Chapitre 2

43 5 5
                                    

De l'autre côté du domaine, Élie Beaumanoir et ses hommes avaient délaissé les véhicules afin de s'enfoncer dans la forêt. L'alerte venait du portail condamné depuis bien des années. Éloigné du chalet et proche d'une falaise, le comte avait réalisé ce choix après un accident de Charlotte et de Gabriel. Jeunes enfants à l'époque, ils avaient suivi une piste animale et avaient franchi la porte malgré l'interdiction et le danger. Les parents et la sécurité les avaient cherchés pendant des heures avant l'arrivée de leur fille, paniquée ; Gabriel avait chuté et se maintenait à des racines de sapins. Comment avaient-ils pu échapper à la surveillance d'Élie ? Personne ne le serait jamais.

D'un geste de la main, Élie envoya un groupe sur la droite et un autre sur la gauche. Accompagné par trois compagnons d'armes, il s'approcha face au portail ; le cadenas était brisé au sol et la lourde chaîne traînait de l'autre côté de la propriété. Arme à la main, Élie avança avec prudence et coupa l'alarme.

— Il est fermé, déclara-t-il en essayant d'ouvrir le portail.

Le verrou était enclenché. Cela signifiait que personne n'avait posé les pieds sur le domaine. Cependant, quelque chose clochait. Élie fronça les sourcils. Il appuya sur son oreillette et tenta vainement de joindre les gardes au chalet : le silence.

— C'est un leurre...

Ils se baissèrent vivement quand ils furent pris pour cible. Deux hommes furent abattus et Élie prit une balle dans l'épaule. Loin de s'en formaliser, il répliqua dans le noir avant de comprendre l'inutilité de son geste. L'ennemi était à couvert dans l'obscurité, tandis que les hommes du comte étaient à découvert. Élie attrapa l'un des siens, blessé, et ordonna le retrait dans le fossé à proximité. Là, ils pourraient se protéger le temps d'examiner la situation.

— Des snipers. Ils nous attendaient, confirma un garde.

— Quelqu'un les a repérés ? Où sont-ils ? questionna Élie.

La densité de la forêt et la nuit n'aidaient pas à les localiser, et ils étaient nombreux si Élie se basait sur le rythme des tirs. Il commanda d'économiser les munitions en cas d'un rapprochement soudain, et il fallait également pouvoir protéger Charlotte une fois de retour au chalet. Bon sang ! Elle était seule là-bas. Malgré la présence de Gabriel, fin tireur, ils ne feraient pas le poids face à un tel assaut. Gardant la tête froide, Élie alerta le comte et quémanda du renfort en urgence.

— Je dois absolument retourner au chalet, annonça-t-il, je vais emprunter la grotte qui mène au lac. L'entrée n'est pas loin.

— Nous ferons diversion pendant ce temps.

Une fois coordonné, chacun prit sa position. Les hommes de Élie décidèrent de charger les adversaires afin de les surprendre et de les désorienter. Élie profita de l'obscurité de la nuit et de la densité de la forêt pour se faufiler. Il abandonna ses compagnons d'armes, progressa dans le fossé jusqu'à trouver une côte moins rude à monter. Une fois au sommet, il se dirigea avec hâte à la grotte. Celle-ci se situait à quelques mètres de l'affrontement. Élie entendait le bruit des combats, navré de laisser ses hommes en arrière. Sa priorité était la protection de l'héritière comtale et il ne faillirait pas à sa mission. Malgré sa blessure à l'épaule et le saignement, il courait. Ses jambes le portaient et le porteraient jusqu'au bout. Des branches craquèrent sous ses pas. Ses bras repoussèrent les branchages sur son chemin. Élie ne s'arrêterait pas, même quand les tirs résonnaient et que les cris, étrangement, se turent.

Il ralentit à une intersection, là où deux sentiers se croisaient et où il fut pris d'un doute sur la direction. Son regard bleu balaya les alentours. Personne ne le suivait. Élie inspira profondément et emprunta le chemin de droite, sûr du bon choix. Puis, quelques secondes plus tard, l'entrée de la cavité. Un petit cours d'eau le guida avant qu'Élie suivît un aménagement en bois, afin de remonter en surface. Une fois à l'extérieur, le lac se trouvait face à lui. Dès lors, il reprit sa course, espérant arriver à temps.

Sang et PouvoirOù les histoires vivent. Découvrez maintenant