*Psst* Notice anything different? 👀 Find out more about Wattpad's new look!

Learn More

chapitre vingtième

2.8K 244 8

« -Alors nom de dieu qu'est-ce qui t'es passé par la tête pour partir comme ça ? » Voilà déjà plus d'une heure que c'est toujours la même chose. Et une heure que j'ai mes lèvres scellées et que je ne réponds pas. Je ne sais même pas quoi dire pour être franche. Ma mère est là, à l'encadrement de la porte regardant le sol, perdue dans ses pensées. Je me demande à quoi elle songe. J'aimerais vraiment être à l'intérieur des têtes des gens pour savoir ce qu'ils pensent réellement de moi. Ça peut-être cool, enfin comme ça ne peut pas l'être du tout. Car finalement, les personnes les plus proches de vous sont peut-être les plus fausses. Et, au fond, heureusement que je ne suis pas dans leurs têtes.

« -Et comment tu as fais pour tenir autant de temps sans nous ? » Je l'aime les yeux vers mon père et entremêle mes doigts ensemble. J’humidifie mes lèvres en silence, prends une grande bouffée d'air, puis je lâche enfin la bombe.

« -J'avais besoin d'être seule. De savoir si j'aurais pu me débrouiller sans vous. Vous êtes toujours derrière mon dos à toujours tout faire pour que je ne manque de rien. Je voulais avoir le monde devant moi. Le monde auquel vous avez toujours essayés de me protéger. Ce monde, le monde réel. Et non pas l'illusion que vous m'avez montré jusqu'à présent. » Ma mère a quitté la pièce dans un coup de vent et mon père a plongé son visage entre ses deux mains. Qu'ai je dis de mal ? Mes parents ont toujours été trop, trop comment dire... protecteurs. Je ne pouvais pas faire deux pas sans qu'ils ne soient derrière moi. Ils sont toujours là a me préserver des risques de la vie. Alors que c'est en tombant bien bas que l'on apprend. Moi aussi je veux pleurer, je veux me blesser, me faire mal. Car, c'est des leçons de vie. Mais j'y manque toujours, mes parents me faisant passer par le chemin le plus court. Vous savez, celui où vous évitez toutes les merdes que vous pouvez vivre dans une vie. Mais, c'est ça qui vous fait grandir. C'est souffrir pour au final se relever. Car il n'y a que quand on touche le fond que l'on peut revenir à la surface.

« -Il y a eu une nouveau meurtre en ville. » Bizarrement, je n'avais pas prévue ce changement de sujet. Peut-être veut-il ne pas accepter ma décision d'être partie plus tôt, si c'est le cas, je m'en contre fiche. De toute façon ce qui est fait est fait. Si seulement revenir en arrière était possible n'est-ce pas ?

« -Et qu'est-ce que tu veux que je te dise papa ? -Je ne sais pas Eden. Je trouve juste ça bizarre. » Il est vrai que lorsque des meurtres sont commis comme ça, sans aucune raison apparente ça fait flipper. Mais le pire, c'est de savoir que il est possible que une fois lorsque vous vous promenez vous êtes déjà passés à côté du meurtrier en question. Ça me donne des frissons dans le dos rien que d'y penser.

« -Vous comptez faire une enquête ? -Oui, bien sûr. Elle est déjà en route d'ailleurs, mais je sais très bien que ça va faire comme d'habitude... -Vous n'allez pas la poursuivre c'est ça ? -Hélas, j'ai bien peur que tu as raison ma fille. » C'est toujours ainsi. Et ça depuis que les séries de meurtres ont commencés. L'équipe de police ouvre des enquêtes, cherche des indices essaye de les recoller ensemble pour en former une reconstitution potable. Mais, au bout de trois semaines ça ne donne rien. Et il recommence avec le meurtre suivant. Ce n'est pas que les hommes de mon père ne sont pas performants. Seulement, je pense juste qu'ils ne cherchent pas là où il faut. Enfin, après je n'y connais rien. Ce n'est qu'une hypothèse.

« -Nous tournons en rond avec ce foutu meurtrier. -Et bien, allez à contre sens. » Mon père me regarde bizarrement. Il fronce les sourcils en essayant sûrement de comprendre le sens de ma phrase.

« -Qu'est-ce que tu veux dire pas là Eden ? -Je veux dire, si ça ne marche pas comme vous le désirez. Ne commencez pas par ce que vous faites d'habitude. Commencez par la fin. » Je quitte la pièce en le laissant seul, méditer mes paroles. Je monte les escaliers lentement histoire de ne pas éveiller l'attention de ma mère. Je n'ai pas envie de parler. Je veux juste, m'allonger dans mon lit et ne penser à rien. Rien du tout.

Mais rien Eden, c'est déjà quelque chose.

La voix de Harry résonne dans ma tête et je souris à cette pensée. Mais, comment vais-je faire pour garder contact avec lui maintenant ? Comment vais-je pouvoir le recroiser ? Lui reparler ?

« -Pourquoi tu souris comme ça Eden ? » Je lève la tête pour découvrir ma mère devant moi. Je me suis même pas rendue compte que je me suis arrêté en plein milieu des marches. Je sens mes joues chauffer puisque je ne sais pas quoi lui répondre. Trouve une excuse, trouve une excuse.

« -Je ne sais pas maman. Je ne sais pas. » je l'a contourne puis traverse le couloir pour m'enfermer dans ma chambre. Je me jette dans mon lit en faisant l'étoile de mer. Ça fait du bien d'être chez sois quand même. Je m'allonge ensuite sur le dos et observe mon plafond blanc sans aucun but précis.

J'ai commencé à chantonner. La même mélodie que Harry avait marmonné plus tôt dans l'auto. Et c'est peut-être fou, mais il me manque déjà. M'étais-je fais trop d'idées à son égard sans même le connaître entièrement. Le voir bourré la dernière fois, toutes les conneries qu'il avait balancé me sont montées à la tête. Alors que au final, il ne demandait que de l'attention. J'aimerais me racheter, mais comment voulez-vous que je le retrouve désormais ?

Je suis punie de sortie en plus de ça. Le top du top. Je souffle en me concentrant sur une coccinelle sur le plafond. Elle est si petite si fragile. Mais si forte à la fois, car si il y a un danger qui plane sur elle, elle n'a qu'à s'envoler. Le problème est vite réglé. Moi ce n'est pas aussi facile, le problème est : je ne peux pas sortir pour rattraper Harry. Et je ne sais pas voler.

L'insecte a quitté ma vue pour au final s'échapper par la fenêtre. Je l'ai suivis en me levant, j'ai hésité un instant avant de passé une jambe puis l'autre. Je saute pour atterrir sur l'herbe fraîche, je ne peux peut-être pas voler mais je peux marcher.

Et maintenant, le premier problème est contourné. Le deuxième est le suivant : retrouver Harry. Quelque chose me dit que cette tâche va être plus difficile a accomplir que la première malheureusement...

Stamped.Lisez cette histoire GRATUITEMENT !