1 - Devon

71 6 6

Décembre 2098

Devon

Le hall de l'aéroport retentit de vie. Les vacances de Noël viennent juste de commencer et des centaines de personnes partent retrouver leurs proches ou se dorer au soleil. Du coup, l'aéroport bourdonne comme une ruche. Je ne participe pas à l'activité ambiante. Je suis entre deux vols et me suis trouvé un coin tranquille pour attendre ma correspondance. Près des baies vitrées, j'ai les yeux rivés sur le tarmac. La ronde des avions m'hypnotise, sans que je ne sois concentré sur elle pour autant. Mes pensées m'échappent depuis quelques heures. Comme chaque année... à chaque fois que les fêtes de fin d'année reviennent.

Je serre les poings au fond de mes poches, sentant l'épingle de la souffrance morale me titiller à nouveau. Le visage d'Océane flotte devant mes yeux. Je ne peux jamais y échapper à cette période. Elle revient me hanter et je n'arrive pas à lutter. Dix ans... Cela fera dix ans dans quelques jours que je ne l'ai plus vu, ne lui ai plus parlé. Je suis le premier responsable, je le sais bien. J'aurais pu lui courir après cette nuit fatidique. J'aurais pu défier mon père et partir à mon tour ; rejoindre Océane. On aurait commencé une nouvelle vie ensemble. Je ne l'ai pas fait. J'ai été lâche. Les mots de mon père m'avaient troublé au plus profond de moi. « Ta mère doit se retourner dans sa tombe devant vos cochonneries. ». L'image de ma mère m'a fait douter et relativiser mon histoire avec Océane. Je me suis persuadé que notre séparation était pour le mieux, qu'elle nous ferait oublier notre amour malsain. J'avais tort. Je n'ai jamais oublié, bien au contraire. Mais j'ai fait comme si et obéi à mon père. Quand j'ai enfin retrouvé mon courage et voulu rejoindre Océane, elle était fiancée. Ce jour est gravé dans ma mémoire. Mon père s'était fait une joie de m'annoncer la nouvelle. Je lui en ai voulu, une fois de plus. Pas longtemps, il est mort quelques semaines après. Je ne lui ai jamais dit tout ce que j'avais sur le cœur. Notre relation était des plus compliquée. J'éprouvais de la rancœur contre lui ; et pourtant on avait retrouvé un semblant de complicité.

Des bruits de pas à mes côtés me sortent de mes souvenirs. Je jette un regard en coin sur ma droite. Une jeune trentenaire et son fils se sont approchés de la vitre pour observer le panorama. Je ne leur accorde qu'une brève attention mais j'ai tout de même le temps d'apercevoir un magazine sortir du sac de la femme. En couverture, le sourire radieux d'Océane me nargue. Je serre les dents. La carrière de ma sœur ; c'est un des éléments qui m'a empêché de l'oublier. Comment le pourrais-je alors qu'elle est aujourd'hui une actrice et chanteuse reconnue sur tout le continent européen ? Sa célébrité commence même à s'étendre hors des frontières de la confédération. Je ne peux pas lui en vouloir d'avoir réussi à sortir de la misère de la rue, mais j'aurais préféré qu'elle le fasse plus discrètement.

Sa vie ne pourrait pas être plus différente de la mienne. Elle évolue dans un monde d'art et de paillettes, et moi... Disons que le monde de la quête est bien plus sanglant que ce que j'avais cru de prime abord. La première fois que j'ai entendu parler de Yanael, c'était le lendemain de l'obtention de mon bac. Mon père m'a raconté l'histoire de la quête. J'étais tellement perdu à cette période-là qu'il aurait sans doute pu me faire accepter n'importe quoi. Et puis, ça semblait être une aventure intéressante. Je suis rentré au CEBY, ai réussi les tests haut la main et prouvé ma valeur. Sans me vanter, je suis devenu l'un des meilleurs, sinon le meilleur, éléments du centre. Ce qui m'a convaincu de faire des infiltrations de longues durées. Je ne sais pas si c'est la meilleure idée que j'ai eu, mais au moins, la substance d'anonymat me permet de me perdre dans d'autres identités, de presque oublier son visage.

C'est un des buts que je m'étais fixé le jour de ma remise de diplômes.

Septansplustôt

Yanael 1 - L'HéritièreLisez cette histoire GRATUITEMENT !