♠ Chapitre 27- Octobre.

2.3K 136 6

Ma tête posée sur ma main, me semblait peser trop lourde. Crayon en main, je gribouillait ce qui me passait par la tête, parfois je levais aussi les yeux vers la fenêtre, faisant vagabonder mon regard au dehors.

Le temps était particulièrement mauvais ces derniers jours. Les fleurs se fanaient, les feuilles des arbres, ayant virées aux teinte orangées ,commençaient à tomber mollement au sol, l'envahissant alors.


J'essayais de suivre du mieux notre cours de philo avec ce charmant remplaçant. Il me donnait la migraine. D'habitude j'étais assez bonne pour ce cours, d'ailleurs, j'étais en général celle qui avait la meilleure note et qui s'élançait dans des débats infinis avec le professeur.Mais pour une raison qui m'était inconnue en ce jour, je n'avais pas la tête à penser ,à réfléchir sur les grandes questions fondamentales de la vie, du monde et de notre présence sur terre. Je préférais à cet instant observer ces gouttes s'écrasant sur la vitre avant de laisser une traînée derrière elle menant sa course jusqu'au bas de la fenêtre.


- Mademoiselle Stevens?

- Mh? grommelais-je en relevant ma tête , mes prunelles posées sur cet individu aux yeux bleus perçants.

- Pouvez vous me dire quelle est votre théorie sur ce qui est bon et mal ? m'indiqua-t-il, un sourire mesquin sur ses lèvres. J'inspirais profondément réfléchissant quelque secondes à ma réponse.

- Mmmh, et bien je pense que tout dépend de notre façon de voir les choses. Si on nous dit que frapper quelqu'un c'est mal, on dira toujours que c'est mal. Et à l'inverse, si on dit qu'il faut donner de quoi manger à un SDF c'est bien, on continuera de penser que c'est bien. Parfois on pense aussi faire quelque chose de bien à quelqu'un alors que cette personne n'apprécie pas. répondis-je alors. Je n'ai pas la même vision des choses que vous ,comme vous, vous avez d'autres valeur que nous.On parle d'éducation à la vie qui différencie de tout autres individu sur cette terre. Ce n'est que question de jugement des choses Monsieur. ajoutais-je ensuite.


Je retournais vaquer à mes occupations de gribouillages lorsque je vis mon professeur me gratifier d'un sourire forcé et de retourner dans son éternel monologue. Eh oui, il a voulu me coincé, mais c'est moi qui l'ai rendu muet et sans tact. Je souriais doucement.


" Mademoiselle Julia Stevens est immédiatement appelée au bureau du directeur, Mademoiselle Stevens. " Annonça gravement la voix de notre proviseur dans les haut parleurs,présents dans les classe et dans les couloirs résonnant alors.


Cette annonce m'avait fait sursauter, me tirant de mes pensées. Mon cœur s'emballait aussitôt après avoir pris conscience que je venais d'être convoquée en plein milieu d'un cours. C'était pas bon signe ça...

Je raclais ma gorge tandis que je cherchais le regard du professeur qui me fixait, tout comme 20 autres paires d'yeux. Et il hocha la tête quand il me vit le dévisager, le regard rempli de questions.


Je me levais alors, les jambes tremblantes, tout comme mes mains et prit mes affaires pour les ranger dans mon sac. L'espace d'un instant j'avais hésité à prendre mes jambes à mon cou et à fuir loin d'ici. Mais à quoi bon? Je n'avais rien fais, je n'avais rien à me reprocher après tout.


D'un pas hésitant et encore un peu boitant ,dû à ma jambe cassée lors de notre escale dans les égout avec Harry ayant subi quelques "complications", je me dirigeais vers la porte et sortis de la classe. Il faut dire que pas mal de choses ont changées depuis les vacances...

Coincée au lycée.Lisez cette histoire GRATUITEMENT!