Humaine

7 1 3
                                    



Humaine
© Rose P. Katell
Le code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes de l'article L.335-2 et suivant du Code de la propriété intellectuelle.

____________________________________________________________



La pluie incessante rendait la route glissante ; Lili manqua perdre le contrôle de son véhicule. Elle retint un juron, puis s'obligea à réduire sa vitesse malgré le maelstrom d'émotions qui l'animaient.

Ses dents se serrèrent. Autrefois, sûre de sa condition, invincible, l'idée de provoquer un accident ne lui aurait fait ni chaud ni froid... Mais ce temps-là était derrière elle – pas question de trahir les principes qu'elle avait adoptés voilà des années ! Elle n'était plus un succube. Elle n'était plus un démon. Non, plus depuis qu'elle avait choisi d'être une femme, une humaine parmi les autres.

Le passage au rouge d'un feu de circulation la poussa à freiner sèchement, et ses poings martelèrent le volant de sa vieille Chevrolet. Merde ! La ville s'était-elle agrandie durant la nuit dernière ? Il lui semblait qu'elle n'atteindrait pas sa destination, comme si l'appartement d'Amaury avait été déplacé !

Un souffle rauque lui échappa. Ses yeux se posèrent ensuite sur le tableau de bord, où l'heure s'affichait en orange. Hmm. Il avait beau être tard, Amaury avait intérêt à lui ouvrir ! D'autant plus que lui ne s'était jamais embarrassé des horaires pour venir chez elle – non qu'elle le lui ait reproché. Ses dents malmenèrent sa lèvre inférieure. S'il le fallait, elle tambourinerait à sa porte jusqu'à ce qu'il lui réponde. Lui parler était nécessaire. Obligatoire. Elle ne resterait pas dans cet état, n'oublierait pas sa terrible découverte !

L'objet dissimulé dans sa bottine parut soudain lui brûler la peau. Le front plissé, Lili l'ignora de son mieux.

Quand le feu passa au vert, elle démarra en trombe.


*


Amaury dormait à poings fermés – il s'était assoupi après l'amour, plusieurs minutes après l'avoir invitée à se blottir dans ses bras –, mais elle était incapable de plonger à son tour dans le sommeil. À quand remontait la dernière fois où elle avait été si sereine, si... apaisée ? Y en avait-il eu une ?

Sa tête reposa plus lourdement sur le torse d'Amaury. Lili n'avait encore jamais connu « l'après-sexe », la tendresse qui en découlait ; elle le découvrait et adorait ça ! L'acte en lui-même avait été plaisant – Amaury était expérimenté. Toutefois, le fait d'être là, détendue, avec la quasi-certitude qu'il y aurait une suite... C'était exquis. Oh, se retenir de trop se nourrir, de consumer l'énergie vitale d'Amaury avait triplé son plaisir. Si elle s'y était attendue !

Un sourire fleurit sur ses lèvres. Elle était si heureuse d'avoir changé d'existence. Réussir à établir une vraie relation avec un humain... Quel bonheur !

Un rire manqua lui échapper au souvenir de la peur qui l'avait habitée à l'idée de rejoindre Amaury au lit. Elle avait tant craint d'échouer à se contrôler, à refréner ses habitudes passées. Pourtant, ses sentiments s'étaient révélés plus forts que sa nature ; elle ne s'était pas trompée sur sa capacité à changer !

HumaineLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant