Chapitre 2

19 5 13
                                    

La tempête frappait Blanche avec violence. La troisième journée de la cérémonie des funérailles s'était achevée après des heures de discours, d'hommages et de remerciements. Kana Eldiriel, première héritière du trône, résistait à l'envie d'abandonner cette salle de réception transformée en salle d'une tristesse insoutenable. Malgré son statut et l'acceptation de ses responsabilités, elle voudrait fuir et galoper dans la plaine jusqu'aux rivages de l'océan de Crystal. Elle voudrait être en compagnie de sa petite sœur. Seulement, Roania avait quitté les lieux après la fermeture du tombeau familial, dans la Maison des Morts, trois jours plus tôt. Kana voulait de la tranquillité, de la paix après ces derniers événements qui avaient été les pires de toute son existence. Et pourtant, elle n'aurait plus jamais l'occasion d'apprécier un calme serein : plus jamais.

Aujourd'hui tournait une nouvelle page pour elle, car elle devrait prochainement préparer son couronnement. Elle ferma les yeux pour savourer la plénitude du couloir menant aux quartiers privés, le seul endroit vide en cet instant. Kana se remémora les courses folles avec Roania et son père, des jeux de cache-cache dans le magnifique jardin. Elle entendait encore les rires résonner entre ces murs ; elle entendait encore les pleurs. Tant de vie en ce lieu, tant de souvenirs. Désormais, il n'y avait plus rien. Le vide. Le froid. Quelque chose était parti avec le couple impérial.

Kana colla son dos au mur et glissa doucement au sol. Ses larmes s'échappèrent sans aucune barrière. Son regard d'un marron pétillant était brumeux et d'une grande détresse. Ses ailes brunes difformes s'affaissèrent sur le carrelage froid. Seule, elle évacua toute sa peine et la pression. Elle n'était pas prête à prendre la relève. Elle ne l'était pas.

— Altesse ? s'inquiéta-t-on non loin.

Enfermée dans sa bulle, Kana n'avait pas remarqué l'arrivée du Chevalier de l'Empire, Jéros Kergallac. Ses ailes d'un plumage noir bleuté tranchaient avec le blanc dominant de son armure due à son rang et revêtu pour l'événement. Sur la cuirasse était représenté l'emblème des Chevaliers : une aile repliée autour d'une épée. Un blindage recouvrait également l'os carpien des ailes ; ces dernières étaient des cibles privilégiées lors d'affrontement. Les jambes et les bras étaient recouverts d'un vêtement épais, mais léger. Le but était de faciliter les mouvements dans les airs et de contrer le poids des protections ; les Originels combattaient rarement à terre.

Jéros l'avait vue s'éclipser, mal à l'aise et sur le point de s'écrouler. Et malheureusement, il revenait avec une mauvaise nouvelle. Il accourut à elle et s'agenouilla à ses côtés. Il sortit un mouchoir qu'il lui tendit et lui laissa le temps nécessaire pour s'apaiser. Jéros n'avait pas juste perdu son Empereur, il avait perdu un fidèle ami. Ils s'étaient connus adolescents, ils avaient grandi ensemble, bien avant qu'il n'accédât au trône d'Ylis. Jéros avait toujours veillé sur les deux héritières comme si elles étaient ses propres filles, il ne briserait jamais cette promesse. À 87 ans, ce qui était jeune pour son espèce qui vivait en moyenne 200 ans, il n'avait ni femme ni enfant ; son unique objectif était l'empire d'Ylis et la paix entre les peuples.

— Merci, seigneur Jéros, souffla Kana, honteuse de l'impression qu'elle lui offrait. Je me sens si pitoyable.

— Vous ne l'êtes pas, même si votre sentiment est normal. Vous venez de perdre vos deux parents et il faut juste vous laisser le temps de surmonter cette épreuve. Vous trouverez la paix le moment venu.

Kana leva son regard rougi par les larmes vers le Chevalier.

— Quand et comment ? Tout le monde pense déjà au couronnement et je sais que je dois m'y préparer. À peine ai-je enterré mes parents que je dois prendre la place de mon père. Et Roania... où est-elle ? L'avez-vous retrouvée ?

Les Ombres du Ciel - T1Où les histoires vivent. Découvrez maintenant