Battle

274 13 3

" Allez! Venez Spock! Tout le monde va venir! Alors faîte un effort! ",  s'exclama Kirk.
" Je ne sais pas où vous voulez aller mais j'ai déjà prévu de méditer ce soir. ", répondit le vulcain avec calme.
" Mais! On va juste voir Bones sur le ring! Et puis c'est même pas drôle la méditation! ", bouda le Capitaine. " Venez Spock! "
Le commander soupira. Le Capitaine se comportait de manière tout à fait illogique. Pourquoi insister alors qu'il avait refusé?
" Je ne vois pas où est l'intérêt de regarder le Dr.McCoy se battre. ", déclara prudemment Spock.
" Mais tu verras! C'est pas un combat dans le sens où tu l'entend! Allezzzzzzzzz! ", quémanda Jim.
Le jeune homme avait réussi à piquer sa curiosité. Que voulait-il dire par " pas un combat dans le sens où tu l'entend "?
" Bon... Je pense qu'il y a une possibilité pour que je mette ma méditation de côté ce soir. ", dit lentement le vulcain.
" C'est vrai? ", s'exclama Kirk. " Coool! Je viendrais te chercher à 18h! "
Et il partit, content de lui. Le sang-vert rentra chez lui. Dans deux heures, le Capitaine sera à sa porte.

À 18h, donc, Jim vint chercher le vulcain et le conduisit dans un de ces vieux bâtiment des siècle passés. Les autres membres de l'équipage étaient déjà là et parurent choqués de le voir ici.
Soudain, un homme, armé d'un vieux micro, prit la parole.
" Mesdames, messieurs et autres! Vous allez assister à la finale mondiale de dance battle! "
La foule se mit à crier.
" Cette dernière danse opposera le champion Russe Ivan Dragonov! "
Une ovation s'éleva de derrière l'homme.
" À notre champion invaincu depuis dix ans. LÉO! "
Une nouvelle ovation eut lieu. Plus longue et plus bruyante.
Les deux danseurs entrèrent sur le ring. Ils se sourirent, se saluèrent et Dragonov commença à danser.
Spock ne put s'empêcher d'observer le Russe d'un oeil critique. Il bougeait bien mais il manquait de souplesse et de fluidité. Il semblait peiner à enchaîner ses figures.
Après une quinzaine de minutes, Dragonov se stoppa quelques secondes en équilibre sur une main puis se remis sur pied et recula. Le vulcain vit McCoy avancer puis tomber en avant. Qu'avait-il? Faisait-il un malaise? Mais il le vit se rattraper sur ses mains. Ah... effet de style. Et là, il comprit pourquoi le médecin était aussi rapide, aussi souple et aussi endurant pendant leurs missions. Il devait avoir toutes ces choses pour danser comme il le fait.
D'ailleurs, ses mouvements étaient nettement plus gracieux et plus fluides que ceux de son adversaire. On pourrait presque penser que c'est la musique qui suivait sa danse et non l'inverse. Il sentit une main sur son épaule. L'amiral Pike venait d'arriver.
" C'est ici que je l'ai trouvé. Contre cet homme. Je m'en souviens très bien puisque, ce jour là, il a perdu pour la seule et unique fois. ", déclara l'amiral.
" Comment a-t-il put perdre? C'est illogique, il est bien meilleur. ", s'étonna Spock.
L'Amiral rigola doucement.
" Maintenant oui. Il s'est beaucoup améliorer. Cette défaite lui a apporté énormément. S'il avait perdu ce n'était pas faute de technique mais les raisons pour lesquelles il concourait. Cela se sentait qu'il n'était pas là pour le plaisir mais par besoin. Et c'est ce qui l'avait fait rater son dernier enchaînement. "
" Par... besoin..? ", répéta Spock.
" Oui. ", répondit Pike. " Je ne sais pas si tu es au courant mais il a été marié. Cela l'a détruit. Cette femme n'a fait que jouer avec lui et ses sentiments. Son seul rayon de soleil est sa fille. Une perle. Elle est juste là d'ailleurs. ",  déclara l'amiral.
Il pointa du doigt une jeune fille brune aux yeux marron clair. Elle les vit et courut droit dans les bras de l'amiral Pike.
" Tonton Chris! ", s'exclama-t-elle en le serrant dans ses bras.
" Comment vas-tu Enya? ", demanda le vieil homme.
" Super bien! J'ai réussi à venir donc j'suis contente! ", répondit la jeune fille avec entrain.
" Je n'en doute pas. Ah! Voici le Commander Spock. Un des collègues de ton père. "
La brune le détailla de haut en bas, le serra dans ses bras pendant quelques secondes et le relâcha. Son sourire faisait trois fois le tour de sa tête.
" Enya McCoy! Enchantée Mr. Spock.  Je dois vous avouez que je ne m'attendais pas à vous voir ici! "
Une voix les interrompit.
" Les juges ont délibérés! ", s'exclama l'homme du début.
" Mince je vous ai fait rater la fin du battle... ", déplora Pike.
" T'inquiète tonton! ", rétorqua Enya. " Je lui enverrais la vidéo! "
" Et le vainqueur est........ "
La tension est à son comble. Tout me monde retiens son souffle. Spock voudrait qu'il gagne. Il le mérite.
" LÉO! "
L'ovation qui suivit fut telle qu'une personne extérieur pourrait penser que quelque chose avait explosé.
Spock sourit. Il est content qu'il ai gagné. Même si c'est complètement illogique. Après une quinzaine de minutes, le docteur s'approcha d'eux, la sueur glissant sur les parties découvertes de son corps. Sa fille lui sauta dessus, en larme, tellement elle est heureuse de le revoir.
" Bon! On va fêter ça? ", proposa Kirk.
" Moi je vais rentrer. ", déclara le vulcain.
" Ah bon? ", interrogea Bones. " Jim m'a dit que vous resteriez. "
Spock foudroya son capitaine du regard. Celui-ci sifflotait innocemment et semblait plutot fier de lui.
" Très bien. Je reste. ", fit le sang-vert en serrant les dents.
Ça, Kirk allait le payer. Il verrait à quel point un rapport peut être détaillé.
Jim les emmena dans un des bars où il avait ces habitudes. Mais cela dégénéra vite en bagarre. (Evidemment)
Spock fit d'abord sortir l'amiral et la fille de McCoy puis retourna chercher le docteur. Un homme arrivait vers celui-ci, un couteau en main. Le sang-vert s'interposa. La lame s'enfonça dans son bras, juste quand le médecin se retournait.
Le vulcain donna un violent coup de tête à l'inconnu et entraîna Bones dehors.
Puis de nouveau, il retourna à l'intérieur, pour récupérer l'innconscient et énervant personnage qui lui servait de Capitaine.
Il réapparu un bon quart d'heure plus tard, au soulagement de tous, tenant Kirk par le col de son t-shirt.
" Spock, venez avec moi. ", déclara McCoy.
" Je peux m'en charger seul docteur. ",  répondit le commander. " Restez plutôt avec votre fille. "
Bones se raidit et serra les poings.
" Enya reste avec l'amiral Pike. Il n'y avait que à cette condition que je pouvais la voir. ", grogna McCoy.
" Je suis... ", commença le vulcain.
" Venez bon dieu! ", exigea le docteur. " Ou je vais devoir me servir de mon hypospray! ", menaça-t-il.
Spock soupira. Il savait que le médecin mettrait sa menace à exécution. Donc il accepta. McCoy le conduisit à son appartement. Celui-ci était un peu en bazar, à l'image de son propriétaire. Bones appuya sur un bouton et le mur se releva, laissant place à un cabinet beaucoup plus propre que le reste des lieux. Le vulcain ne dit rien. Il avait déjà perdu pas mal de sang. Le docteur lui demanda de s'assoir et de lui présenter son bras. Le sang-vert s'exécuta sans rechigner. La première chose que fit le docteur fut de lui retirer du bras, tirant une légère grimace au sang-vert.
" Vous auriez dû l'éviter, ce couteau. ",  fit Bones. " Retirez votre haut. "
" Le couteau tombait déjà. Je n'aurais pu l'éviter sans que preniez le coup. Les vulcains étant plus résistant que les terriens, il m'a paru logique de prendre le coup. ", répondit le vulcain en enlevant son haut.
Quand le docteur se retourna, avec le nécessaire pour le soigner, il resta coi.
Le sang-vert était vraiment bien fait de sa personne.
Le médecin se reprit. Il désinfecta minutieusement la plaie, la recousu et la pansa. Tout cela en une petite heure. Il reposa son matériel et leva la tête vers le vulcain. Ses pupilles sont tellement dilatées qu'on ne voit presque plus son iris.
" Spock? ", appela McCoy d'une petite voix. " Vous allez bien? "
" J'ai chaud... ", murmura le sang-vert d'une voix nettement plus grave que d'ordinaire. " Et... Je... j'aimerais que... vous continuiez de me toucher... C'est... agréable... "
Bones rougit furieusement.
Constatant qu'il ne faisait rien, le vulcain prit sa main. Il la posa sur son torse et soupira de contentement. La main du docteur commença à danser sur sa peau mais restait sur son torse.
Spock se leva et se posta en face du médecin. Il encra son regard dans le sien. Il approcha son visage de celui qui lui faisait face. Petit à petit. Son souffle est court. Leurs coeurs battent à l'unisson. Leurs lèvres sont à quelques centimètres l'un de l'autre.
Finalement le vulcain craqua et prit sauvagement possession des lèvres de Bones. Il le fit reculer jusqu'au mur le plus proche et l'y plaqua après l'avoir soulever. Le médecin avait enrouler ses jambes autour de ses reins et gémissait contre sa bouche. Il pouvait sentir à quel point le sang-vert le désirait. Autant que lui le voulait apparemment. Une des mains du vulcain se dirigea vers ses fesses tandis qu'il lui sucotait et lui mordillait le cou. Spock ne faisait que les caresser mais cela sonnait comme une demande. En réponse, le terrien se frotta lascivement contre la virilité tendue du vulcain. Il eut un gémissement rauque. Le sang-vert arracha le pantalon et le boxer de Bones et le pénétra d'un coup de reins, lui tirant une grimace de douleur.
Spock donna un premier coup de bassin et tapa droit dans la prostate de McCoy. Celui-ci gémit de surprise. Comment a-t-il pu la... Un nouveau coup de butoir ébranla son corps et ses sens. Nouveau gémissement.
" Spock.... ", gémit Bones. " P-plus... Plus...fort... "
" Bien... sûr...Léonard... ", répondit le vulcain le souffle étatique.
Spock se mit à se mouvoir plus profondément, plus fort et plus rapidement en lui. Plus McCoy gémissait, plus il allait vite et fort, tellement ce son le grisait.
" Je.... Spoooooock!... Je vais.... je vais.... ", geignit Léonard, perdu dans son plaisir.
" Vas-y...", souffla Spock au creux de son oreille. " Fais...le...laisse....
toi....aller..... Jouis! "
À peine eut-il prononcé ces paroles que le médecin se déversa entre leur torse en sueur. Après quelques coup de butoir, son amant le suivit au septième ciel.

Spock les détacha du mur et les emmena sur le canapé. En s'asseyant, il toucha la prostate du docteur, lui tirant un petit gémissement de plaisir. Bones gigota pour être plus confortablement installé. Le sang-vert commençait à redevenir dur. McCoy eut un sourire lassif. Il ondula du bassin pendant qu'il mordait doucement la pointe de l'oreille du vulcain. Celui-ci sentit un frisson lui remonter l'échine. Il grogna. Spock renversa Bones sur le dos.
" Tu ne devrais pas te jeter dans la gueule du loup Léonard... ", ronronna le sang-vert.
Et il donna le premier coup de reins.

The end :3

Star trek into fanfictionsLisez cette histoire GRATUITEMENT !