CHAPITRE 11 : Victoire.

2.1K 126 15
                                    



Les garçons et Max s'occupent de faire monter Steve dans la voiture et je prend place devant le volant.

Ça ne doit pas être aussi compliqué de conduire ce genre de voiture, si ? Je démarre le moteur et j'appuie sur la pédale.

Lucas se tien à ma droite afin de m'indiquer la route tandis que Mike, Max et Dustin sont derrière nous avec Steve sur leurs genoux.

— Cam ? murmure soudainement Steve en se réveillant.

Je fronce les sourcils sans comprendre pourquoi il m'appelle alors que je suis concentrée à ne pas faire d'accident.

— Salut, mec ! Franchement, tu t'es bien battu. Il t'a défoncé, mais t'as assuré, t'inquiète pas, le rassure Dustin.

— Continue tout droit pendant huit-cent mètres puis, tourne à gauche sur Mount Sinai, m'indique Lucas.

— Que se passe-t-il ? demande le blessé en me voyant conduire. Oh mon Dieu !

— Elle a déjà conduit, informe Dustin.

— Sur un parking ! renchérît Mike.

— Ça compte, reprend Lucas en haussant les épaules.

— Oh mon Dieu ! hurle Steve.

— Ils voulaient tous te laisser là-bas et j'ai promis que tu serais calme ! reprend Dustin en le calmant.

J'accélère soudainement afin de ne pas perdre de temps et Steve s'affole derrière.

— Mon Dieu ! Non ! Arrête-toi, ralentis ! hurle-t-il.

— Je t'avais dit qu'il flipperait ! crie Mike à Dustin.

— Cam ! Arrête la voiture ! Crie de nouveau Steve en paniquant d'avantage.

Tout le monde hurle dans tous les sens et ma tête est prête à explosé. Putain, ils sont vraiment pas possible !

— Fermez-la ! J'essaie de me concentrer ! hurlai-je.

— On y est, tourne à gauche ! ordonne Lucas. À gauche !

Je tourne brusquement le volant à gauche et je défonce une boîte au lettre. Pour ma défense, c'était pas fait exprès.

Tout le monde hurle de tous les côtés tandis que je persiste à me concentrer d'avantage. J'avance jusqu'à l'endroit que m'a indiqué Lucas avant de me garée brutalement juste devant le trou.

— Oh, la vache ! crie Steve.

Tout le monde descend rapidement de la voiture avant que les gars n'ouvre le coffre et sorte toute les choses nécessaire pour notre petite escapade nocturne.

Steve sort de la voiture à son tour et s'écrase par terre. Il se relève difficilement avant de s'approcher du coffre.

— Vous allez où comme ça ? gronde-t-il.

Personne ne lui répond, bien trop concentrée à continuer de mettre en place notre plan.

— Vous êtes sourds ? Ohé ! Pas question de descendre, j'ai été clair, râle-t-il.

Je le contourne sans l'écouter et il m'attrape rapidement par la taille pour m'arrêter et j'hausse les sourcils l'air de lui demander ce qu'il me veux.

— Cam ! Pas question qu'on descende dans ce trou, ça suffit ! hurle-t-il.

— Steve, tu es contrarié et je comprend. Mais la, les autres ont besoins de notre aide et c'est notre devoir de leurs porter secours. Tu as promis de nous protéger, alors protège-nous, dit-je en lui refilant son sac à dos et sa batte.

OUR LOVE STORY (Steve Harrington)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant