Jour 18 : Insondable Noirceur (L'Appel de Cthulhu)

4 0 0
                                    

- Un meurtre à noël... Les criminelles n'ont vraiment plus de cœur...

- Noël n'est qu'un jour comme les autres. Les meurtres ne cessent pas par magie.

Mon coéquipier me regarda un peu déçu. Il a toujours eu un cœur trop tendre. Nous avons été appeler par le voisinage pour avoir entendue d'immense cri dans cette humble maison durant le début de la soirée de noël. Avec Sebastian nous sommes donc partit enquêter sur cette étrange évènement. Et la scène de crime n'était pas moins étrange.

L'ensemble de la pièce semblait avoir été frappé par une tornade griffu. Les murs était griffés, les objets et meuble jetés en mille morceau sur le sol et au milieu de ce carnage ce trouver le corps de la victime. Cette dernière était un jeune homme de 20 ans, cheveux brun, yeux marron, des lunettes retrouver un peu plus loin. Une personne parfaitement lambda. Son corps était couvert de veines noires partant d'un torse en partie dévorée. La blessure était d'ailleurs étrange, le sang pourtant frais était bien plus sombres que d'habitude et une sorte de liquide visqueux et noir se trouver sur ce qui ressemble à une morsure. Pour combler ce tableau horrifique une expression glacé de terreur se trouver sur le visage du jeune homme.

Me relevant de l'examen du corps je me retourna vers Sebastian qui semblait un peu malade en voyant le corps.

- Tu... Tu as trouvé quelque chose ?

- Clairement ce qui as fait cela ne peut pas être humain.

- Oui bon cela je m'en douter...

- Tu as fouillé un peu le reste de la pièce ?

- Hum oui. J'ai trouver une porte défoncé vers ce qui semble une cave. Je t'attendais pour descendre.

- Tu as bien fait la chose qui à fait cela est peut-être encore ici.

J'entendis Sebastian déglutir alors que je sortis mon arme en partant vers la cave suivit de Sebastian qui devait être tout aussi prêt à tirer. Allumant la faible lumière, nous descendirent les escalier vers la sombre et humide cave prudemment. Arriver en bas nous sentiment une infect odeur nous agresser les narines. Cette odeur sera suivit d'une grognement sinistre, puis d'une vision de cauchemar.

Je... Je ne pourrais même pas décrire ce que j'ai vu... Je ne saurais même pas vous dire si c'est réel... Cela semblait être une créature à quatre pattes, avec d'immense griffe, une fourrure sombre, une gueule couverte de tentacule, et des yeux... Des yeux...

Alors que je sentit Sebastian tressaillir devant moi la bête m'attrapa la cheville par un de ses tentacules. Pour me libérait de cela je tira sur la tentacule 3 ou 4 fois faisans tomber cette tentacule sur le sol toujours bougeant et qui continuer à serrer ma cheville.

- Sauve toi Amara !

Hurla Sebastian qui commença à ouvrir le feu sur la bête. La créature hurla d'un son qui me brisa les tympans. Je ne pouvais pas rester ici... J'allais mourir... Je... Je rampâs jusqu'à l'escalier venant faire de mon mieux pour monter venant tirer avec Sebastian sur la bête qui fondit sur lui.

- Viens Sebastian !

Le tentacule continua de me serrer la cheville rampant légèrement pour me serrer un peu plus la jambe. L'arme de Sébastian fini par être à cour de munition et ce dernier courue à reculons dans les escaliers alors que j'essayais de le couvrir. Malgré cela les balles ne sembler rien faire à cette bête autre chose que détruire des tentacules et des bout de peau qui repoussait infiniment. Elle finit par agripper Sebastian dans sa gueule faisant pousser un immense cri de détresse à mon coéquipier.

- LAISSE LE TRANQUILLE !

Je continua à tirer jusqu'à ce que je n'ai plus de balle sur la bête avant de lancer dans un élan de désespoir mon pistolet sur la créature qui finit par lâcher Sebastian. Dans un élan de panique je réussis à agripper Sebastian le tirant dans les escaliers pour pouvoir sortir de la cave. La bête réussis tout de même à revenir à la charge reprenant sous ses crocs la cheville de Sebastian. Un hurlement de douleur déchira mes tympans, ma vue se brouillant d'humidité.

- Laisse-moi là Amara et sauve toi !

- Je ne t'abandonnerais pas.

Alors que le monstre continuer de s'acharner sur la jambe de Sebastian ce dernier arrêta de lui taper dessus pour venir me donner un coup de crosse sur le bras. Surprise et endoloris je finis par le lâcher ce dernier reglissant dans la cave.

- Sebastian !

- Pitié Amara, sauve toi !

Je ne pouvais rien faire seule... Je le savais très bien... Tremblante et commençant à pleurer je montais les marches aussi rapidement que possible, le tentacule qui semblait monter de plus en plus le long de ma jambe me faisant toujours souffrir. Je courue ensuite dans le salon à la recherche de quoi appeler des secours entendant les cris de mon compagnons dans la cave... Le monde tourner autour de moi et je sentit la douleur de la pression sur ma jambe remontant maintenant au niveau de mon ventre. Se dirigeant de façon alarmante vers mon cou. Réussissant à composer le numéro de téléphone de la police d'une main je lança l'appelle tout en essayant de dégager cette tentacule de la seconde main.

- Allo que puis-je faire pour vous ?

- C'est l'officier Amara ! Nous avons besoin de toute l'aide possible ! Il... Il y a... une immense bête... Elle est en train de tuer Sebastian !

- Du calme du calme pouvais répéter doucement ?

- ON A PAS LE TEMPS VENAIT VITE !

Le tentacule finissait son trajet, je le sentait glisser peu à peu sur mon cou le monde commençant peu à s'assombrir et les cri de Sebastian à ce terrir.

- Bien nous vous envoyant une patrouille...

- C'est... Déjà... Trop.... Tard...

Et je plongea dans l'insondable noirceur.

Calendrier de  l'avant 2021Où les histoires vivent. Découvrez maintenant