1 - Océane

27 4 0

Océane

            La vie est une pièce de théâtre. Tantôt tragique, tantôt comique, souvent compliquée, elle ne laisse personne indifférent. La quête de Yanael est un acte encore plus scénarisé. Chacun joue son rôle, ou plutôt devrais-je dire ses rôles : agent gouvernemental, victime, agresseur, cambrioleur, terroriste, héros... Tout change tellement vite dans cette histoire... Le deuxième acte vient de commencer. Lever de rideau.

            À l'instant où il m'a découvert dans le bureau de N°4, Devon s'est laissé tomber dans le siège vacant. Je ne l'ai jamais vu aussi abasourdi, mais il reprend vite contenance. La surprise s'efface de ses traits à une vitesse vertigineuse. Il tromperait n'importe qui. Mais je ne suis pas n'importe qui. Je sais lire son regard. Il retient une colère prodigieuse. Une colère qu'il laissera éclater dès que nous serons seuls lui et moi. Il trouvera à qui répondre. Je ne suis plus aussi influençable qu'à mes 17 ans.

            Heureusement pour nous, N°4 n'est pas aussi perspicace que moi. Il pose un regard scrutateur sur moi, accompagné d'un sourire gourmand. Rien de sexuel là-dedans, cet homme est plus attiré par mon rôle dans la quête que par mon corps.

            — Alors, mademoiselle l'héritière, comment devons-nous vous appeler ?

            Je prends mon verre et fais tourner le liquide pensivement, jouant avec les nerfs de mes interlocuteurs.

            — Et bien... j'aime assez mademoiselle l'héritière, ça flatte mon ego. Mais c'est trop long. Vous n'avez qu'à m'appeler Miss Oscoris.

            Deux regards ahuris se fixent sur moi. N°4 s'éclaircit la voix avant de demander.

            — Oscoris ? N'est-ce pas le nom de famille de Yanael ?

            Je lève un sourcil amusé.

            — Ne suis-je pas son héritière ?

            Le chef contracte la mâchoire. Il n'a pas aimé ma réponse. Ma foi, il va falloir qu'il s'y habitue. Il retient un soupir avant de changer de sujet.

            — Vous ne m'avez toujours pas dit ce qui vous avait fait accepter notre offre. L'argent ? La gloire ? Le pouvoir ?

            Je m'empêche à temps de rouler des yeux excédés. Évidemment, cet idiot ne peut pas imaginer d'autres raisons. Je jette un coup d'œil à Devon. Il me placarde de son regard bleu glacé, attendant impatiemment ma réponse. Il n'a pas prononcé un mot depuis son arrivée. C'est ce qui doit s'appeler avoir le souffle coupé. Je bois quelques gorgées de champagne avant de déclarer.

            — Peu importe mes raisons, l'important c'est le résultat. Je suis des vôtres.

            J'aperçois du coin de l'œil Dev tiquer à ces mots. Je repose mon verre tranquillement sur le bureau.

            — Bien entendu, j'exige quelques garanties en retour.

            Un silence pensif me répond. Finalement, la voix froide de Devon se fait entendre.

            — Quel genre de garanties ?

            Je pivote mon fauteuil pour le dévisager. Il est tellement immobile qu'on pourrait le croire tailler dans du granit. S'il était une statue, il serait sans aucun doute la représentation d'un dieu grec : ses traits sont parfaits.

            Je ferais mieux de reprendre mes esprits et de garder le contrôle de la situation. Le regard inquisiteur de Devon ne me lâche pas. Je reporte le mien sur N°4 et déclare :

Yanael 2 - Espionnages périlleuxLisez cette histoire GRATUITEMENT !