CHAPITRE 6 : Le Récit.

2.5K 134 19
                                    



Après notre petite sortie nocturne ainsi que la découverte de la mue de notre ami, Darte, dans la cave de Dustin, nous avons convenu de se rejoindre le lendemain matin à l'entrée de la forêt de Mirkwood.

Après m'être levée, je me suis vite préparée afin d'y être le plus rapidement possible. En arrivant, les garçons étaient déjà sur place et préparaient notre plan : laisser par terre des morceaux de viandes le long des rails jusqu'a la casse.

En déchargeant le coffre de la voiture de Steve, le talkie-walkie de Dustin se met soudainement à parler.

— Dustin ! Ici, Lucas. Tu me reçois ?

Ce dernier laisse tomber ses deux seaux remplis de viandes par terre avant de soupirer et de répondre à ce Lucas.

— Tiens tiens, écoutez qui voilà ! ironise-t-il.

— Désolé, ma sœur l'avait éteint, explique-t-il en parlant sûrement de son talkie-walkie.

— Pendant que tu réglais tes petits soucis avec ta sœur, Darte a grandi et il s'est sauvé. En fait, c'est un bébé Démogorgon.

Un bébé quoi ? Qu'est ce que c'est que cette chose ?

— Attends, quoi ?!

— Je t'expliquerai, souffle Dustin. Avec Cam et Steve, on va à la casse.

— Steve ?!

— Oui, ramène tes jumelles et ton lance-pierre. Terminé.

Nous quittons la voiture et laissons tomber des morceaux de poulet le long des rails. Dustin nous parle un peu plus de cette mystérieuse fille qu'il aime avant que Steve décide de l'interrompre.

— Donc si j'ai bien compris, tu as gardé un truc dangereux pour impressionner une nana que tu connais à peine ?

— Tu simplifies beaucoup trop les choses, explique l'autre brun.

— Pourquoi cette fille aimerait-elle un gros lézard ? demandai-je à mon tour en marchant à côté de Steve.

— Darte n'est pas un lézard ! Et puis, c'est génial un monstre interdimensionnelle.

— Même si cette fille aurait trouvée ça cool, tu te donnes trop de mal, réplique Harrington.

— On n'a pas tous tes beaux cheveux, lui fit-je remarquer en riant.

— Ça n'a rien à voir avec ça ! Le secret avec les filles, c'est de les ignorer.

— Même si elles nous plaisent ? s'étonne Dustin.

— Ça les rends dingues ! affirme-t-il.

— Qu'est ce que tu racontes encore ? demandai-je désespérée.

— Et après, tu fais quoi ? reprend Dustin sans prêter attention à ma remarque.

— Tu attends de le sentir.

— Sentir quoi ?

— Tu sais, c'est comme avant un orage. On ne le voit pas, mais on sent une sorte... d'électricité.

— Comme dans le champ électromagnétique, quand les nua-

— Non, non ! Plutôt comme une électricité sexuelle, explique Steve. Quand tu la sens, tu passes à l'action !

OUR LOVE STORY (Steve Harrington)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant