Chapitre 1

815 28 4

- Alors, tu crois qu'il pourrait être le bon ?


Demandais-je en souriant à ma meilleure amie, Adèle. Elle avait une propension à s'extasier sur tout et rien, et en l'occurrence, elle se projetait toujours dans l'avenir, à vouloir voir le meilleur de tout le monde. Elle voyait la beauté du monde quand la majorité des personnes étaient blasées. Mais cette qualité, qui rendait quiconque de son entourage tout de suite plus heureux, faisait d'elle une cible facile pour tous les goujats qui voulaient s'amuser quelques semaines. Et parfois, quand elle voyait une longue relation, son jules ne la voyait uniquement comme une proie facile. J'aimerais pouvoir la préserver du monde réel. J'aurais voulu pouvoir la protéger toujours pour qu'elle reste plongée dans son monde de bonheur.


- Je ne sais pas Teg', mais en tout cas, il n'a fait aucun faux pas jusqu'à maintenant, même toi tu le dis.

Elle prononça cette phrase comme si mon jugement était le seul qui avait une valeur quelconque. Elle me faisait pleinement confiance, de la même manière que je lui faisais confiance. Je lui aurais confié ma vie sans réfléchir. Je la connaissais par cœur. Mais pour sa nouvelle conquête...

- Del, tu sais bien que je ne peux pas deviner s'il va se transformer en vrai salaud.

Lui répondis-je en souriant. Même si je ne le connaissais pas encore, j'espérais qu'il serait vraiment aussi bien que Del voulait le croire.

- Tu sais que tu es la plus cynique que je connaisse. Si quelqu'un doit prévoir un pareil comportement ce sera toi. Et puisque tu trouves Tom adorable je sais que je peux me laisser aller avec lui.

J'écoutais ses paroles en souriant. Comme si elle ne se laissait pas aller avec les autres hommes qu'elle avait fréquenté. Elle était tellement mignonne quand elle faisait confiance à quelqu'un. Tellement naïve aussi. J'avais envie de parler de ce Thomas un peu plus avec elle. Histoire de la mettre en garde, même si cela n'aurait servi à rien vu qu'elle était déjà follement amoureuse. Elle disait le contraire, mais je le voyais, à sa façon de sourire, et aussi à ses yeux qui pétillaient, pleins d'étoiles, quand on l'évoquait. Mais je ne pouvais pas rester plus longtemps...


- Del, il faut que j'y aille maintenant, sinon mon boss va me virer.


Lançais-je en souriant, comme si Éric allait vraiment m'en vouloir pour trois minutes de retard... J'avais la chance d'avoir un patron génial, qui avait accepté de m'embaucher pendant mes études et qui me laissait faire plus ou moins comme je voulais. Il disait souvent qu'il avait fait tourner le café tout seul avant que j'arrive, donc il pouvait continuer à se débrouiller. Mais je n'aimais pas vraiment profiter de la liberté qu'il me laissait, je l'appréciais beaucoup, en tant que chef mais aussi en tant qu'ami.

Je sortis ma carte bleue pour payer les deux consommations que nous venions de boire. Le barman s'approcha de moi avec le ticket de caisse et un immense sourire sur le visage. Oh non, pensais-je...

Il n'eut aucun regard pour ma meilleure amie, restant fixé uniquement sur moi, avec un grand sourire, il avait l'air de vouloir engager la conversation. Del s'était levée juste après moi et elle enfilait sa veste, mais elle remarqua le manège du type et me lança un haussement de sourcil. Elle en avait marre de voir les mecs se comporter comme ça avec moi. Ce n'était pas tellement leur manière de draguer qui l'agaçait mais plutôt mon absence de réaction. En fait, elle en avait marre de me voir laisser passer toutes ces opportunités comme elle les appelait.

Tegan, fille de flicLisez cette histoire GRATUITEMENT !