CHAPITRE 4

2.5K 143 30
                                    



En me réveillant ce matin, la lumière du
jour passait à travers les rideaux de ma chambre. C'est bizarre, mon réveil n'a pas sonner.

Attend quoi ?!

Je bondis de mon lit avant de rapidement regarder l'heure sur ma montre qui affiche onze heures et demi. Je râle un bon coup en me demandant pourquoi Max et Billy ne m'ont pas réveillés.

En descendant les escaliers, je remarque qu'il n'y a personne à la maison, je suis seule. Ou sont-ils tous passés ?

Mon père et Susan sont probablement sortie, Max n'est pas rentrée hier soir et Billy s'en tape de moi. C'est aussi simple que ça.

Je me prépare un petit déjeuner composé d'un bol de Lucky Charms, je me lave, je me change et je suis enfin parée pour le lycée.

En sortant de la maison, Claudia, la voisine, tond sa pelouse. Je la salue en passant devant son jardin et j'accélère le pas afin d'être au lycée le plus rapidement possible.

Une fois arrivée la bas, il est presque midi et demi et j'ai manquée tout mes cours de ce matin ainsi que le cours de sciences avec Steve.

Il faut que je vois Billy pour lui en toucher deux mots. Je regarde dans les environs avec l'espoir de voir un idiot traîner avec deux ou trois nanas, mais rien.

Une seule et dernière option : le gymnase. J'entre à l'intérieur et un match de basket se déroule de nouveau entre Steve et Billy. Ils n'arrêteront donc jamais ?

Steve me voit rentrer ce qui semble le perturber par rapport au fait que je n'étais pas en cours ce matin.

Qu'est ce que j'y peux si mon imbecile de frère ne m'a pas réveillée ? Et puis, j'ai totalement oubliée de programmer mon réveil.

— Allez, faites des passes. Démarquez-vous ! encourage leur coach.

Ils jouent et Billy réussi une nouvelle fois à lui prendre la balle.

— Voilà le roi Steve, annonce-t-il en riant. J'aime bien, tu joues les durs !

— Arrête de parler. Allez ! réponds Steve en attendant qu'il joue.

— T'as peur d'être mis sur la touche maintenant que je suis là ? se moque mon frère en ignorant ses paroles.

Ce dernier semble agacé et Billy en profite pour le faire tomber au sol et lancer le ballon dans le panier de basket sous les acclamations de tous les autres garçons.

Ils se moquent tous et Billy se rapproche de Steve en lui tendant la main afin de l'aider à se relever. Ce qui m'étonne tout particulièrement venant de lui.

Harrington attrape sa main et mon frère lui chuchote quelque chose à l'oreille avant de le relâcher et que sa tête cogne contre le sol dur.

Billy et ses amis partent dans les vestiaires en riant afin de se doucher et de se changer tandis Steve profite de son absence pour venir me voir dans les gradins.

— Désolé pour mon frère, c'est un vrai idiot.

— C'est pas de ta faute, dit-il gêné. Mais merci.

Je lui sourie gentiment avant qu'il ne soupire. Il est vrai que depuis que mon frère et moi sommes arrivés au lycée, la réputation de Steve est désormais celle que s'est attribué Billy.

OUR LOVE STORY (Steve Harrington)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant