CHAPITRE 10 : Billy.

2.2K 129 52
                                    



Nous rentrons de nouveau dans la maison avant de voir partir Hopper et El en direction du laboratoire ainsi que Nancy, Jonathan et Joyce vers ce fameux lieu inconnue.

Plus tard, Steve, Dustin et moi prenons l'initiative de faire rentrer la créature visqueuse à l'intérieur du réfrigérateur tout neuf de Joyce.

— C'est bon. Il devrait rentrer, fini par annoncer Dustin en enlevant les dernières bricoles du frigo.

Steve porte la bête dans ses bras enrouler dans une vieille couverture usée.

— C'est vraiment nécessaire ? demandais-je légèrement dégoûtée.

— Oui ! s'exclame Dustin. C'est une découverte scientifique historique, Cam. On ne peut pas seulement l'enterrer dans le jardin comme un vulgaire chien !

— Ok, ok, c'est bon... Mais c'est toi qui expliqueras tout ça à Mme Byers.

Steve cogne la tête du monstre contre le frigo avant de finalement parvenir à le faire rentrer à l'intérieur. Je referme rapidement la porte avant de souffler une bonne fois pour toute.

Du côté des autres, Max et Lucas se chargent de nettoyer les morceaux de verres dû au fracas qui a eu lieu un peu plus tôt dans la nuit.

Mike, lui, continue à faire les cent pas. Ce gosse vas finir par me faire autant stresser que pour mes examens.

— Mike, tu peux arrêter ? râle Lucas qui me sauve la vie.

— Tu n'y étais pas, Lucas, d'accord ? Le labo grouille de chiens ! dit-il au bord de la crise de nerfs.

— Démo-chiens ! corrige Dustin pour la énième fois.

Tout le monde l'ignore et Lucas poursuit.

— Le chef va la protéger, explique-t-il en parlant de la jeune fille aux pouvoirs surnaturels.

— Elle n'a pas besoin de cette protection, fait remarquer Max.

— Écoute, si l'entraîneur te dit de jouer, tu obéis, c'est tout, enchaîne Steve en se mêlant de leur dispute.

— C'est quoi cette métaphore stupide ? demande Max en se moquant ouvertement de lui.

— Quoi ? J'ai raison ! se justifie-t-il.

— Primo, ce n'est pas un match débile. Et deuzio, on est sur la touche, râle Mike.

— On est sur le banc, alors on ne peut rien faire, conclut Lucas désespéré en lui coupant la parole.

— C'est pas tout a fait vrai, ajoutais-je en réfléchissant.

Tout le monde me regarde à mon tour et Mike arque un sourcil, sûrement surpris que je le contredise.

— Les Démo-chiens ont un esprit collectif, n'est-ce pas ? Quand ils étaient près à nous tuer dans le bus, ils sont partis car il les a appelés. Donc si on les attire ici, on les éloigne forcément du labo.

— Donc on dégagera aussi l'accès au portail pour El, ajoute Dustin visiblement excité par mon idée.

— Et on mourra tous, intervient Steve en râlant.

OUR LOVE STORY (Steve Harrington)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant