12 - Devon

5 3 0

Devon

Je commence à en avoir ras-le-bol d'être coincé ici. L'ennui se fait sentir. Je suis censé me reposer, même si à vrai dire, parler à mon inconscient n'aide pas, mais j'aimerais retrouver le monde réel.

— Pourquoi est-ce que je ne me réveille pas ?

Mon inconscient ouvre un œil.

— Je te l'ai dit, tu as besoin de guérir avant ça.

— Mais je me sens mieux pourtant. Du moins, je crois.

— Ton corps est guéri. Il cicatrise toujours beaucoup plus vite.

Je grimace.

— Que veux-tu dire ?

Il soupire.

— Je t'ai déjà parlé des différentes parcelles de ta personnalité.

J'émets un gémissement agacé.

— Ouais, je sais, j'ai découpé ma personnalité pour ne pas devenir cinglé. Et au final, j'ai provoqué ce que j'avais cherché à éviter. Et alors ? C'est de l'histoire ancienne.

— Ce n'est pas parce que Mark est mort que tu es redevenu comme avant.

Un rire sarcastique m'échappe.

— Tu as peur que je développe des personnalités multiples ?

— C'est une possibilité.

J'en reste sans voix. Je n'avais jamais songé à cette éventualité, et ce n'est pas fait pour me plaire.

— OK. Qu'est-ce que je dois faire pour guérir ?

— Tu dois t'accepter tel que tu es ; le meilleur comme le pire.

— Et concrètement, comment je procède ?

Il pousse un grognement agacé et saute sur ses pieds avant de s'approcher de moi.

— Je ne vais bientôt plus pouvoir me concentrer sur toi. Veux-tu redevenir toi-même ou non ?

Il tend ses deux mains vers moi, paumes vers le ciel, et attend ma décision. J'hésite un instant, il y a des parties en moi auxquelles j'aimerais pouvoir échapper, mais je suppose que je ne le peux pas.

Finalement, je pose mes deux mains dans les siennes. Aussitôt, le décor autour de nous disparait et différents souvenirs m'envahissent ; des souvenirs reflétant ce que je suis. Les plus sombres d'abord, bien évidemment. Ceux que mes crises de colère ingérables ont provoqués: les coups, les agressions. Mon sens de l'honneur mal placé et les mauvaises décisions que j'ai pu prendre à cause de lui. La torture d'Océane est un exemple ; le massacre de Tarquinia en est un autre. Ma lâcheté est bien représentée elle-aussi, comme le jour où je n'ai pas suivi Océane, le jour où je l'ai abandonnée à la rue.

Mais au-delà de ça... Après les ténèbres, vient la lumière, et malgré tous ces défauts, j'ai de quoi être fier. Car je sais aussi accorder de l'amour aux gens qui m'entourent. Je suis sélectif, certes, mais quand l'amour est là, je sais apporter tendresse et réconfort. Je suis une personne sur qui on peut compter. Oui au final, je suis quelqu'un de bien, pas exceptionnel, et pas vertueux comme un héros de conte de fée, mais je suis du bon côté de la balance.

C'est ce que je suis, un mélange de blanc et de noir. Un gris dont la luminosité change selon les vicissitudes de la vie. Moi. C'est ainsi.

Une fois cette révélation faite, un immense bien-être m'envahit. Un soupir de soulagement m'échappe. La béatitude est là, dans une sublime lumière blanche. Je ne suis plus que sensations, et c'est le pied total !

Yanael 2.5 - EtradisLisez cette histoire GRATUITEMENT !