Chapitre 8

278 25 24

Je me réveillai en sursaut. J'étais dans un endroit douillet et chaud. Je jetai un regard vers le bas et vis que j'étais installée sur une litière de mousse avec quelques plumes. Je clignai des yeux quelques fois quand mon regard se posa sur deux petites boules de poil qui dormaient profondément sur mon ventre. Je les observai avec tendresse. C'était un petite mâle gris tigré et une femelle noire. Ils étaient tout simplement magnifiques! Un ronronnement monta dans ma gorge quand soudain, je me souvins de ma mise bas: Trois chatons. Trois chatons étaient sortis. Mais où était donc le dernier?
-" Fleur du Chaos? Tout vas bien?"
Une voix me fit sursauter. Puis je remarquai Ébène qui se relevait près de moi. Elle avait du dormir.
-" Je vais bien. Où est le troisième?" Miaulais-je faiblement, ayant peur de la réponse. Elle baissa la tête, les yeux emplis de tristesse et murmura doucement:
-" Il... Il est mort, Fleur du Chaos... Quand il est sortit, son cœur à lâché..."
Je la regardai, incrédule. Puis lentement, les larmes vinrent embuer mon regard vert. Je titubai quelque peu et envoyai ma été vers l'arrière en poussant un hurlement de tristesse. Puis, je sentis le doux pelage d'Ebène contre le mien, tentant de me réconforter.
-" Merci, Ébène..."
Murmurais-je. Mon cœur se brisa en mille morceaux quand j'imaginai le petit chaton, mort.
-" De...de rien... Je l'ai enterré, là-bas..." Me dit-elle en pointant le bas du tronc d'un petit arbre. Je hochai la tête et posai mon museau sur mes pattes, sans quitter des yeux mes deux chatons qui dormaient. Je ne les laisserai pas mourir comme Étoile. Oui, Étoile. J'avais décidé de donner un nom à mon chaton défunt. Un nom qui lui promettrai une vie bien mieux dans l'au delà. Il devait être une de ces étoiles qui peuplaient le ciel noir. Mon fils... Soudain, je pensai à Fléau.
-" Ébène! Mais... Que vais-je dire à Fléau?" Miaulais-je.
Elle me regarda dans les yeux et dit d'une voix rassurante:
-" Ne t'inquiète pas, si tu veux, je pars de ce pas le chercher. Il sera sûrement très heureux! Tu es la première personne qu'il aime vraiment. On a toujours cru qu'il avait un cœur de pierre, mais maintenant, on est forcés d'admettre que c'est faux. Il porte pour toi un amour aussi fou que toutes les étoiles dans le ciel."
Je hochai la tête, émue.
-" D'accord. Tu peux aller le chercher."
Murmurais-je, confiante. Elle me donna un coup de langue sur l'oreille, et se leva. Je la regardai partir, puis je me mis à lécher mes chatons. Ils poussèrent quelques ronronnements et le petit mâle s'étira quelque peu. Ils étaient enfin réveillés mais, les yeux toujours fermés, ils se collèrent un peu plus à moi, comme pour chercher de la chaleur. Je poussai un petit ronronnement qui s'interrompit aussitôt quand je repensai à mon chaton, mort. Je devais m'en remettre, pour mes deux petits, mais c'était dur. Oh, et comment l'annoncer à Fléau? Je n'eus pas le temps d'y réfléchir que deux silhouettes s'approchaient. La voix obstinée de mon compagnon résonna quelque peu:
-" Ébène! Mais qu'est-ce qui se passe à la fin! Où est Fleur du Chaos? Il lui est arrivé quelque chose?"
-" Tu verras bien assez tôt. Je suis désolée, mais c'est elle qui doit te le dire en face... Ne te fâche pas contre moi..."
-" Non. Je ne me fâcherai pas. Tu es son amie. Mais je te jure que si tu ne l'étais pas je t'aurais déjà arraché la peau pour la simple raison que tu me cache ce qui est arrivé à ma Fleur!"
Ébène soupira puis s'approcha enfin de moi. Fléau la suivit avec hâte, puis il tomba en arrêt quand il me vit. Ses yeux s'agrandirent et il fixa tour à tour les chatons, puis moi. Il s'approcha, hésitant, puis dit d'une petite voix:
-" Tu...tu étais enceinte? Tu as accouché de...nos chatons?"
-"Oui..." Murmurais-je. "Je... J'ai essayé de te le dire...mais..."
Il posa le bout de sa queue sur mon museau puis dit avec un amour infini:
-" Peu importe! Je suis si heureux! Je suis tellement fier de toi, ma Fleur! Nous avons des chatons! On n'aurait pas pu rêver mieux! Je t'aime, je t'aime..."
Fléau se coucha contre moi et se mît à me lécher l'oreille avec tendresse, une tendresse si profonde que je me mis à ronronner bruyamment. Puis, je le regardai dans les yeux.
-" Il y en avait trois..." Marmonnais-je, les larmes aux yeux.
Il me fixa, incrédule, puis son regard s'assombrit avant de se remplir d'eau lui aussi. Il m'effleura doucement de sa queue pour me consoler. Puis il murmura, la voix encore empreinte de tristesse:
-" Comment les as-tu nommés?"
-" Je t'attendais."
Il hocha la tête. Je remarquai que Ébène était partie, mais je n'eus pas le temps d'y réfléchir que la voix de Fléau me sortit de mes pensées:
-" Comment voudrais-tu nommer la femelle?"
Je réfléchis un instant.
-" Que dirais-tu de... Aurore?"
-" Oui, j'aime bien...Et pour le mâle?"
Murmura Fléau dans un miaulement chaleureux, mais encore empli de tristesse et de douleur. Il essayait visiblement de me changer les idées. J'observai mon chaton quelques instants, songeant à un nom qui lui irai bien. Un nom qui signifierai courage, loyauté et noblesse.
-" Lion. Il se nommera Lion." Finis-je par miauler avec conviction.
-" Bon choix" Approuva mon compagnon "Nos deux chatons, Aurore et Lion."
-" Non, nos trois chatons, Aurore, Lion et Étoile." Murmurais-je.
Il scruta mes yeux et hocha doucement la tête. On resta un instant comme ça, collés l'un contre l'autre, à observer les étoiles. La douce fourrure de Fléau contre la mienne, je fermai les yeux, savourant sa chaleur. Je le sentit passer sa queue sur mon dos, jusqu'à mon oreille et je tournai mon regard vers lui.
-" Nous devrions rentrer, tu es d'accord?" Miaula-t-il avec douceur.
-" Bien sur..." Je me levai tranquillement et pris Aurore par la peau du cou. "Prend Lion, s'il te plait."
Fléau vint effleurer le museau d'Aurore, puis celui de Lion avant de prendre le chaton par la peau du cou. On chemina en silence jusqu'à la ruelle. J'entendis Aurore pousser un miaulement anxieux et je lui murmurai des paroles réconfortantes. On pénétra tranquillement, sans hâte, dans la foule de chats qui s'écartaient sur notre passage. Les murmures éclatèrent, d'ici et là. J'allai m'installer sur une litière qui avais été installée près de celle de Fléau, qu'on partageai avant. Je cherchai Ébène dans la foule et la remerciai d'un regard. Elle me fit un signe de tête amical et je m'installai sur la mousse. Je posai Aurore sur mon ventre et observai Fléau poser Lion aux côtés de sa sœur. Mon compagnon se dressa, bien droit, pour faire face à la foule.
-" Ces chatons sont ceux de Fleur du Chaos...et les miens."
Des murmures étonnés et curieux s'élevèrent parmi les chats. Fléau poursuivit:
-" Ils se nomment Aurore et Lion. Si quelqu'un ose toucher ne serais-ce qu'un poil de nos petits, je lui arrache la fourrure et le donne en pâture aux corbeaux, est-ce bien clair? Je tuerai celui qui oserai leur faire du mal!"
La foule se tut. Le message était passé.
-" Souhaitez-leur la bienvenue et, à partir de maintenant, quelqu'un devra rester avec Fleur du Chaos en permanence pour l'aider puisque je ne pourrai pas toujours être présent." Miaula Fléau avec plus de calme. Il observa la foule et son regard s'arrêta sur une chatte noire.
-" Ébène, tu pourrais t'en occuper."
Mon amie hocha la tête avec entrain et s'approcha de moi. Elle me fit un clin d'œil et vint déposer sa litière de mousse à côté de la mienne.
-" Voilà!" Fit-elle. Puis, d'un ton taquin, elle miaula: "Il est protecteur le papa!"
Je poussai un ronronnement amusé.
-" Il est super!" Rétorquais-je.
Mon compagnon s'approchait justement.
-" Je dois te parler, ma Fleur..." Dit-il, l'air sombre.
-" Je vous laisse..." Murmura Ébène avant de détaler.
Mon regard se posa sur celui de Fléau.
-" Je t'écoute."
-" En fait... Tu sais, le chat qui était venu tantôt... Il était de la forêt. Un chat sauvage." Marmonna mon compagnon.
-" Continue"
-" Eh bien, il avait une proposition pour moi. Si je l'aidais à persuader les deux autres clans des forêts à se joindre à lui, il me donnerai une partie des bois. J'ai accepté après avoir envoyé une patrouille voir ce qu'il nous offrirait."
-"Quoi?" M'écriais-je, incrédule. Je ne savais pas si j'étais heureuse ou choquée.
-" Il m'a dit qu'on devrait juste venir, tout le clan, pour les impressionner...il...il y aura peut-être un combat aussi." Murmura Fléau.
-" Mais, et si il t'arrivait quelque chose, hein? Tu as pensé à moi? À nos chantons?"
-" Je ne savais pas que tu étais enceinte... Désolé, mais ma décision n'a pas changée. La seule chose de différent, c'est que tu ne viendras pas. Et, tu sais qu'il ne m'arrivera rien, je suis invincible." Miaula-il avec conviction.
Je fis une moue mécontente, peu convaincue. Puis, je posai mon museau sur mes pattes.
-" Fais ce que bon te semble. Moi, j'ai des petits qui ont besoin de moi. Mais écoute... J'espère que tu as raison et que c'est le bon choix. Et j'espère surtout que tu es invincible, car je ne supporterai pas de vivre sans toi. Donc, sois fort, car j'ai le pressentiment que ce ne sera pas comme toutes les épreuves que tu as déjà affronté. Elle sera pire, crois-moi. Et j'ai peur que tu y reste. Mais fais à ta guise: je ne suis personne pour te dicter ta vie. Dis-toi seulement que tes choix, tu dois les faire en fonction de ceci: Tu as des chatons et une compagne qui t'aime plus que tout."
Il me scruta, impassible, puis finit par hocher la tête.
-" Je suis invincible, ne t'inquiète pas. Je passerai à travers cette épreuve et nous en sortirons gagnants."
Je soupirai et fermai les yeux, laissant la fatigue prendre le dessus.

Merci beaucoup pour tous les encouragements!
J'aime beaucoup avoir vos avis, donc laissez-moi vos commentaires! :)
Dites-moi:
Pensez-vous que Fléau fait le bon choix?
Que pensez-vous de leurs chatons?
Merci à tous ceux qui laissent leurs avis!😘

Les Folies du MalLisez cette histoire GRATUITEMENT !