8. Fête pascale

39.3K 2.6K 132
                                                  

Zelyan contempla la vingtaine d'hommes qui lui faisait face, tous ses enfants, et pas une femme à l'horizon. Caius, l'un des premiers qu'il avait transformé lui en avait fait une fois la remarque. Sur l'instant Zelyan n'avait su en expliquer la raison, depuis il y avait longuement songé et s'était rendu compte que s'il était doué pour comprendre l'esprit des hommes, celui des femmes était un mystère pour lui, et mystère signifiait ici incontrôlable, imprévisible. Et, bien qu'il refuse de l'avouer, aucune des femmes qu'il avait croisé n'arrivait à ses yeux à la cheville d'Ereyne. Etait-ce dû aux années passés ensemble? A son abnégation originelle ou simplement au fait qu'après tout ce temps ils avaient développé une relation exclusive?

Au final peu importait, des femmes transformées il en existait de part le monde, ce n'était juste pas de son fait, il les verrait lors du prochain rassemblement. Mais pour l'instant, c'était l'heure de débuter les festivités pascales. Dix ans qu'il attendait cela.

"Messieurs, mes fils. Voici le moment que nous attendions tous. Tu as raison John, nos invitées sont parties, nous pouvons nous mettre à l'aise. Précisa t-il en voyant l'homme tirer nerveusement sur sa cravate. Ni une ni deux, Zelyan continua son discours en retirant ses vêtements. Remercions Caius pour nous avoir récupérer du gibier venu d'Afrique, d'Amérique du nord et d'Asie cette année.

-Avec le nombre de trafiquants c'était facile, concéda le vieil homme, modeste.

-Petit rappel des règles pour les jeunes dont c'est la première fête pascale et pour les anciens à la mémoire courte, le gibier a été lâché du côté nord ouest en dehors du château, les rabatteurs sont éparpillés dans un rayon de dix kilomètres et à proximité de la ville fermée pour la nuit afin d'empêcher toute fuite ou rencontre inappropriée. Dix-huit proies sont en liberté, nous devons toutes les avoir récupérées avant le lever du jour, ne les abîmez pas trop et interdiction de manger sur place. C'est parti!"

Les hommes se précipitèrent dehors en hurlant de toutes leurs forces, telle une bande de sauvages. Zelyan leva les yeux vers la plus haute de son château et vit les lumières s'éteindre à travers la fenêtre, il sourit et, laissant ses plus profonds instincts monter en lui, partit en chasse.

Il se dirigea vers le nord, les sens aux aguets, il vit un peu loin Aleph, un peu perdu, ne sachant pas trop quoi faire et John, lancé à pleine vitesse derrière une haute et fine silhouette sombre qui courrait pour sa survie. Mais le malheureux ne put rien contre l'homme loup qui le fit tomber et le mordit à la gorge avant d'hurler sa victoire si fort que même certains habitants de GreyHall l'entendirent.

Zelyan pénétra dans la forêt et prit une longue inspiration afin de calmer son coeur qui battait la chamade. Il marcha silencieusement, écoutant chaque bruit, les proies avaient l'habitude de se cacher derrière des troncs d'arbre, essayant de fusionner avec ceux ci mais ne pouvant s'empêcher de jeter des coups d'oeil partout. De fait ils faisaient facilement du bruit et se dévoilaient.

Il ne lui fallu qu'une dizaine de minutes d'attente pour débusquer une proie, l'homme d'une trentaine d'années s'était couché au sol sous des fougères. Malin, mais ses mouvements de têtes faisant bouger les plantes trahissaient sa position. Zelyan l'observa attentivement, hésitant entre le tuer rapidement et faire du bruit pour lancer la course poursuite. L'homme ne semblait pas blessé, il devrait bien pouvoir courir quelques minutes, d'un autre côté l'expression de peur et la décharge d'adrénaline qu'il aurait si Zelyan l'attrapait par surprise promettaient de donner un petit goût appréciable à sa chair.

Il n'eut pas l'occasion de se décider car deux mètres au-dessus de lui, dans un arbre, un jeune sauta d'une branche à l'autre mais évalua mal la robustesse de la branche réceptrice qui se brisa. Le bruit effraya sa proie qui s'enfuit. Ce serait poursuite alors. Zelyan bondit et s'en fut après sa cible, sautant par dessus racines et buissons. L'homme courait vite, accentuant le plaisir de son prédateur. La poursuite ne dura que quelques secondes, Zelyan attrapa le cou de l'homme d'une main et le déséquilibra, envoyant sa tête heurter violemment un tronc, l'assommant ainsi. Sa proie à terre et inconsciente, Zelyan décréta que c'était fini et d'un coup sec, tordit le cou de sa victime, lui épargnant une fin douloureuse. Il traîna son corps jusqu'aux abords du château où deux rabatteurs patientaient près d'une charrette. Ils y déposèrent le corps et annoncèrent le nombre de proies déjà abattues. Quinze, il en restait trois, non deux, Caius arrivait avec l'une d'elle. John et un jeune auto-nommé Typhus s'approchèrent avec chacun une moitié de proie. Le dernier malheureux fut amené par deux anciens habitués à chasser ensemble. Un signe de Zelyan et les rabatteurs sonnèrent le rappel des chasseurs.

"Ils n'étaient pas très rapides cette année, fit remarquer John d'une manière toute sauf amical à Caius.

-La prochaine fois tu te chargeras de la récolte! Rétorqua ce dernier. Enfin si tu réussis à ne pas les bouffer avant d'arriver ici!

-Assez! Ordonna Zelyan, conscient que cette querelle s'envenimait, les deux hommes ne s'entendant guère. Je dois avouer Caius que je suis assez d'accord avec John, ce fut assez facile cette fois-ci.

-C'est à cause du virus de la grippe qui sévit cette année, il est en train de décimer les populations un peu partout.

-C'est contagieux? Demanda Aleph, triste de n'avoir rien capturé.

-Très, répondit Caius avant d'ajouter devant l'air paniqué du jeune. Ils ont été testés négatifs, je n'allais pas nous empoisonner avec le plat principal."

Ils furent au château aux premières lueurs de l'aube, peu avant que GreyHall n'ouvre ses portes et ne découvre de grandes traces de sang, sans aucun cadavre.

Les corps furent emmenés dans un bâtiment au nord du château, transformé en abattoir. Ereyne, descendue tôt ce matin constata avec tristesse qu'ils avaient encore une fois semé la mort et s'en étaient délectés.

Tous étaient plus ou moins nus, couverts de griffures et de terre. Certains comme Aleph étaient immaculés, honteux de n'avoir rien pris mais d'autres comme John étaient plein de sang à leur plus grande joie.

Zelyan s'approcha d'elle, aussi féroce qu'à leur première rencontre, cette fichue tradition ayant tendance à faire ressortir ses plus mauvais côtés.

"Très chère, ce soir c'est un festin de rois qui nous attend.

-Festin de monstres oui, et n'essaye même pas de m'en faire avaler de nouveau!"

Plusieurs millénaires après elle lui en voulait encore... Il ricana et monta se reposer quelques heures, imité par ses invités.

Immortels I : Déluge [Edité][Version intégrale Wattpad]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant