Chapitre 44

557 87 36
                                    


— Nous devons élire un nouvel Archange.

— Bien sûr que nous devons élire un nouvel Archange. Me prends-tu pour un imbécile ? a répliqué Marin à son frère.

— Dois-je convoquer les quatre candidats en lice pour obtenir la paire d'ailes manquante ? est intervenue Sana sous l'approbation d'Ayo.

Marin s'est approché du bord de la falaise. Un signe de tête a suffi pour que les Poursuivants s'éclipsent en hurlant à la mort. Leur chant m'a arraché des frissons. Noisette, effrayée, s'est enfoncée dans ma poche.

— La guerre que nous allons mener va nous obliger à défier des règles ancestrales. Aucun cadeau ne sous sera fait. Nous n'en ferons donc aucun à nos ennemis. Ne nous voilons pas la face, Eleanor n'est pas seule. Elle n'a plus l'appui d'Exxhos, mais il est certain que d'autres traîtres et démons l'appuient. Les potentiels candidats au statut d'Archange seront convoqués quand je l'aurais décidé. Ne nous précipitons pas.

Pavel m'a balancé un coup de coude. Le comportement de ma sœur étant indéfendable, je préférais faire profil bas.

— Rentrez chez vous, Archanges. Vous serez convoqués le moment venu. En attendant, veillez sur vos territoires. Renforcez votre vigilance. Vérifiez chacune des cages à faucheurs. Débarrassez-vous de tous ceux qui pourraient se trouver en liberté. Et Sana, je te prie de bien vouloir t'assurer de la quiétude du continent australien. Exxhos n'étant plus des nôtres, j'aimerais que tu veilles sur ce territoire. Ayo s'occupera de l'entièreté du continent africain pendant tes moments d'absence.

— Et toi ? Que vas-tu faire ? s'est inquiété Sana.

— Le ménage.

La petite assemblée présente a donné silencieusement son approbation à Marin avant de disparaître. Seul un individu vêtu d'une pèlerine rapiécée est resté. Le visage planqué sous un masque craquelé, il s'est approché de moi. Tremblante et plaintive, Noisette s'est un peu plus dissimulée au fond de ma poche.

— C'est une bien vilaine blessure, a souligné celui qui a effleuré mon bras qu'un voile translucide sombre a enveloppé.

Sa voix chevrotante de vieillard ne m'a pas rassurée. Il était le genre d'énergumène louche que les héros et héroïnes de contes de fées croisent sur leur route.

Mon bras m'a démangée. Une sensation de chaleur s'en est emparée.

— Votre Grandeur, a-t-il dit en s'adressant à Marin, l'utilisation de la magie a un prix. Je ne saurais soigner les blessures de l'Immortelle sans une contrepartie.

— Nous nous passerons de vos services, a balbutié Noisette en sortant sa tête de ma poche.

Frissonnante, la petite fée a trouvé le courage d'affronter celui qui la terrifiait et dont je ne connaissais pas l'identité.

— Votre magie noire n'est pas la bienvenue, Mage Maudit.

C'est qu'elle ne se démontait pas. Marin, qui a déployé ses ailes, s'est tourné pour nous faire face un sourire au coin des lèvres.

— Je ne t'ai pas missionné pour cette tâche, Maudit. Tu peux disposer. Avant, rappelle-toi que tu as posé un genou à terre pour l'Immortelle ici présente. Ton serment te lie à elle plus qu'à quiconque.

L'homme m'a fait une révérence bancale en jurant qu'il m'était entièrement dévoué comme l'était sa communauté.

— Marin, excuse-moi. Mon intention n'était pas de t'offenser. Je voulais simplement prévenir l'Immortelle que l'utilisation de la magie quelle qu'elle soit à un prix.

Bleu Magnétique (EN COURS)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant