Chapitre 9

236 25 14

Un ronronnement monta de ma gorge quand Lion sauta sur le dos de sa sœur et que les deux chatons s'aplatirent sur le sol. Ils avaient à peine une lune et pourtant, ils faisaient plus de bêtises que je ne pouvais imaginer! Aurore se releva en feulant et s'avança, ses minuscules griffes sorties, vers son frère.
- Rentre-moi ces griffes chérie! La grondais-je.
- Mais ça fait plus menacent! Bougonna-t-elle en les rentrant.
- Peut-être mais tu pourrais vraiment blesser ton frère.
- D'accord...
Elle sauta sans prévenir sur Lion et une bagarre éclata. Je levai les yeux au ciel. Ils étaient pathétiquement mignons!
- Ils grandissent vite! Ronronne Ébène, qui venait d'arriver. Je clignai des yeux en signe de bonjour.
- Comment vas-tu? Demandais-je amicalement.
- Très bien! Tout le monde se prépare pour la bataille, mais moi je n'y participerai pas. Soupira mon amie.
- Pourquoi? M'écriais-je.
- Devine...
- Ne me dis pas que c'est parce que Fléau veut que tu restes avec moi? Grognais-je.
- Eh oui!
- Mais c'est injuste! Bon, c'est moi que tu es sensée protéger, alors je te donne le droit d'aller combattre.
Ébène rigola.
- Désolée ma belle, mais ça ne marche pas comme ça, Ronronna-t-elle, Par contre j'apprécie.
Je soupirai. Mon amie me fixa un instant puis miaula gentiment:
- Vas-y!
- Où?
- Bah dehors! Tu regarde la forêt avec un air triste et tu soupire à toutes les cinq secondes!
- Je ne peux pas laisser mes petits...
- Je suis là! T'inquiète pas! Ronronna-t-elle.
J'hésitai. Puis, poussée par mon désir, je miaulai enfin:
- D'accord! Mais je reviens vite! Occupe-toi bien d'eux.
- Bien sur! Aller, prend ton temps et amuse-toi!
Je ronronnai et me levai pour courir vers la lumière. Quand celle-ci toucha mon pelage noir, ce fut le bonheur. Une lune dans cette ruelle. Je fonçai vers les bois. Quel bonheur de courir à nouveau! Mais quand mes pattes foulèrent l'herbe tendre et verte de la forêt, j'eus l'impression d'être dans un rêve irréel. C'était trop beau pour être vrai. Pourtant, c'était vrai. Je ronronnai de bonheur et me laissai tomber sur le sol en regardant les nuages et le ciel bleu au-dessus de ma tête. Je repensai à ma vie, mes horreurs, mais fautes, mes supplices, ainsi qu'à mes bonheurs, mes rires, à tout. Et je me dis que jamais je ne voudrais retourner en arrière. Tous ces choix que j'ai fais étaient pour le mieux, je le comprenais maintenant. J'aime ma vie avec Fléau, mes deux amours et Ébène, ma meilleure amie. J'aime ma vie tout court. Merci Boon. Merci de m'avoir fait partir. Merci pour tout. Je suis désolée de t'avoir tué, mais c'était mon destin. Je le comprend maintenant. J'ai du bien en moi comme du mal, et c'est notre cas à tous. Le bien et le mal se suivent et se partagent. Ils se mélangeant et se séparent. Il n'y a pas de bien sans mal ni l'inverse. Ils vont ensemble où qu'ils aillent. Je ne suis pas quelqu'un de mauvais et d'horrible, Fléau non plus. Seulement que ma partie mauvaise a pris le dessus. L'amour fait retrouver l'équilibre entre les deux. Je ne suis ni méchante ni gentille. Je suis ce que je suis, point. Je suis une chatte qui a vécu des choses difficiles et fait des choix déchirants, souffert et souris. Ris et pleuré. Détesté et aimé.
Je ne peux pas être méchante ou gentille car rien ne les distingue. Si on réfléchir bien, c'est la même chose. Si on cherche en profondeur, si on creuse dans son cœur, au-delà de la carapace, c'est là qu'on trouve ce qu'on est tous pour de vrai. On a un cœur. Ce cœur est fait pour aimer. Qu'on soit petit, grand, chaton ou matou, on est tous capables de voir au-delà de notre carapace. On est tous capables d'aimer...
Je sursautai. Un bruit dans les fougères avait attiré mon attention. Un matou au pelage foncé et aux yeux ambrés en émergea. Quand il me vit, il s'arrêta net et m'observa. Je me levai, reconnaissant tout de suite ce matou. Me reconnaissait-il, lui?
- Qui es-tu? Demanda-t-il en reniflant.
- Tu ne te souviens pas de moi? Murmurais-je.
Je tournai mes pupilles vertes profondes vers lui et il recula, abasourdit.
- F...fleur?
- C'est bien moi papa. Mais je préfère Fleur du Chaos si ça ne t'embête pas.
Je m'attendais à ce qu'il se jette sur moi, qu'il me crie dessus, qu'il se venge, mais il n'en fit rien. Il m'observa un instant, puis se précipita vers moi, je reculai de surprise quand il enfouit son museau dans ma fourrure en murmurant:
- Oh Fleur! Ma chérie! Tu vas bien! Tu es là, vivante et en santé! Oh, je suis si heureux de te revoir!
Je tardai un instant à me rendre compte de son geste. Sous le choc, je finis par pousser un faible ronronnement et je lui léchai l'oreille avec tendresse:
- Oui... Murmurais-je, Je suis là...



SALUTTTTTTT LA BANDE DE LICORNES ORANGES!!!!!
Voila [enfin] le chapitre que tant m'ont demandé.
J'aimerais voir vos réactions et commentaires par rapport au chapitre!
- Que pensez-vous qu'il va se passer quand Fleur du Chaos dira à son père qu'elle a des chatons avec Fléau? [Tous les chats du coin connaissent la cruauté de Fléau]
- Comment trouvez-vous Lion et Aurore?
- Que pensez-vous d'Ébène?
Merci de lire mon histoire!!!

Bisousssssss xxxxxx

Les Folies du MalLisez cette histoire GRATUITEMENT !