9 - Devon

8 3 0

Devon

            Je suis devenu fou ; il n'y a pas d'autre explication. Mon inconscient, toujours avec l'apparence d'Océane, est encore debout devant moi. Pour autant, il ne me prête plus aucune attention, tout occupé à nous détruire de l'intérieur.

            La douleur me tient complètement ; comme si c'était la seule chose que je pouvais ressentir. J'ai l'impression que je vais imploser.

            — Aide-moi ! rugit mon interlocuteur.

            Tout ce que je peux faire en retour est gémir.

            — Tu vas nous tuer...

            Sous mes pieds, le sol s'est craquelé. L'eau à mes côtés s'est mise à bouillir et commence à s'évaporer.

            — Tu empires les choses en me résistant. Joins-toi à moi, poursuit-il en me tendant la main.

            Je la regarde avec hésitation. Ce serait du suicide d'accepter... Ou au contraire, peut-être cela me sauverait-il ?

            Je me rapproche difficilement, en serrant les dents sous l'effort. Une fois arrivé, je doute encore, mais finis par glisser ma main dans la sienne.

            Aussitôt, la douleur semble se concentrer dans mon crâne. Je pousse un cri et ferme les yeux par réflexe.

            Heureusement, ma souffrance ne dure pas. Elle semble s'échapper de moi en un faisceau à la puissance phénoménale, et me laisse vidé. Je garde mes paupières closes, savourant cet état de fait. Quand enfin je les ouvre, je réalise que nous sommes revenus dans mon propre jardin intérieur. Le décor blanc nous entoure, à l'exception du mur devant nous, qui semble recevoir la projection d'un film.

            Mon inconscient a les yeux rivés sur lui. J'y prête attention à mon tour.

            Le plan montre une ville agrémentée de canaux. Dans le style, ça me fait penser à Venise. La nuit est tombée, mais ce n'est pas pour autant que les environs sont calmes. Une grande barque remonte le canal principal, poursuivie par les clameurs de la foule.

            Je hausse un sourcil. Qu'est-ce que ces images signifient ?

            — Qu'est-ce que c'est ? Le blockbuster de cet été ?

            Mon inconscient se retourne vivement vers moi et me fusille du regard.

            — Ce n'est pas un film. Regarde mieux la barque.

            Je lui lance un coup d'œil suspicieux, mais m'exécute. À l'arrière du bateau, deux hommes sont en train de ramer. Il porte une sorte d'uniforme, mais je ne sais pas ce que ça signifie au juste. Devant eux, un troisième homme porte une vigilance accrue vers l'avant. Mon souffle se coupe quand je découvre l'objet de son attention. Océane. Et pourtant, elle est si différente. Elle est assise, stoïque. Son regard se vide par intermittence, comme si elle avait du mal à s'ancrer à la réalité. Je mets du temps avant de remarquer que ses bras sont couverts de sang. Je fais alors la connexion avec l'agitation autour d'elle. C'est contre elle qu'en a le peuple de cette ville. Les cris qui s'élèvent me font froid dans le dos : « meurtrière ! », « à mort ! »... Et pourtant, océane reste immobile. Je m'angoisse.

            — Pourquoi ne fait-elle rien ?

            — Elle est désespérée. Elle ne voit plus aucune raison de faire quoi que ce soit.

            — C'est réel, n'est-ce pas ? C'est vraiment en train de se produire ?

            Il hoche la tête.

            — Tu comprends maintenant pourquoi nous devons rétablir notre connexion au plus vite ? Tu ne supporterais pas plus que moi d'avoir sa mort sur la conscience.

            C'est évident. Je soupire.

            — Que dois-je faire ?

            — Tend ton esprit et ta volonté vers elle. Et insiste tant que tu n'auras pas réussi.

            — Comment le saurais-je ?

            — Tu le sauras.

            Ça, c'est une réponse claire et intelligible.

            Je m'approche de l'image et tends ma main vers le reflet d'Océane. Je n'ai plus qu'à me jeter à l'eau.

            — Océane !

Yanael 2.5 - EtradisLisez cette histoire GRATUITEMENT !