/!\ Point de vue Harry. /!\

Je me suis réveillé tôt ce matin-là. Et quand je l'ai vu sur le canapé, j'ai pas pu m'empêcher de le couvrir. Il était si adorable, les yeux fermés, la bouche entrouverte. Et puis lorsque je me servais un verre d'eau dans la cuisine, je l'ai entendu remuer. Alors je lui ai préparé du thé. C'est peut-être idiot, parce qu'on était en froid, que c'est lui qui était en tort mais je sais à quel point il aime le thé et je voulais lui faire plaisir. Parce que, même si je ne suis pas assez bien pour lui, autant que je serve à quelque chose.

Je suis peut-être idiot, naïf et je ne sais quoi encore. Mais je suis tout simplement amoureux de lui et malgré ce qu'il m'a dit, j'arrive pas à lui en vouloir lorsqu'il cherche à s'excuser. Il a jamais su s'excuser. Il ne s'excuse jamais de cette façon. Notre façon à nous de nous faire pardonner auprès de l'autre, c'est de rejoindre l'autre et de se blottir contre lui. Puis tout est réglé. Mais là, c'était allé trop loin. Et il s'en est rendu compte. Et j'ai rien pu faire d'autre que le prendre dans mes bras, parce que, j'en avais besoin.

J'avais besoin de lui dans mes bras, de le sentir contre moi, de sentir son odeur. J'avais pas pu m'en empêcher. Et puis, au final, j'avais besoin de lui tout court. Parce que j'aurais toujours besoin de lui. Même si, à ses yeux, je suis seulement son meilleur ami. Ce n'est pas grave. Enfin, si. Bien sûr que ça l'est. Parce que, putain, je crève d'amour pour lui. Et lui me voit comme un meilleur ami. C'est tout. Mais bon. Je ne peux pas me plaindre. Au moins, j'ai une place dans sa vie. Il m'apporte tellement, mais me prend tout autant, si ce n'est plus. Il me fait ressentir le bonheur pour me l'arracher ensuite. Et c'est douloureux. Mais je m'en fiche. Parce que, tant que je peux voir ses yeux s'illuminer, son sourire sur ses lèvres et entendre son rire, je pourrais tout faire. Je pourrais tout faire pour le rendre heureux. Parce qu'il le mérite. Parce que Louis est quelqu'un de génial. Et qu'il mérite d'être heureux. Mais, au fond, j'ai bien compris qu'il ne m'aimerait jamais, même si il a rompu avec Alice. Et, c'est dur à accepter. Mais j'ai pas le choix, je dois me faire à l'idée qu'il ne m'aimera pas. Jamais.

Même si le temps passe, je continue de l'aimer. Peut-être plus qu'avant, je ne sais pas. Mais je sais juste que c'est déchirant. Alors je vais essayer d'avancer. C'est donc pour cela que j'ai accepté lorsque Nick m'a dit qu'il avait trouvé un appartement et qu'il voulait qu'on emménage ensemble. Si j'habite avec lui, je pourrais plus facilement oublier mon amour pour Louis. Les garçons ne l'ont pas mal prit, ils m'ont juste obligé à venir leur rendre visite régulièrement. Quand je dis obligé, je ne plaisante pas. Ils m'ont fait promettre de venir les voir souvent. Et Louis... Louis ne le sait pas encore. Je voulais lui dire quand je serais seul avec lui. Je voulais lui dire moi-même. Toutes mes affaires sont réunies, posées sur mon lit et je suis devant la porte de sa chambre. Je frappe doucement à la porte puis j'entre. Il est assis sur son lit, un livre ouvert posé sur ses genoux. Je me dirige vers lui après avoir refermer la porte et je m'assieds face à lui. Il me sourit doucement et incline la tête sur le côté en refermant son livre pour porter son attention sur moi.

- Tu as quelque chose à me dire ?
- Oui, je réponds en hochant la tête, euhm... J'espère que tu vas pas le prendre mal. Ca changera rien à notre amitié, je te le promets, elle est vraiment beaucoup trop importante pour moi.
- Tu me fais peur, Haz...
- J'emménage avec Nick.
- Pardon ?!

Il a les sourcils froncés et il me regarde.

- Dis moi que tu plaisantes.
- Euh... Non... J'emménage avec lui. Vraiment.
- Quand ?
- Je pars demain.
- Je suis pas d'accord.
- Je te demande pas ton avis.
- Mais je m'en contrefiche putain ! Ce mec il est pas fait pour toi ! T'es tellement mieux, Harry, tu mérites tellement mieux ! T'as pas le droit d'emménager avec lui. Parce que ça montre que ça devient de plus en plus sérieux. Et non ! C'est pas possible.
- Pardon ? T'as pas à critiquer mon couple. Je pars demain, et c'est tout. Je venais te l'annoncer pour qu'on profite, que je passe la nuit avec toi.
- Une dernière fois, c'est ça ? Puisque, quand tu seras là-bas, on le fera plus,hein ! Bah bien sûr. C'est tellement évident. Mais non. Putain. S'il te plaît, Haz... T'en vas pas.
- Mais Louis... Pourquoi tu réagis comme ça ? L'appartement est à cinq minutes d'ici. Tu passeras quand tu veux. Tu resteras autant que tu veux.
- Pourquoi je réagis comme ça ? Putain, mais toi quand j'étais encore avec Alice et que, j'passais du temps avec elle, rien qu'une nuit, tu me faisais la gueule juste après que je sois revenu.
- C'est pas pareil, je rétorque en baissant les yeux.
- Ah ouais, et en quoi ?

Je prends une profonde inspiration et fronce les sourcils en me levant. Je vais pas lui dire que c'est pas pareil parce que, moi, je suis amoureux de lui. Je vais pas lui dire que c'était parce que j'étais jaloux d'Alice. Je peux pas lui dire ça.

- Parce que, toi, tu passais tout ton temps avec elle. Tout ton temps et tu me délaissais complètement !
- C'est pas ce que tu vas faire, dit-il en se levant, c'est pas ce que tu vas faire là ?! T'habiteras avec lui. Tu seras même plus là. La nuit, je pourrais plus te rejoindre dans ton lit. On pourra plus se regarder des films sur le canapé, jusqu'à s'endormir et se plaindre le lendemain parce qu'on aura mal au dos. On pourra plus faire les cons pour ensuite se faire engueuler par les gars parce qu'on aura foutu toutes leurs affaires en l'air. Tu peux pas me laisser, Hazza ! T'as pas le droit.

Je le regarde alors qu'il se précipite dans mes bras, cachant ses yeux larmoyants contre mon cou. Je caresse son dos délicatement. Ca me fait mal de le voir comme ça.

- C'est avec toi que j'aurais aimé emménager.., je murmure tout bas.

C'est sortit tout seul et lorsqu'il lève les yeux vers moi, je comprends qu'il m'a entendu. Je ne sais pas comment il va réagir, comment il va le prendre, comment il va l'interpréter. Mais tout mes doutes s'en vont et mes yeux se ferment automatiquement lorsque je sens ses douces lèvres qui caressent les miennes.
C'est le deuxième baiser qu'on partage, pourtant j'ai l'impression de redécouvrir ses lèvres. Elles sont si douces. J'aimerais que ça ne prenne jamais fin. Malheureusement, on se sépare parce qu'on est humain, qu'on a besoin de respirer et qu'on manque de souffle. Et quand je le regarde, que je vois ses deux magnifiques grands yeux bleus, je ne peux m'empêcher de sourire.

- Alors faisons le, rétorque-t-il doucement.

Je crois que j'ai rêvé. Il n'a pas dit cette phrase. J'ai l'impression de défaillir. Je vois qu'il attend une réponse. Il a vraiment dit ça ? Pour toute réponse, je l'embrasse à nouveau, tendrement. Je garde les yeux clos lorsqu'il sépare nos lèvres.

- Emménage avec moi... Pas avec lui...
- Louis, je... Je ne suis pas sûr.
- Pourquoi, Haz ?

Lorsque je regarde à nouveau ses grands yeux bleus qui me regardent comme ça, de cette façon, j'ai juste envie de lui dire que, oui, oui j'ai envie d'emménager avec lui. Mais je ne peux pas.

- Parce que... Ca ne rime à rien. Je ne vais pas dire à mon petit ami que je refuse d'emménager avec lui, finalement, parce que je veux emménager avec mon meilleur ami.
- Et si tu disais à ton ex petit-ami que tu refuses d'emménager avec lui parce que tu vas emménager avec ton meilleur ami, qui est aussi ton petit ami ?

Je ne comprends pas, dans un premier temps. Puis, ça monte au cerveau et... Oh, Louis...

I Wish That You Love Me ( Larry Stylinson )Lisez cette histoire GRATUITEMENT!