Chapitre 6

322 23 2

Je n'attendis même pas qu'il demande quoi que ce soit et je lui fis signe d'entrer. Je n'allais pas lui adresser la parole, c'était certain, mais mon père n'aurait probablement pas voulu que je maltraite un de ses officiers. Il s'installa sur mon canapé mais je continuais de faire ma vie comme s'il n'était pas là. Je laissais un message à Éric, lui expliquant que je ne pourrais pas aller au travail au moins le lendemain, je ne me répandis pas en explications inutiles, je savais qu'il ne se poserait pas de question. Je dis simplement qu'il s'était passé un truc grave et que je le tiendrais informé plus tard. J'envoyais aussi un SMS à Del, lui demandant de passer chez moi rapidement. Je ne voulais pas lui annoncer la nouvelle par un texto, ce n'était pas le genre de chose que j'aurais pu écrire dans un tout petit SMS. Et puis, Del me connaissait bien, si je lui demandais de passer rapidement, elle n'allait pas attendre des heures avant de venir. Elle serait là presque aussitôt après son réveil. Et ce serait déjà bien assez tôt pour lui annoncer un tel drame...

J'allais prendre une douche, la seconde en quelques heures. Pas très économique tout ça. Mais mon passage dans cette ruelle m'avait noirci le visage. Et je voulais aussi me débarrasser des traces de ma course à travers la ville.

Dans la glace se reflétait le portrait d'une jeune femme aux traits tirés, très fatigués, les yeux perdus. Elle semblait tellement vulnérable. Je ne m'attardais pas devant le miroir, je ne voulais pas voir cela. J'avais l'impression que j'allais me briser à la moindre épreuve en me voyant ainsi.


Je me demandais si Ronan et son copain m'avaient cherché longtemps avant d'abandonner ou s'ils avaient compris que j'avais besoin d'être seule. Comment mon père aurait réagis face à cette situation ? Je ne lui avais jamais fait le coup de disparaitre comme cela. Il me connaissait assez pour ne pas me pousser dans mes derniers retranchements. Ce n'était pas le cas des deux autres pignoufs. Et pourtant, ils étaient encore là. Etait-ce à dire que la menace qui pesait contre moi était aussi sérieuse qu'ils le prétendaient ? Ou ils ne voulaient pas simplement abandonner la fille de leur patron à elle-même ? J'envisageais une troisième option qui serait de dire qu'ils voulaient se sentir utile après n'avoir pas pu sauver la vie d'un des leurs. Ils avaient eux aussi perdu quelqu'un. Et si ma peine m'empêchait de pouvoir compatir à la leur, je devais le prendre en compte. Je n'allais pas pouvoir leur faire un tel cirque à chaque fois... Enfin, j'en étais capable bien sûr, mais je devais prendre sur moi. Eux aussi avaient besoin de soutien.

Contrairement à plus tôt, je ne restais pas longtemps sous l'eau chaude, simplement le temps de me nettoyer. J'étais si lasse. J'enfilais un sweat et un legging que je piochais, au hasard, dans mes tiroirs. C'était ma tenue de nuit. Mais je ne voulais pas dormir.

Alors malgré mes yeux qui se fermaient tous seuls, je repris mon journal intime pour écrire. Faire cela avait toujours eut une fonction apaisante sur moi. Pourtant, après avoir inscrit la date du jour sur mon petit carnet, je ne parvins pas à verbaliser ce que je ressentais.

Mon père a disparu.

Ce fut la seule phrase que mon stylo écrivit ce soir-là. Et je relevais la tête pour constater que la porte de ma chambre était ouverte, alors que j'avais souvenir de l'avoir fermé. Sans doute Ronan qui voulait être sûr de m'avoir à portée de voix. Je me levais de mon lit pour ranger mon carnet. Ce ne serait pas ce soir ou plutôt cette nuit que je parviendrais à mettre des mots sur ma souffrance.

Je me rendis compte que l'intrusion du policier dans mon appartement ne me dérangeait plus. Pour le moment. Il avait ouvert la porte de ma chambre sans me demander. Mais je m'en moquais. De toute façon je l'avais déjà prouvé, je pouvais le fuir comme je voulais. Mais je n'avais pas l'envie de partir de nouveau. La fuite n'était visiblement pas la solution. Et en plus, je n'avais pas l'énergie de sortir de chez moi.

Tegan, fille de flicLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant