas enceinte ! Ok ? Je suis juste un peu malade j'ai dû manger un truc pas très frais ce midi, c'est tout !

Il lève les mains en signe de défense et reprends dans un soupir :

- Ok, Ok. Tu veux que je te ramène chez toi ?

- Surtout pas ! Non... S'il te plaît.

- Tu vas rentrer à pieds ?

- Je ne vais pas rentrer chez moi ce soir, c'est tout.

- Où vas-tu dormir ?

Je ne réponds pas et prends mon sac après avoir enfilé mon gilet et me dirige vers la porte de son cabinet.

- Marilys, où vas-tu dormir ? Pourquoi ne rentres-tu pas chez toi ?

-  Je ne veux pas rentrer chez moi parce que... Parce que je suis fatiguée  et je me sens mal et là où je vis en ce moment c'est impossible de se  reposer sans être déranger toutes les cinq minutes.

- Pourquoi ça ?

Nathan m'énerve vraiment avec ses questions, je ne sais pas si je dois être  gentille ou continuer d'être ingrate comme je le suis.

-  Arrête de te mêler de ma vie, tu me saoules vraiment, Nathan ! Tu ne vois  pas que j'en ai marre que tu t'occupes de ce qu'il ne te regardes pas !?  Ce n'est pas parce que tu es mon psy que tu dois tout savoir ! Si je  voulais vraiment me confier à toi je l'aurais fait ! Je ne sais pas  quelles sont tes intentions mais je dois certainement avoir cinq ans de  moins que toi alors s'il te plaît maintenant tu es gentil et tu me  laisses tranquille ! Je ne sais pas si tu as une copine, une femme, des  gosses ou n'importe quoi d'autre mais intéresse-toi aux vieilles de ton  âge et ne m'aide plus, je vis assez dans la merde pour en rajouter une  derrière moi !

Je bouillonne de colère et je ne sais pas  vraiment si je dois être énervée contre lui ou contre moi-même mais mes  paroles sont sortis toutes seules et j'ai beaucoup trop de fierté pour  m'excuser même si je ne regrette pas vraiment mon acte. Je sens son  regard peser sur moi et je détourne les yeux. Il avance et m'ouvre la  porte gêné.

- Très bien. OK. Parfait. Réfléchis à ce que tu  viens de me dire parce que la merde ne s'intéresse pas à toi elle fait  son travail.

- Je m'en fous !

- Tu reviendras me voir quand tu n'auras plus tes règles.

Je  fais les gros yeux et lui lance un regarde désapprobateur. Il dit  simplement ça parce que depuis ce matin je suis énervée mais de quoi il  se mêle ?

- Pauvre con !

Je quitte le cabinet et  pars en direction de la ville-centre pour aller me poser tranquillement  sur un banc. C'est ici que j'aimais me poser tranquillement avec Ethan quand on sortais du restaurant de notre vendeur de sandwich préféré. Je  décide d'aller en chercher un après avoir passer plus de quarante-cinq  minutes à me tourner pouces en regardant les gens passer devant moi. Ces  pauvres gens qui rentrent chez eux, qui courent parce qu'ils sont  pressés ou encore qui promènent leur chien ignoble qui dépose leur  merde juste devant moi sans les ramasser.

- Alors, Mari' tu n'ai pas avec Ethan ce soir ? Me demande Josh, le vendeur de sandwich qui me connaît bien maintenant.

Je m'assieds dans un énorme soupir sur une chaise et étale mes bras sur la table avant d'enfouir ma tête à l'intérieur.

- Je t'en supplie ne me parle pas de cet enfoiré.

- Très bien, excuse-moi. Je te serre le même que d'habitude ?

- Oui, s'il te plaît.

Le  snack est vide, j'attends que Josh finisse de préparer mon sandwich que  je prends habituellement alors en attendant je laisse ma tête au repose  dans mes bras, à moitié pliée et étalée sur la table.

Amour interditLisez cette histoire GRATUITEMENT !