5 - David

8 3 0

David

            Ce voyage ne se passe pas comme prévu, et c'est peu de le dire. La possible mort de Devon a complètement fait disjoncter Océane. Elle semble convaincue de ce qu'elle dit, mais je me refuse à y croire, pas tant que je n'en aurais pas confirmation en rentrant sur Terre.

            En attendant, Océane ne veut pas entendre raison et s'est mis en tête d'aller à Étradis. Et ce n'est pas Yanael qui essaiera de la faire changer d'avis. Depuis notre arrivée dans la salle de réunion et l'annonce d'Océane, il est plus que ravi, même s'il tente de le cacher. Ce qui heureusement, n'est pas le cas de tout le monde.

            — Tu es sûre de toi ? s'inquiète Sineus.

            — Oui, répond-elle simplement.

            Je m'emporte.

            — C'est de la folie !

            Elle me fusille du regard.

            — On s'était mis d'accord pour que quelqu'un infiltre Étradis. Que ce soit moi ou un autre ne change rien.

            — Nous avons déjà un agent infiltré en la personne d'Azyael.

            — Et il veut que le rejoigne, continue-t-elle.

            — Et personne ne trouve ça étrange ?

            Je les dévisage tour à tour. Ils semblent tous réfléchir, mais là où Sineus a l'air de vouloir changer d'avis, Yanael, Jihanne et Océane ont simplement l'air contrarié. J'ai comme l'impression que tout ne m'a pas été dit.

            — Qu'est-ce que vous me cachez ?

            Ils s'interrogent du regard. C'est Océane qui finit par céder.

            — Azyael ne m'a jamais vraiment porté dans son cœur.

            — C'est faux, intervient Sineus. Il tient à toi, à sa propre façon. Et c'est pour ça que ça m'étonne qu'il te réclame à ses côtés.

            Je les observe sans y croire. C'est impossible d'être aveugle à ce point ! Je déclare, les faisant sursauter.

            — C'est un piège.

            Tous les regards se rivent sur moi.

            — Non, fait Sineus. Azyael ne lui ferait jamais le moindre mal.

            — Il a rejoint une dictature de son propre chef. Êtes-vous sûr qu'il est toujours celui qu'il prétend être ?

            Yanael se lève, blessé dans son orgueil.

            — Je connais mon fils. Il est loin d'être parfait, mais ce n'est pas un traître.

            — Et vous êtes prêt à mettre la vie d'Océane en jeu sur cette simple certitude ?

            — Je connais les risques, intervient cette dernière. Et je suis prête à les prendre pour empêcher un génocide.

            Je lâche un soupir contrarié. Elle sait trouver les mots pour contrer tout possible argument.

            Je secoue la tête de dépit avant d'accepter.

            — Soit. Mais cette mission doit être organisée de A à Z. Tu ne partiras pas d'ici avant que tout ce qui peut être planifié le soit. Au boulot !

            Je m'installe autour de la table, imité aussitôt par Océane.

            — Commençons par le commencement. Quelles sont les infos d'Azyael ?

            Yanael plonge son regard dans le mien, histoire de s'assurer de la sincérité de ma démarche sans doute, avant de s'asseoir à son tour.

            — J'ai rédigé un rapport hier soir.

            Il nous tend à chacun un exemplaire. Ensuite, il étale au centre de la table le plan détaillé d'une ville. Étradis, je suppose. C'est plus que je n'en espérais.

            — Les membres de la résistance sont dispersés dans toute la ville, reprend-il. Mais leur QG se trouve ici, ajoute-t-il en désignant un bâtiment au sud-est, situé entre les remparts et le centre névralgique de la cité. Le palais du gouverneur se trouve sur la place centrale.

            Je détaille la carte et fronce les sourcils.

            — Que représentent les traits en bleus ?

            — Ce sont les canaux. Étradis peut s'apparenter à votre Venise. De nombreux cours d'eau s'infiltrent entre les différents pâtés de maisons.

            Je grimace. Ça, ça ne facilitera pas notre progression. Yanael continue ses explications.

            — La ville compte environs 5000 âmes.

            Je fronce les sourcils.

            — Est-ce qu'ils suivent tous leur gouvernement ou est-ce qu'ils se contentent de le subir sans l'approuver ?

            Yanael grimace.

            — C'est difficile à dire. Azyael dit que la population est divisée en deux, mais il n'a pas précisé la part de chaque camp. Mais la majorité d'entre eux préfèrent ne pas agir.

            — Je vois. Et que suggère Azyael ?

            — Il pourra faire entrer Océane dans la cité et lui expliquer en détail la situation. Ensemble, ils pourront décider d'un plan d'action et Océane nous contactera pour nous le communiquer.

            Je grimace.

            — Beaucoup de choses reposent sur Azyael.

            — Je vais prendre mon propre téléphone, ainsi qu'un kit de survie. Je serai déjà moins dépendante de lui, décide Océane.

            Je l'approuve.

            — Bonne idée.

            — De notre côté, reprend Yanael, nous allons installer un campement à quelques kilomètres d'Étradis et nous y attendrons tes directives.

            Je lui demande.

            — Par nous, vous entendez qui exactement ?

            — Vous, Sineus et moi-même.

            — Une vraie petite armée... C'est déjà ça, je suppose.

Yanael 2.5 - EtradisLisez cette histoire GRATUITEMENT !